Autour du Manifeste des Digital Humanities (2)

 

II Produire et diffuser

 

Textes de référence :

Le manifeste des Digital Humanities

http://tcp.hypotheses.org/318

Jeune chercheurs et humanités numériques : un manifeste.

http://dhiha.hypotheses.org/1108

Contexte et portée.

Rédigé lors du ThatCamp 2012, le manifeste des DH n’est pas simplement une profession de foi, oublié dans le consensus général avant même que l’encre ne soit sèche. En témoigne le récent regain d’intérêt autour de ce texte sur la liste de diffusion [DH] (janvier 2014). Cette discussion a notamment porté sur la question de la genèse et en particulier l’importance du choix des mots.

abstract-258338_640

Porte d’entrée directe aux problématiques posées par le manifeste, comment faire référence de manière scientifique à cette discussion ? Pourtant c’est par des listes de diffusions que des chercheurs s’engagent, produisent, échangent.

Or aujourd’hui nous éprouvons des difficultés à proposer une référence à cette discussion. Ce sont précisément ces questions qui intéressent le manifeste des jeunes chercheurs. Comment les intégrer dans le circuit de la référérencialité scientifique ? Comment prendre en compte l’engagement d’un chercheur dans une liste de diffusion ? Peut-on assimiler un mail de réponse ayant demandé un long temps de recherche à une publication ?

 

J.B. Camps attire l’attention, dans le manifeste des jeunes chercheurs, sur le passage suivant « établir des principes justes et des règles claires, pour évaluer la pertinence des recherches, établir des critères de reconnaissance scientifique et institutionnelle. » Initiative louable mais qui n’indique en rien quels sont les critères que l’on peut poser pour évaluer l’activité scientifique numérique ?

 

On en vient alors à se poser la question de l’évaluation propre aux humanités numériques telle qu’elle est vivement encouragée par les deux textes. Faut-il un traitement spécifique des résultats dans les humanités numériques, avec une reconnaissance à obtenir par les chercheurs plus traditionnels ? Quelle serait cette méthodologie, ces critères ?

 

Cette approche, selon T. Zuppinger, met l’accent sur la dimension scientifique de ces travaux et par extension touche à d’autres critères propres à ces exigences scientifiques, comme la répétabilité et la mise en place éventuelle de méthodologies génériques. J. B. Camps propose de distinguer deux aspects qui sont liés à cette question : d’une part vérifier la recherche (ce qui rejoint la problématique de l’open access) et la volonté de mettre à disposition les sources et les matériaux, éventuellement même les logiciels.

 

Plus profondément, la question est surtout : peut-il y avoir une méthodologie d’évaluation des travaux numériques ? A-t-on réellement besoin de modes d’évaluation différents des résultats classiques ?  De quelle façon faut-il les considérer de manières différentes des résultats obtenus par une autre méthode ?

 

Évidemment ces questions ne doivent pas faire oublier les résistances méthodologiques (J. B. Camps) : on ne peut pas se contenter de calculer sur des textes, le texte ne se limite pas à ce qu’en dit l’approche métrique. Il est important de séparer nettement ce qui est de l’ordre de la science et ce qui est de l’ordre de la compréhension, d’une approche créative. La science a besoin de preuve, et le numérique peut parfois apporter une rigueur qui parfois peut manquer aux sciences humaines.

 

Confusion ou unité d’une pratique productrice ?

Comment produire et diffuser du savoir avec le numérique ? Cette question reprise par les deux textes en réalité repose sur un amalgame : un travail de recherche produit numériquement n’est pas mécaniquement appelé à être diffusé numériquement. Comme le souligne T. Zuppinger, que sont les Digital Humanities et que peuvent-elles êtres ? S’agit-il d’un usage du numérique ou d’un projet numérique à proprement parler ?

Quel rapport y a-t-il au juste entre la production et la diffusion du savoir ? Elles sont évidemment liés dans les DH mais sont disjoints dans l’évolution de la recherche.

 

Les deux textes regroupent ces deux dimensions qui sont consubstantielles certes, mais l’analyse demande de les distinguer. D’une part nous avons la question de la diffusion de la valorisation, et de l’autre la question du numérique. Et parfois en corollaire la diffusion auprès d’un public non académique mais ce n’est la même chose que la production numérique du savoir. La production n’influence pas sur la diffusion.

