Traces

notes éparses de la première séance

 

Support, média, environnement

Louise Merzeau propose l’assemblage conceptuel suivant : le support, les médias et l’environnement.

Le premier terme renvoie à un premier changement de support, une première conception du numérique, où on a pensé le transfert des contenus d’un support à un autre. Le Web a ensuite été vu comme un média concurrent des autres mdias. Aujourd’hui, le numérique nous enveloppe : il est pervasif et clairement re-matérialisé.

Soucieux de ne pas céder à la tentation simpliste de la coupure historique du numérique, avec sa division matériel/dématérialisé, plutôt que de voir la rupture, on peut considérer que la vie elle même est connectée, d’où l’idée de l’environnement.

La distinction se fera plutôt sur les usages, entre la consommation active ou passive.

 

Matériaux

Pour retrouver le document où l’assemblage est présenté, argumenté et explicité avec l’exemple du dispositif d’éditorialisation collaborative des ENMI : http://enmi12.org/

Cet exemple concret permet de se rendre compte de l’apparition de points nodaux d’outils existants sur le web 2.0, renforçant l’idée que ce sont les usages qui assembleront les outils. Voir aussi les liens déjà mis en ligne dans les commentaires sur le blog du séminaire.

 

Capteurs et saisies

En prolongement de cette idée d’environnement, de liens matériels qui nous guident et nous forment, voire nous informent, la question de savoir comment se présentent ces connexions s’est posée. Un élément de réponse a été avancé avec le concept de capteur. Le numérique possède des appareils de saisies du monde, et un parallèle intéressant peut être fait avec les capteurs que l’économie a su mettre en place.

Les capteurs auraient donc la lourde tâche de saisir des structures, des types, des ensembles.

En retour, d’un point de vue méta, comment le séminaire peut réussir à mettre en place ces capteurs pour saisir les points d’épreuve, de difficultés, les métaphores qui structurent et agitent le monde numérique ?

 

Interdisciplinarité

 

Liant la question du numérique avec le registre vitaliste et économiste, l’un des grands enjeux de cette séance était de penser l’interdisciplinarité et donc la possibilité pour les différentes disciplines rassemblées de pouvoir communiquer. Comment penser l’interdisciplinarité. Comment se représenter leur approche, sont-elles dans le numérique ou autour du numérique ?

 

La mémoire universelle ? ou l’anti-mémoire ?

 

Avec le numérique, il existe une intelligence matérielle. Ce qui amène à aborder la question des capteurs pour saisir nos présences numériques, et les intégrer dans les Big Data. Le numérique est une mémoire qui serait une anti mémoire car il n’y a pas de phénomène de sélection.

On peut songer aux travaux de F Kaplan sur l’ordinateur universel.

 

Interropérabilité, circulation

Louise Merzeau souligne également que la question du numérique n’est plus celle de la convergence mais celle de la circulation. Les mondes numériques ne tendent pas vers l’homogénéisation et la standardisation des formats : ils se caractérisent par leur prolifération, et la question principale est celle de leur interropérablité. Comment circuler d’un point à l’autre, d’un espace à l’autre.

Florian forestier insiste sur l’idée de geste : le passage doit aller de soi, devenir machinal même s’il est complexe. Sortir de chez soi en fermant à clef, conduire une voiture ne sont pas des combinaisons évidentes d’actions : pourtant, elles se sont intériorisées, elles font partie de nos habitus, elles structurent notre être-au-monde. De la même façon, il ne faut pas seulement (et pas nécessairement) que les circulations numériques soient aisées ; il faut qu’elles s’oublient dans leur effectuation, qu’elles s’instrumentalisent. Une action simple peut ne pas être évidente parce qu’elle exige un changement de perspective, de contexte, qu’elle n’est pas soutenue par un ensemble d’automatismes et de référence ; un enchainement complexe peut s’intérioriser devenir support de l’être-au-monde.

Louise Merzeau évoque à ce sujet la notion de bienveillance dispositive qu’elle emprunte au travail d’Emmanuel Belin.