 

Nouveau, vraiment ?

La question qui surgit de ces interrogations prend alors la forme suivante : s’agit-il de changements disciplinaires réels ?

Le numérique peut demander des pratiques et des exigences déontologiques qui peuvent être spécifiques au numérique.

 

Bien sûr,  on peut rester sceptique sur les moyens intellectuels et conceptuels développés par les deux textes pour pouvoir déceler de profonde innovations qui interviendraient dans ces disciplines. Ici on reste dans une approche classique des disciplines. Il n’y a pas vraiment de place pour l’innovation ou pour une nouvelle discipline, les DH, c’est faire par le numérique ce que l’on fait déjà mais autrement.

 

Les Humanités Numériques se situent dans la continuité des humanités mais par d’autres outils qui permettent tout simplement  de faire plus rapidement ce que l’on produisait déjà. Dans ce contexte, le numérique permet avant tout de changer d’échelle et de traiter des corpus plus vastes.

 

A suivre la pensée de J. B. Camps, il ne faudrait plus parler d’humanités numériques mais d’humanités en général, et trouver un autre terme pour l’ancienne conception des humanités. Aujourd’hui, toutes les humanités sont quasiment numériques ; le numérique est intégré et partie prenante des nouvelles pratiques. De fait, ce sont celles qui ne sont pas numériques qui ont tendance à se distinguer.

 

Stéphane Pouyllaud propose de penser les humanités numériques comme science auxiliaire au sens classique. Les Humanités numériques représentent un champ en grande partie méthodologique comme la bibliographie ou la paléographie, qui va  apporter des outils nouveaux à d’autres disciplines plutôt qu’une définition par leur contenu propre. Cette définition par l’unité se jouerait alors sur la méthodologie.

 

Le changement d’outils ne révolutionnent pas nécessairement la discipline, mais peut l’accompagner naturellement. Par exemple, rappelle J.B. Camps la stylométrie est une discipline à mémoire courte où l’on réinvente constamment la poudre. Dès le 19ième, on trouve des chercheurs qui s’interrogent sur le passé et l’avenir de la stylométrie et on faisait déjà des comptages des occurrences dans les textes. La stylométrie se considère comme un domaine toujours émergeant, notamment avec l’apparition de nouveaux outils qui renouvellent les capacités de recherche, comme le traitement automatique du langage dans les années 70. Est-il forcément pertinent d’y voir à chaque fois l’émergence d’une nouvelle discipline plutôt qu’une évolution en fonction des outils utilisés ?

 

Quelles nouveautés dans l’analyse ?

 

La question devient alors à partir de quand ne s’agit-il plus seulement d’expérimentations isolées mais qu’il s’y substitue une volonté de définir un champ d’études qui puisse être défini par le terme humanités numériques ? D’ailleurs, quels sont les critères retenus pour atteindre une masse critique : le nombre de chercheurs, les organes de publications, la formation, etc. ?

En effet, les recherches et les résultats ne sont pas toujours orientés vers la possibilité de ménager des retours ou une continuité. Cela entraine une multiplication de tentatives isolées, sans forcément définir un nouveau champ d’étude. Peut-on atteindre, par les DH, une masse critique, qui permettent une continuité ?

 

J.B. Camps : « Théoriquement, on peut tout faire avec un ordinateur, mais il faut bien des moyens pour le développer, donc, il faut des développeurs, des ingénieurs, etc. » D’autant qu’il faut distinguer les contraintes internes et les contraintes externes : on peut limiter un langage pour garantir son interopérabilité mais ce n’est pas une contrainte interne à l’objet scientifique que l’on étudie. Il est souvent nécessaire de devoir trancher entre finesse et accessibilité.

 

Peut-on parler d’une reconfiguration disciplinaire demande Florian Forestier ? Est-ce que les disciplines vont vraiment changer de visage et changer la manière de faire ? Est-ce qu’un archiviste deviendra un codeur ?

A cette question, Jean-Baptiste Camps précise qu’aujourd’hui déjà il y a des ruptures, car il ne viendrait plus à l’esprit des archivistes de faire des choses à la main, en particulier tout ce qui est de l’ordre des comptages.

Dès qu’un ordinateur est impliqué, est-ce automatiquement des humanités numériques ?