 

Mémoire, trace et politique

L’un des moments théoriquement fort de la séance a été le moment où les différents concepts qui avaient circulé, séparément, ont commencé à se tisser les uns avec les autres, devenant un tissu serré et complexe permettant d’appréhender l’articulation de ces regards et de les associer pour faire émerger une autre perspective, à la confluence du politique et de l’existentiel.

fractal-black-hole-5-1242891-m

Avec le numérique, les offres personnalisées que nous fournissent les grands acteurs du web, eux qui cherchent toujours plus à nous accompagner, ce qui se dégage c’est une primauté de la singularité remettant en cause la notion d’espace commun. Anne-Marie Autissier souligne d’ailleurs que c’est une mutation cruciale pour beaucoup de grands médias classiques, les journaux comme les radios. Les effets d’ailleurs commencent également à se faire sentir dans la forteresse télévision, avec la vidéo à la demande et le pouvoir des séries. A la diffusion structurée s’oppose aujourd’hui la consommation à la demande, comme les podcasts. L’usage et la manière de se mettre en rapport avec l’information ont changé.

Louise Merzeau parle quant à elle d’information sur mesure et de primauté du token sur le type. La personnalisation descend dans les couches les plus fines de la singularité, en deçà même du profil.

Cela étant, tout n’est pas joué et nous sommes à un moment où il y a du jeu, où il y a un embranchement possible entre le singulier et le collectif.

Il existe un enjeu à repenser nos traces pour faire mémoire. Cela s’oppose à la mémoire purement archivale des traces numériques (mémoire de stockage) . Il s’agit de ne pas oublier le commun, le non-calculable. En s’en remettant totalement aux instruments de calculs et de prévisions, il existe un risque d’oubli de l’inventivité.

Pour y résister, une voie semble se dessiner : faire document. « Faire document signifie faire société dans des documents publics. » (Louise Merzeau). A l’appui de cette idée, on peut citer notamment le crowdsourcing.

La réappropriation (peut-on déjà parler d’une désappropriation du numérique ?) pourrait passer par la construction d’une mémoire au temps long.

Les traces numériques ne se déposent pas dans le même ordre que dans l’ère pré-informatique. Les traces sont maintenant en amont. Les traces ont changé de nature. Elles ne sont plus du même ordre.

« Louise Merzeau : les interactions sont devenues opaques »

« Lorenzo Soccavo : aujourd’hui le code dépasse le signe. »

 

 

Représentations et métaphores

 

Il serait naïf de penser que la modernité et son usage de la raison aient remplacé définitivement le rôle du mythe et des métaphores. Roland Barthes avait bien saisi que chaque époque produisait ses mythologies. Il en va de même pour le numérique. Les métaphores et les représentations dans ce domaine sont aussi nombreuses et actives que dans les autres domaines d’activités de l’homme.

Or les images ne sont pas seulement des accessoires de la pensée, elles l’informent, la structurent par leurs résonnances et leurs connotations. Ainsi, une clarification des enjeux ne passera pas seulement par une mise à plat des arguments, mais aussi par la possibilité de substituer les images égarantes par d’autres images plus adéquates, ou plus fécondes.

A la métaphore du nuage  invisible et intangible, Louise Merzeau propose de lui substituer l’image de la constellation, qui suppose étoilement mais aussi cartographie et lisibilité.  L’environnement prend ici le sens d’habitus. Intérêt non négligeable de cette image, c’est qu’elle permet également de s’opposer à la pensée en silo.

 

Mots-carrefours

Les mots carrefours renvoient à ces termes qui surgissent au détour d’une remarque, qui sont repris dans une question, et qui de proche en proche permettent à chacun de se familiariser avec une idée. Cette expression renvoie notamment à cette capacité de certaines expressions d’être virulentes. Les mots carrefours ont un rôle proche de ce que Blumenberg détecte dans les métaphores.

Leur dimension plurielle et leur rôle de communication les arrachent à la dimension singulière du premier à les prononcer. Il ne sera donc pas rendu à César ce qui lui revient ; et que chacun se sente libre de puiser dans cette boîte à outil conceptuel :

 

  • Gribouillage
  • Ecosystème
  • Compatibilité vs. convergence
  • Commerce et diplomatie
  • Identité vs. Présence numérique
  • Environnement ou milieu

 

 

Bibliographie apparue durant la séance :

 

Berloquin P. Codes : la grande aventure, Michel Lafon, 2010.

Salaün J. – M. Vu, lu, su, La Découverte, 2012.

 

 

 

Compte-rendu 1 – l’interdisciplinarité

 

Séminaire « Cultures, savoirs et techniques numériques »

Pour une investigation économico-anthropologique en milieu numérique.

 

Compte-rendu de la séance inaugurale du 19 octobre 2013 par Thibaud Zuppinger

 

Principaux intervenants : Lorenzo Soccavo, Louise Merzeau, Anne-Marie Autissier.

 

 

Présentation des enjeux

Donner une définition précise de ce que sont les médias numériques n’est pas une tâche simple. Sites, blogs, livres numériques, streaming… ils recouvrent tous une réalité beaucoup trop diverse pour être déterminés précisément et surtout être rangés sous la même appellation sans une réduction caricaturale qui en gêne la compréhension.

Le numérique renvoie à un nouveau domaine de la réalité et des objets qui n’est pas encore stabilisé a précisé Florian Forestier. Ce domaine émerge et se structure au détour de la pluralité des discours et des approches relevant par la même les normes intrinsèques du discours. Ainsi, le numérique peut être compris comme une dynamique qui fait monde, et non pas comme un monde qui viendrait se superposer à un monde pré-existant. Le numérique  nous fait assister à la constitution et la négociation de nouveaux pans de la réalités, de nouveaux objets, de mutations dans la façon de faire monde. Il s’insinue dans un monde que l’on croit stable et nous oblige à revoir les catégories et distinctions à partir desquelles nous l’interrogeons et le comprenons. Pour Florian Forestier, la catégorie la plus féconde pour cela est celle de la spatialité : il faut concevoir Internet comme un espace. On pourrait ajouter d’ailleurs que le numérique en est sans doute un constituant, souligne Nolwenn Picoche.

fractal-tree-2-1242894-m

Comme le fait remarquer Louise Merzeau le numérique est bien plus que la numérisation auquel il est encore bien trop souvent réduit et assimilé. Il devient chaque jour un peu plus création.

C’est pourquoi il est plus intéressant de s’attacher à déterminer les pratiques et les enjeux et interroger, comme le fait Florian Forestier, le phénomène de traduction des anciens concepts à cette nouvelle dynamique.

Thibaud Zuppinger présente les enjeux du séminaire en rappelant qu’il ne s’agit pas de proposer un cours théorique, avec une dimension pédagogique mais de veiller à garder une forme dynamique pour la recherche, qui permette de créer une émulation, et ainsi, autant que possible, de penser sur les marges. L’objectif de cet atelier est orienté vers la création d’un espace intermédiaire entre les disciplines, où elles peuvent dialoguer, se confronter, échanger. Il s’agit de réunir des intervenants du monde numérique, des acteurs impliqués qui se posent des questions sur ce qu’ils font et sur les outils dont ils se servent. Par ailleurs, nous chercherons également à prendre en compte l’effet de notre action sur les champs ainsi retraduits et donc dans le même temps déplacés.

La question qui sert de fil conducteur pour cette séance et qui reliera les différentes séances à venir, est : comment le travail de recherche sur un domaine contribue à le faire émerger et évoluer ? La reprise théorique et pratique opérée au sein de ce séminaire cherche à prolonger et à faire advenir quelque chose de nouveau, d’inachevé. Lorenzo Soccavo par exemple, pour exprimer que notre reflexion doit s’émanciper du conjecturel souligne que les liseuses et les tablettes sont encore très imparfaites et que l’on peut s’interroger légitimement sur leur avenir. (voir sa tribune : http://www.idboox.com/ebook/infos-ebooks/tribune-libre-pourquoi-les-liseuses-mont-decu/)

 

 

Fonctionnement du séminaire

 

 

Les thèmes et les invités ne sont pas retenus en fonction de leur appartenance à telle ou telle doctrine, discipline ou posture, mais parce que tous ont quelque chose à dire, faire ou apprendre de cette culture numérique. En un mot, elle constitue leur monde.

À la diversité des approches et des invités répond un commun souci d’ouverture et de curiosité qui n’interdit pas de maintenir une exigence méthodologique, et ce malgré la variété des thèmes et des disciplines confrontées. Cette ouverture répond à l’exigence de respect des pratiques, des acteurs et des objets en train de se faire. Le séminaire est pensé comme un espace intermédiaire, de confrontation, d’échanges et de frictions.