Tout simplement, même si c’est secondaire, on n’écrit plus ses articles à la main. Cela change profondément les choses dans la chaine éditoriale. Ce que l’on ne peut plus faire par ordinateur, pourrait-on dire, n’appartient plus à la discipline. On en est arrivé à un point où on fait abstraction de ce qui n’est plus modélisable dans l’outil numérique. La pratique de la recherche dans les humanités s’approchent de plus en plus de ce modèle : les gens vont cumuler une approche quantitative et une approche individuelle des phénomènes. Il s’agit de faire dialoguer le numérique et l’approche traditionnelle, cumulative.

 

Bien sûr, on peut perdre en finesse d’analyse, celle que l’on possède au contact avec l’objet étudié, mais il semble que l’orientation actuelle soit dans la convergence. On observe surtout des recherches qui articulent le quantitatif et une étude individuelle des phénomènes. Ainsi, en pratique, et c’est bien là que se joue les choses, il y a un dialogue entre le numérique et l’approche de la discipline.

 

De la production à la visualisation. Nouvelle pratique et nouvelle forme de connaissance.

 

Le numérique n’est pas qu’un outil de production, il peut aussi être un outil de visualisation, permet de mettre en forme des résultats pour les rendre visuel.

Faut-il réduire les humanités numériques aux sciences humaines écrites ?

 

Il n’y a pas que l’écriture et le traitement de corpus, il existe par exemple un projet de numérisation de la culture orale au niveau européen, permettant une visualisation des mouvements de la langue dans certains chants traditionnels.

Si on n’avait pas le modèle numérique pour modéliser, ce serait tout simplement impossible de posséder ce savoir.

Autour du Manifeste des Digital Humanities (1)

Textes de référence :

Le manifeste des Digital Humanities

http://tcp.hypotheses.org/318

Jeune chercheurs et humanités numériques : un manifeste.

http://dhiha.hypotheses.org/1108

I – Portraits des Humanités digitales

 

Deux textes, deux styles, deux visées différentes.

Les premières impressions des intervenants soulignent la qualité de la rédaction du manifeste des Digital Humanities. Ce texte est particulièrement ciselé, avec l’impression que vouloir en réduire quelque chose, ce serait oublier quelque chose d’essentiel. A l’inverse y ajouter un élément, c’est s’exposer à une critique, qui imposerait d’apporter une précision supplémentaire, toujours soumis au risque d’un contre-exemple. Nous sommes face à un texte bref, synthétique et autonome. On sent que chaque phrase a été soupesée, laissant parfois un étrange sentiment de vide, ou plutôt d’un manque de prise, là où il est plus aisé de s’approprier le Manifeste des Jeunes Chercheurs, qui lance plus d’idées, et offre davantage de prises pour la discussion.

abstract-258336_640

Un manifeste pour se définir.

Quel est le statut des Humanités numériques ? Est-ce une nouvelle discipline, un ensemble de disciplines, voire même une non-discipline c’est-à-dire pas une discipline du tout ?

Soucieux de se définir, de trouver un dénominateur commun, les DH (pour Digital Humanities) emploient le terme de transdisciplinaire, plutôt qu’interdisciplinaire. Un diagramme intéressant proposé par Frédéric Clavert est disponible ici, présentant l’évolution de l’usage de ce terme :

https://books.google.com/ngrams/graph?content=transdiscipline&year_start=1960&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Ctransdiscipline%3B%2Cc0

 

Logiquement, c’est le terme « numérique » qui cristallise les tentatives de penser cette unité. Le terme renvoie à une unité de pratique et une volonté de solidarité, qui ne vise pas une communauté qui serait déjà établie mais au contraire une communauté qui se veut ou qui se cherche et  donc qui se décide et s’auto-institue. Une communauté qui converge (l’idée de convergence est peut-être une distinction à opposer à l’interdisciplinarité). Qu’est-ce qui fait l’unité des DH ? Est-ce juste l’outil ? Nous sommes confrontés à une unité problématique, avec des outils, un public et des visées différentes.