 

L’idée est de construire un groupe restreint, et engagé. Travaillant en commun à l’échelle de l’année.  Il ne s’agit pas de faire venir un intervenant différent chaque mois pour qu’il présente ses travaux, mais vraiment de mettre en place un échange nourri entre plusieurs personnes. C’est pourquoi il est intéressant de créer une fidélisation des intervenants. Si les participants reviennent régulièrement, cela fait du séminaire une sorte de collectif informel de recherches.

Autant que possible il s’agit ici de risquer des hypothèses, de les confronter aux expériences, aux difficultés pratiques, et de mesurer les influences réciproques entre le faire et le penser. Loin d’une opposition théorie/pratique, la question est d’appréhender l’intrication des deux : comment le travail de recherche sur un domaine particulier contribue à le faire émerger puis évoluer ? Ce séminaire est avant tout un atelier expérimental, ou les éléments théoriques surgissent pour appréhender ce qui se fait, plutôt que de vouloir les forger apriori et les coller sur le terrain.

 

 

Savoir-faire, et savoir-faire-émerger

Parler des pratiques, des savoir-faire, et des savoirs advenir, requiert du tact et une capacité à faire advenir. La question essentielle, dans cette articulation du théorique et du pratique, est bien de savoir comment amener du matériau pour l’analyse.

A l’occasion de cette séance, cette question s’est posée une première fois avec les usages et les nouveaux supports. Ainsi, Louise Merzeau reprend la position de Lorenzo Soccavo pour la préciser. Selon elle, la différence entre liseuses et tablettes permet justement d’apercevoir les changements en cours : avec la tablette, les notions mêmes de support, de document, de lecture savante… sont révisées. Les dimensions matérielle, ergonomiques, industrielles et cognitives sont indissociables, comme l’atteste par exemple le retour du “gribouillage”. L’enjeu est celui d’un nouveau savoir lire et écrire numérique, où il ne s’agit plus de maîtriser un lieu, un logiciel mais plutôt une constellation, un environnement.

L’enjeu politique commence à surgir dans les interstices de la circulation des contenus entre les services et les applications qui les traitent, les affichent et celles qui les éditent.

Il s’agit précisément de lutter contre la logique de silo que défendent, pour le bien du client, les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple). Tout ceci semble encore embryonnaire, mais il est possible de voir se dessiner une révolution derrière l’évolution.

 

Contre l’enfermement de la pensée en silo, il importe de penser en termes de compatibilité d’utilisation (ce qui n’est pas la même chose que la convergence).

Le web possède une logique propre, qui modifie les autres logiques de manières transversales (métamédium, cf. J.-M. Salaün). En cela il ne surplombe pas les autres mondes. Il les fait advenir autrement. Il les informe.

 

Lors d’un moment de synthèse des idées échangées, Thibaud Zuppinger est revenu sur l’idée d’une expérience numérique multiformes, formant un tissus hétérogène et interconnecté exigeant de la pensée qu’elle laisse une place à la discontinuité.

 

Position problématique

 

Les nouvelles technologies de communication, les contenus culturels et les nouvelles pratiques de recherches font maintenant partie de notre quotidien, pourtant cette familiarité latente cache souvent une méfiance et un manque de connaissance. C’est pourquoi il importe de comprendre ce que l’on fait pour le faire mieux, pour le laisser devenir autre chose. Comment réinventer les moyens de faire émerger les manières de faire comme les manières de résoudre les problèmes ?

 

L’enjeu de ce séminaire est d’aborder certains grands thèmes retenus comme caractéristiques des débats contemporains autour des pratiques numériques, et de les interroger à la lumière de plusieurs grilles de lecture, afin d’en examiner la portée et leurs éventuelles articulations.