 

L’unité de cette communauté n’est toutefois pas seulement à construire. Elle existe déjà sous certains aspects. Une communauté qui adopte en particulier une posture spécifique, en abandonnant les hiérarchies du monde académique. Elle se conçoit aussi, le plus souvent, comme horizontale, le terme revient assez régulièrement. C’est également une communauté qui se fédère par les difficultés qu’elle rencontre pour être intégrée dans le champ classique des disciplines. L’enjeu derrière le manifeste c’est aussi de constituer une communauté qui apporte une visibilité et une légitimité à ceux qui s’en réclament.

Une manière évoquée durant le séminaire pour estimer la dimension pratique de ce manifeste serait de dessiner les caractéristiques d’un projet numérique en accord avec les principes du manifeste. A quoi ressemble le projet numérique idéal tel qu’il est inévitablement porté par cette note d’intention ? Sans doute un travail en équipe, employant des outils numériques, interopérables, exploitables, pérennes, fournissant une légitimité et une reconnaissance (ainsi que des revenus pérennes) à ceux qui le font vivre.

 

L’impératif d’une plus grande transparence exigée par le manifeste vise à obtenir une meilleure visibilité pour les projets entrepris, et pouvoir suivre les équipes de recherches qui peuvent changer de nom en fonction des programmes, alors que derrière il peut y avoir une plus grande stabilité des équipes, des outils et des objets d’études. C’est l’idée aussi qu’il n’y ait pas de doublon ou de projet en concurrence afin d’associer et mutualiser les efforts.

 

Arythmie sociétale

Le Manifeste des Jeunes Chercheurs laisse davantage transparaitre un sentiment de malaise par rapport à la réception du numérique dans la sphère académique.

A vrai dire, il y a peu de prospective sur la forme que pourra prendre demain les DH et peu d’interrogations sur cette unité problématique. Au contraire, le manifeste se caractérise par un ton revendicatif. L’une des priorités affichées est de rendre le travail des jeunes chercheurs moins incertains, avec l’idée de sensibiliser la société à un pan de production du savoir qui ne bénéficie pas encore d’un statut en rapport avec les productions qu’elle permet.

Il n’y a pas un ennemi identifié, mais un obstacle symbolique, dans la société, auquel se heurte les DH, et c’est sans doute cet obstacle qui serait le dénominateur commun des DH.

L’ensemble du manifeste possède un ton militant presque syndical soulignant qu’il n’y a pas assez de débouchés institutionnels. Autre grief, l’insuffisante prise en compte un travail qui n’est pas suffisament reconnu dans l’évolution d’une carrière, qui n’est pas comptabilisé comme scientifiquement signifiant.

En résumé, pour Thibaud Zuppinger, les deux manifestes font le constat à demi-mot d’une arythmie de la société, une discordance des temps, qui engendre un sentiment de malaise.

 

La douloureuse question de l’évaluation

Cette discordance des temps s’incarne notamment dans la question de l’évaluation du travail numérique et sa reconnaissance, nécessaire pour une carrière. Or on observe un schisme entre les pratiques collaboratives et les modalités d’évaluation qui restent sur un ancien modèle. Les deux textes posent la question des instances d’évaluation, relevant en commun qu’elles fonctionnent davantage sur le modèle d’une concurrence entre les chercheurs, laissant de la sorte peu de place pour valoriser un travail d’équipe, intégré dans un projet.

Il devient nécessaire d’introduire une reconnaissance des différents types de collaborations, par exemple sur le modèle de ce qui se passe en science où il y a une obligation de mentionner les ingénieurs codeurs.

 

Diplôme et pédagogie.

La création de diplômes spécifiques est demandée. Mais dans le détail quelle forme leur donner concrètement ? Il n’y a pas pour le moment de diplôme humanité numérique, qui ne soit accolé à une discipline existante, ou plutôt un diplôme classique, avec une mention Digital Humanities.

 

J. B. Camps rappelle la formation à l’école des Chartes ; une année d’histoire, puis une année de technologies numériques appliqué à l’histoire impliquant notamment les technologies XML, la publication web, la création de bases de données, orientées vers les objets patrimoniaux.

 

Les DH commencent à se diffuser dans l’enseignement, mais le numérique reste encore bien souvent à la porte des méthodes de pédagogie. Il existe une forme de refus du corps enseignant à se tourner vers les outils numériques.