 

Ces thèmes ont progressivement émergé des séances précédentes de l’atelier, dont le séminaire dans sa forme actuelle constitue un prolongement. L’introduction de ce séminaire a été l’occasion de rappeler la continuité forte avec les résultats et les méthodes développées dans l’atelier. Pendant deux ans, la revue Implications philosophiques a proposé un atelier qui se donnait pour tâche de se confronter à ces problématiques, en mettant en dialogue philosophes, sociologues, journalistes, responsables de fabrication, archivistes, bibliothécaires…

 

A cet égard, cette transition nous invite à faire preuve de modestie, et à préciser d’emblée que cela implique de trouver un style, un rythme et un ton qui n’est plus celui de l’atelier. Immanquablement, il y aura des tâtonnements, des ajustements et des erreurs de jeunesse. Tant mieux. Le séminaire est l’occasion d’ouvrir la réflexion à davantage de personnes, et cette richesse, ces échanges, ces nouveaux points de vues doivent progressivement être intégrés dans la dynamique de recherche qui nous anime, afin de conserver toute la fécondité de ces moments de rencontre.

 

Le changement de format et l’implication de nouveaux participants font de ce séminaire une aventure en train de se faire et une aventure particulièrement réjouissante et prometteuse. Participer aux séances du séminaire n’est pas un mot vain, il s’agit de participer à une expérience commune, pour faire bouger les représentations et les savoir-faire comme les savoir-faire-émerger.

 

En maintenant un fil problématique, une unité qui pourrait constituer l’identité du séminaire, ce qui est visé c’est aussi l’installation de nouvelles manières de faire de la recherche, c’est-à-dire de nouvelles manières de parler des savoir-faire, des pratique, des résistances  et des représentations.

 

 

Théories et pratiques

Écartant par avance l’approche théorique apriori, il est suggéré de partir des résistances des pratiques, des difficultés, et de faire émerger autour de ces points de cristallisations des prolongements au sein du séminaire, une reprise en mots et surtout l’intégration de la pratique et de la théorie dans le processus de conceptualisation. Ne pas se demander ce que l’on fait mais comment on le fait, avec qui et comment on s’y prend.

Afin de mieux appréhender ces moments de difficultés, Thibaud Zuppinger suggère de garder en tête cette question : qu’est-ce qui compte ? Dans le réel ce qui compte ce n’est pas toujours la même chose. En ce sens il est impératif d’éviter une fausse unité de la recherche pour laisser une place à la discontinuité, aux ruptures.

 

Élargissant la question des Humanités digitales, il s’agit de se placer entre les media-studies et l’anthropologie numérique. La grille de lecture anthropologique permet de proposer une première approche, en permettant de prendre en compte le poids des représentations et de l’imaginaire qui conduit et oriente les projets et les développements technologiques. Il ne s’agit pas de condamner les représentations, préjugés et clichés, mais de réussir à les mettre en lumière, les isoler et comprendre leurs influences sur nos manières de penser et d’agir. Ce faisant, nous rappellerons que le numérique n’est pas une sphère indépendante de l’humain. Il n’y a pas à sauver l’homme contre le numérique, ni à le poser face à lui. Les deux sont liés. L’homme trouve dans la technique un moyen de satisfaire les besoins de sa nature, réaliser ses désirs et pallier ses manques. La technique prolonge l’humain et en retour, joue sur son évolution, sur ce qui la définit. Poser l’un face à l’autre est donc absurde.

 

L’idée dans la mise en place de ce processus, c’est d’éviter la facilité d’un dualisme homme/numérique, comme s’il s’agissait d’un monde déjà constitué, indépendant et autonome dans lequel le chercheur pourrait se déplacer et l’interroger.

La conviction qui se détache de ces échanges, c’est bien au contraire, que le monde numérique et ses objets ne sont pas encore stabilisés. Ils constituent des espaces dérivants, pour reprendre l’expression de JP Richard. Les objets ne sont pas fixes, ils se rassemblent, les noms changent.

Nous sommes confrontés à des pratiques qui n’ont qu’une stabilité toute relative, et l’enquête comme la découpe théorique ne sont pas neutre sur l’objet ou le terrain, mais contribuent à le modifier, à le faire émerger, et à lui donner une forme d’existence. La théorie possède une dimension performative souvent méconnue. Bref, théorie et pratique ne s’affrontent pas, la théorie est au cœur de la pratique. C’est pourquoi il importe de parvenir à mettre en place un commerce, fragile et évanescent avec ces pratiques. Cela rejoint notre question d’introduction, comment faire émerger ces savoir-faire ? L’idée étant moins de tirer des généralités que d’affiner les montages pour chaque expérience. Notre intention étant plutôt que de clore les sujets de discussion en les limitant, de les surgir des mots, qui paraissent adéquats, pour rendre compte des pratiques et de leur insertion dans le monde. Nous pourrons considérer que le séminaire est un dépôt où les mots évoluent, s’échangent, se chargent et enfin peuvent se déposer pour sédimenter.