Dans l’enseignement classique, il existe un mépris envers le numérique, on y vient de plus en plus mais c’est le fait des nouvelles générations de professeurs qui ont grandi avec. Il faut garder à l’esprit que les supports numériques n’ont pas à être imposés. Il demeure toujours un problème avec les outils numériques qui est la question de l’expertise. Même si les outils numériques sont simples, il faut une connaissance. Ce qui se joue ici, c’est la finesse et spécialisation vs. simplicité et démocratie des outils numériques.

 

Financement et développement – la question économique.

 

Dans le manifeste des jeunes chercheurs, il est critiqué la courte durée des différents financements et la continuité des projets n’est pas assurée. (N. Picoche). L’idée dominante est que toute ces initiatives sont fragiles et peuvent s’arrêter définitivement, entrainant un retard dans la recherche.

On observe un désengagement de l’État, qui oblige à trouver des fonds auprès de structures privées. Est-ce le but de la recherche de ne pas faire d’entrée d’argent ?

« Soyez visible ! » est le nouvel impératif, vital,  pour trouver des financements par les entreprises, « arrangez-vous pour capter des sous ».

Un projet sur les troubadours c’est évidemment plus vendeur que la grammaire médio-latine en vers qui pourtant peut avoir la même légitimité scientifique mais risque de trouver plus difficilement des financements, donc il faut que la recherche soit aidée par l’État et pas simplement conditionnée par des profits et l’espoir de retours sur investissement.  (J. B. Camps)

Derrière les projets de constitution des bases de données actuelles il y a des projets que l’on ne perçoit pas encore. On peut être surpris par les applications de la recherche pour des cas pratiques.

 

Des migrations des financements, par crowfunding, permettent de passer outre l’aveuglement ou l’imprévisibilité de la recherche numérique.

Avec le crowfunding on peut avoir l’impression de collaborer à quelque chose qui pourra faire émerger d’autres finalités. A condition, bien entendu, que le résultat se trouve dans une base de donnée qui est accessible à tous. Les bases de données peuvent tout à fait être fermée, close, et à accès payant. C’est pourquoi il est essentiel d’accompagner les productions numériques d’un souci pour le commun afin de définir et d’encourager les bonnes pratiques du numérique qui visent justement à juger la production numérique avec des critères d’ouverture.

Traces – Ouvert, gratuit, légitime #3

Sphères de légitimité – des institutions aux personnes

 

Le libre implique-t-il une remise en cause du concept de prestige ? La question de la légitimité est-elle déplacée ? Ce n’est plus seulement Gallimard qui accorde seulement la légitimité, et les instances se multiplient. Kaufman : il faut apprendre à jouer d’instances multiples, selon ses interlocuteurs, il mettra plutôt en avant ses passages sur France Culture, l’article dans le Monde qui lui est consacré, ou ses réalisations dans le libre proprement dit.

abstract-267053_640

La question des critères est difficile à poser. Il faut des critères, mais est-ce que ce sont les critères en eux-mêmes qui assurent la légitimité. Etre chez Gallimard ou chez Framabook, est-ce si différent ? Ca dépendra pour qui (différents cercles) On sait qu’il y a autant de déviations possibles dans une institution ancienne que dans une neuve, une prestigieuse n’est pas préservée de jeux de pouvoirs, de mode, de déformation.

 

La question de la subjectivité est importante : encore une fois, ce sont des gens qui prennent des décisions, et à partir du moment où les critères avec lesquels ils jugent ne sont plus clairs, à partir du moment où on ne peut plus reconnaître une idéalité objective du jugement critique, le risque du simple caprice, du préjugé  est présent partout (une institution peut être colonisée par des personnes ayant des visions du monde compatibles, être totalement gangrénée par quelque chose qui n’a plus aucun fondement, et tourne sur soi-même.