 

Pour mettre en œuvre cette attention propre qui est requise, deux dimensions complémentaires sont à prendre en compte. D’une part l’aspect technique que requiert le guet d’indices : comment savoir ce qui compte, ce qui émerge ? D’autre part, une dimension plus politique, qui s’incarne en particulier dans le séminaire, avec la mise en débat des concepts, l’échange et la friction des interprétations.

 

 

 

 

Espaces numériques

A signaler, l’existence d’un excellent blog qui traite des problématiques de spacialisation dans les espaces fictionnels. « (e)space & fiction s’intéresse aux relations entre l’espace et la fiction (romans, films, peinture, musique, BD…). » Vous pouvez vous y rendre à cette adresse : espace et fiction.

Fruit d’une collaboration internationale, le site est régulièrement mis à jours et propose autant d’analyses que de veilles. Pour ceux qui s’intéressent à ces questions, les matériaux disponibles sont nombreux. On appréciera également l’effort qui est fait pour proposer les articles en anglais et en français.

Pour approfondir le thème, le site d’un des contributeurs offre un excellent prolongement. Moins actif, il n’en demeure pas moins extrêmement riche. Monde géonumérique est tenu par Thierry Joliveau.

 

Enfin, on ne saurait trop vous conseiller de parcourir les travaux de Florian Forestier, paru sur le site de la revue Implications philosophiques, que vous pourrez retrouver ci-dessous :

De la mondanisation du web

Remarques sur le schème spatial 

# 2 Le livre électronique

Séance 2 – Samedi 16 novembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (1)

 

Les mutations engendrées par les nouvelles technologies ont profondément touché les modèles de création, de diffusion et de vente du savoir, dont le circuit du livre était le principal représentant. Si le secteur économique du livre est en crise, proclamer sa mort est plus que prématuré. Au cours de cette séance il s’agira d’enquêter sur les ressources et les potentialités qu’offrent le livre numérique. Pris entre la problématique de son poids symbolique dans la société et les contraintes économiques de sa fabrication et de sa diffusion, face à des alternatives faisant le pari du gratuit, de gré ou de forces (piratage) le livre numérique représente une réponse adaptative à un paysage particulièrement complexe.

#1 Ouverture

Séance 1 – Samedi 19 octobre 10h30 – 12h30

 Les anthropologies numériques : le défi de l’interdisciplinarité. 

 

Présentation du programme du séminaire, l’articulation entre les thèmes et des approches qui seront déployées.

Élargissant la question des Humanités digitales, il s’agit de se placer entre les media-studies et l’anthropologie numérique. La grille de lecture anthropologique permet de proposer une première approche, en permettant de prendre en compte le poids des représentations et de l’imaginaire qui conduit et oriente les projets et les développements technologiques. Il ne s’agit pas de condamner les représentations, préjugés et clichés, mais de réussir à les mettre en lumière, les isoler et comprendre leurs influences sur nos manières de penser et d’agir. Ce faisant, nous rappellerons que le numérique n’est pas une sphère indépendante de l’humain. Il n’y a pas à sauver l’homme contre le numérique, ni à le poser face à lui. Les deux sont liés. L’homme trouve dans la technique un moyen de satisfaire les besoins de sa nature, réaliser ses désirs et pallier ses manques. La technique prolonge l’humain et en retour, joue sur son évolution, sur ce qui la définit. Poser l’un face à l’autre est donc absurde.

Programme

Programmation du séminaire « Cultures, savoirs et techniques numériques »

 

Lieu : Paris 8 – Salle A 242.

Metro St Denis-Université – Ligne 13

Université Paris 8 (2, rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis)

 

– Séance 1 – Samedi 19 octobre 10h30 – 12h30 :

Ouverture – Les anthropologies numériques : le défi de l’interdisciplinarité.

– Séance 2 – Samedi 16 novembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (1)

– Séance 3 – Samedi 14 décembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (2)

– Séance 4 – Samedi 18 janvier 10h30 – 12h30

Ouvert/Gratuit/Légitime

– Séance 5 – Samedi 15 mars 10h30 – 12h30

Vitesse/changement/critères

– Séance 6 – Samedi 19 avril 10h30 – 12h30

Les mondes numériques, entre sous-cultures, attachements et dépendances.

– Séance 7 – samedi 17 mai 10h30 – 12h30

Les nouvelles formes de créativités numériques.

 

Information : t.zuppinger@implications-philosophiques.org

 

Présentation

Depuis deux ans, la revue Implications philosophiques organise un atelier qui se donne pour tâche de se confronter aux problématiques de la culture numérique, en mettant en dialogue philosophes, sociologues, journalistes, responsables de fabrication, archivistes, bibliothécaires. Nous avons le plaisir de vous annoncer que pour l’année 2013-2014 l’atelier se transforme en séminaire, qui se tiendra à l’Université Paris 8.

L’enjeu de ce séminaire est d’aborder certains grands thèmes retenus comme caractéristique des débats contemporains autour des pratiques numériques, et de les interroger à la lumière de plusieurs grilles de lecture, afin d’en examiner la portée et leurs éventuelles articulations. Ces thèmes ne sont pas choisis au hasard mais ont profondément structuré les séances précédentes de l’atelier, dont le séminaire dans sa forme actuelle constitue un prolongement des problématiques.

 

Les nouvelles technologies de communication, les contenus culturels et les nouvelles pratiques de recherches font maintenant partie de notre quotidien, pourtant cette familiarité latente cache une méfiance et un manque de connaissance.

 

Les thèmes et les invités ne sont pas retenus en fonction de leur appartenance à telles ou telles doctrines, disciplines ou posture, mais parce que tous ont quelque chose à dire, faire ou apprendre de cette culture numérique.

À la diversité des approches et des invités répond un commun souci d’ouverture et de curiosité qui n’interdit pas de maintenir une exigence méthodologique, et ce malgré la variété des thèmes et des disciplines confrontées. Cet équilibre difficile à maintenir sera le défi permanent de ce séminaire. A cet égard, une écoute ouverte et des échanges argumentés seront de précieux outils. Le séminaire propose un espace intermédiaire de confrontation, d’échanges et de frictions.

 

Les exigences formulées peuvent se résumer comme une mise au clair des présupposés en jeu, des débats existants, des arguments et des modes d’argumentations mobilisés. Le format retenu n’est donc pas celui de l’intervention formelle d’une personnalité, présentant un travail achevé et maitrisé, mais repose davantage sur le modèle d’un groupe de recherche informel qui échangerait de façon libre en confrontant les regards et les connaissances autour d’un ordre du jour relativement large. Autant que possible il s’agit ici de risquer des hypothèses, de les soumettre aux expériences, aux difficultés pratiques, et de mesurer les influences réciproques entre le faire et le penser. Loin d’une opposition théorie/pratique, la question est d’appréhender l’intrication des deux : comment le travail de recherche sur un domaine particulier, contribue à le faire émerger puis évoluer. Ce séminaire est avant tout un atelier expérimental, ou les élements théroiques surgissent pour appréhender ce qui se fait, plutôt que de vouloir les forger apriori et les coller sur le terrain.

 

 

Afin de proposer une première structuration des interrogations, deux axes ont été retenus : anthropologique et économique.

 

Cultures numériques

Élargissant la question des Humanités digitales, il s’agit de se placer entre les media-studies et l’anthropologie numérique. La grille de lecture anthropologique permet de proposer une première approche, en permettant de prendre en compte le poids des représentations et de l’imaginaire qui conduit et oriente les projets et les développements technologiques. Il ne s’agit pas de condamner les représentations, préjugés et clichés, mais de réussir à les mettre en lumière, les isoler et comprendre leurs influences sur nos manières de penser et d’agir. Ce faisant, nous rappellerons que le numérique n’est pas une sphère indépendante de l’humain.

Investigation économico-anthropologique en milieu numérique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search