 

En quelque sorte, il y a un glissement : on n’accorde moins de confiance aux institutions, aux marques extérieures (grand éditeur, grand poste universitaire, grand concours, etc.), et plus aux personnes. On a confiance dans le travail de tel ou tel parce qu’il a fait ses preuves (Forestier)

 

Il y a même quelque chose de cet ordre chez Wikipedia dans le noyau dur des contributeurs anciens, mais ça se dilue bien sûr dès que le cercle s’agrandit (Kaufman)

 

A.-M. Autissier suggère de consulter les travaux de N Heinich consacrés à la question de la notoriété chez les artistes contemporains, à la façon dont celle-ci peut être transposée, contribuer à construire une légitimité de type sociale. On se fait connaître d’une certaine façon, et on utilise la notoriété comme une forme de transfert de légitimité. Est-ce vraiment de la légitimité dans ce cas ? Quel est le statut de celui qui présente son opinion comme opinion, mais qui la diffuse parce qu’il est connu ? Qu’est-ce que le prestige ? Est-ce que le prestige d’une publication implique nécessairement la reconnaissance d’une légitimité de son auteur ? Quel lien entre la façon dont quelque chose s’impose dans l’horizon, devient ce par rapport à quoi on se situe, on prend position, et l’estime réelle qu’on a pour elle. Se situer intellectuellement par rapport à Zemmour ou Soral, cela implique-t-il qu’on reconnaisse une légitimité intellectuelle à ces personnes ? Ou les coordonnées de visibilité sociale et celles de respect intellectuel ne diffèrent-elles pas ?

 

Le grand public se positionne d’une certaine façon par rapport aux marques, le public cultivé d’une autre, l’amateur expert encore d’une autre (Girard).  Je peux avoir différents référents pour l’idée d’auteur. J’ai une forme de reconnaissance pour l’auteur Gallimard ou le professeur à la Sorbonne, tout en en ayant une autre pour l’auteur de petite maison provinciale, ou l’autodidacte qui présente ses pensées. Je peux considérer que la philosophie de l’autodidacte est plus intéressante et profonde que celle du professeur à la Sorbonne sans cesser de reconnaître celle-ci comme le modèle de la philosophie, parce que je ne reconnais pas seulement un travail, mais ce que la société reconnaît comme tel.

 

Il n’y a pas contradictions entre des processus de reconnaissances divers. Ce n’est pas parce que je reconnais de la légitimité à l’un que je n’en reconnais pas aux autres, ni même que ces légitimités sont étrangères les unes aux autres, antithétiques. Le soubassement social de ces modalités d’autorité est impossible de distinguer totalement de leurs motivations intellectuelles (Forestier)

 

L. Soccavo : les audiences se comportent-elles comme des foules ? Y a-t-il des études sur la façon dont se diffuse la notoriété sur le web ? Y retrouve-t-on les mêmes mécanismes que dans les mouvements de foule ? Peut-on parler d’une “foule internet”, d’une sorte d’effet de co-présence similaire à celui d’une foule ?

 

Beaucoup d’études on été faites sur le devenir des personnes et groupes qui se sont fait connaître sur le web dans le domaine de la musique (n’émanent pas forcément d’universitaire, aussi de sociétés, comme Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, Irma, etc. Les circuits ne sont pas les mêmes pour le livre ou la musique, ce n’est pas la meme temporalité de diffusion. En littérature, le genre qui se diffuse le mieux en numérique c’est l’érotique et ça se comprend (Girard) Dans tous les cas, le web permet de lancer, la carrière ne se poursuit pas forcément dessus. A partir du moment où ça apparaît légitime, ça passe sur le papier (50 nuances de Grey).

 

D’un autre côté, il y a aussi un mouvement en retour. France Culture est devenue beaucoup plus célèbre grâce à ses podcasts : France culture est la plus téléchargée des chaines de radio (Autissier). Les podcasts suscitent à leur tour un flux continuel d’interactions qui peut amener des auditeurs fidèles aux émissions, voire à la chaine elle-même.

 

Edition et le libre

 

Chloé Girard veut inciter l’édition à s’approprier le libre. Les logiciels sont des outils de fabrication dont il faut garder la maîtrise, s’habituer à travailler avec des informaticiens pour  rester maître de l’outil et des fonctionnalités, mais il y a de nombreux obstacles. Les éditeurs qui développent leur outil veulent le garder, ce qui ne permet pas toujours de suivre le modèle du libre. L’outil est un avantage commercial, il est un outil de service vendu. Mais la mutualisation peut se défendre d’un point de vue économique. Par exemple, en ce moment, la Bibliothèque de Genève veut récupérer l’outil de Droz et le diffuser en suisse. Logiciel libre dynamique lié à la recherche

 

Traces – Ouvert, gratuit, légitime #2

Usages du numérique – Cultures numériques

 

Quand des grosses structures s’imposent sur le marché du libre, comment contrôler ce qu’elles font ? Pourquoi les grands acteurs du numériques prennent le contrôle de la culture, quelle légitimité ? Apple n’avait aucune raison d’être un acteur majeur de la musique. Google ouvre des centres culturels, mais pourquoi Google aurait de fait un tel pouvoir sur la culture (Kaufman).

abstract-267054_640

Internet donne des possibilités : quelle légitimité avait Alexis Kauffman, professeur de mathématiques, de fonder Framasoft ? D’entrer dans l’édition ? La légitimité vient de l’écho de chaque engagement : un projet intéresse d’autres personnes qui proposent des prolongements, etc. C’est un mode de participation beaucoup plus souple, basé sur la  contribution et pas sur le CV (A. Kaufman)

 

Maintenant Framasoft a des visiteurs et des contributeurs dans tous pays (AK est régulièrement invité en Afrique, etc.) La francophonie s’empare de ces outils. Le grand problème de l’Afrique c’est la connexion : en Afrique, l’installation de versions offlines de Wikipédia permet de rendre des versions locales de Wikipédia accessibles.

 

Cependant, si n’importe qui peut lancer un projet (Zuppinger), il faut gagner une légitimité pour le pérenniser. L’importance de la confiance est primordiale : il faut gagner une crédibilité, être une « marque » : si c’est publié chez Framabook, ce n’est pas/plus n’importe quoi. La légitimité vient avec le temps.

 

Kaufmann. On peut décrire deux modèles : la cathédrale et le bazar. Le libre est un bazar, opposé à la cathédrale, structure verticale et hiérarchisée, modèle de la plupart des grandes entreprises. La tension existe même dans Framabook : publier le meilleur produit fini possible, ou « release early », laisser d’autres s’emparer d’un produit et l’améliorer. Publier tôt ou tard ?

 

C’est la même chose que lorsqu’on publie sur wikipédia. Lorsqu’un article est insuffisant, on le corrige, on l’améliore (le premier article du wikipédia francophone a été la pomme, et la première phrase, la pomme est un fruit). Wikipedia procède d’une culture de l’intervention qui n’est pas toujours développée.  Les gens vont ils avoir le réflexe de cliquer pour intervenir sur les articles, de ne pas en être les récepteurs passifs.

 

Wikipédia s’est développé en différentes phases. Une première phase a surtout réuni des geeks, d’ou la présence de toutes sortes d’articles issus de la culture geek. Nous sommes maintenant dans une deuxième phase qui voit l’action de nombreux universitaires. Il est difficile donc de savoir quel peut être l’avenir de wikipedia.Wikipédia est encore tout jeune (Kaufman) ; pas à l’échelle du web, cependant (Zuppinger)

 

Forestier : Tout ce modèle de la contribution présuppose cependant une bonne foi, une capacité d’écoute, etc. Le libre dans son ensemble relève d’une vision de la société. Il présuppose une certaine confiance préalable, une phidia. Il faut donc tout un tissu social permettant aux co-auteurs de partager les mêmes pratiques, le même ethos. Dans les domaines techniques, il y a cette culture commune, et les règles sont utilisées de manière raisonnée. Dans d’autres domaines, il manque le terreau commun pour que la discussion soit fécondes. Sur Wikipedia, les règles appliquées sont en elles-mêmes insuffisantes sans une forme de bonne volonté et de confiance réciproque. C’est même un des principes de Wikipedia ; présupposer la bonne foi. De la même façon, il faudrait idéalement que celui qui est peu informé soit conscient d’être peu informé et accepte l’idée que celui qui s’oppose à lui peut avoir raison, indépendamment des stricts préceptes. Cela marche très bien dans les domaines scientifiques, ou dans les domaines liés à la culture geek, parce qu’il y a ou bien une auto-censure de ceux qui ne se jugent pas légitimes, ou bien un fond de connaissances communes qui permet à la discussion d’avancer, de ne pas être un dialogue de sourd. C’est beaucoup plus compliqué dans certains domaines de la culture contemporaine, ou l’opinion, le préjugé, la connaissance fondée ne se distinguent pas toujours.

 

N’importe quelle personne passée dans une émission de TV, tout footballer en D2 mérite sa notice, mais les critères sont beaucoup plus stricts dans d’autres domaines (biaisé en faveur de la notoriété médiatique). Un chercheur n’est éligible que s’il a écrit un ouvrage majeur, alors qu’il suffit de faire partie de la culture populaire pour être objet d’article. Donc il y a déjà une espèce de légitimité imposée, implicite, qui est celle de la notoriété (Forestier). Est-ce que la neutralité revendiquée par wikipédia est vraiment possible ? Est-ce que cette neutralité n’est pas un faux-semblant, qu’elle n’est pas déjà biaisée par des valeurs implicites, des prises de position implicites ?

 

Certes, il y a un ensemble de mesures anti-buzz (la suppression de l’article Nabilla qui devait d’abord faire l’épreuve du temps est un bon exemple), mais tout ce dont on parle pendant un temps mérite-t-il d’être wikifié ? Ce dont on parle peu ne le doit-il pas ? N’y a-t-il pas une illusion d’objectivité dans certains critères (être cité dans un journal national : oui, mais ce sont des êtres humains qui écrivent les articles ; pour avoir occupé une position de légitimation à la BnF, je peux attester de tout ce qu’il y a de contextuel, d’occasionnel, de circonstanciel dans le choix de mettre tel auteur en avant, tel thème, etc).

 

Cf. Lyotard : la pluralité des discours, ce qu’il faut éviter c’est un discours qui écrase les autres. Or, le discours libéral écrase les autres sous couvert de la préserver : il les écrase parce que la forme de neutralité intellectuelle qu’il semble préconisé masque les jeux de pouvoir économiques et financiers qui sont derrière. Etre neutre, cela risque aussi de défendre par redondance le point de vue de Disney ou de Lagardère, le point de vue dominant par les faits.

 

A. Kaufman : Wikipedia cherche ses critères, ses normes, qui sont à inventer, déterminer peu à peu selon ce qui est rencontré, au sein de controverses.

 

Question : Pourquoi parlons-nous à chaque fois de wikipédia ?  Pourquoi ce retour ? Est-ce parce que wikipédia est l’exemple de ce qui remet le plus en cause nos modèles d’autorité ?

 

T. Zuppinger : wikipedia peut-il être la revue de demain ? « Un wiki génial qui pourrait non pas être une encyclopédie mais le lieu de production de la recherche, avec des articles de pointes qui seront de toute façon lisibles, compris et modifiables par une communauté bien identifiée” C Masuti

C. Girard : Des projets de natures différentes peuvent utiliser les wikis. On n’a pas besoin d’en demander trop à Wikipedia, qui est ce qu’il est, mais d’autres projets éditoriaux peuvent être pensés (comme le modèle bibliopédia, des bibliothécaires). On peut très bien envisager un système dans lequel chacun se créerait son propre wikipédia (Soccavo).

 

Traces – Ouvert, gratuit, légitime #1

Pertinence des termes

 

(ouverutre problématique : Thibaud Zuppinger)

Qu’est ce qu’être légitime aujourd’hui ? Pourquoi le gratuit n’est pas sérieux ? En quoi la gratuité peut-elle signifier une perte de légitimité ?

abstract-267056_640

Lorenzo Soccavo : le raisonnement est surprenant, pourquoi faudrait-il lier gratuité et illégitimité ? S’il y a un lien, il est plutôt dans le sens contraire, il faudrait dire que  ce qui est nécessaire devrait être gratuit, c’est ce qu’il faut rendre gratuit, et la problématique du gratuit dans le numérique le reconnaît en partie, c’est que désormais les livres sont devenus des biens communs vitaux, que le libre accès aux contenus numériques doit être un droit pour tous. La dimension numérique et la dimension gratuite n’ont en elles-mêmes rien à voir avec la question de la légitimité.

Pour aller plus loin :

http://www.implications-philosophiques.org/semaines-thematiques/ledition-numerique/la-demarchandisation-du-savoir/

 

 

Le libre

 

Alexis Kaufman rappelle que le libre n’est pas le gratuit, qu’il y a un glissement terminologique à éviter. Le logiciel libre accorde la liberté aux utilisateurs des logiciels et fonctionne sans droits d’auteurs ; il donne le droit d’utiliser, d’étudier les logiciels, fonctionne par un système de diffusion, de copie, de dissémination, mais cette différence par rapport aux circuits traditionnels ne veut pas dire que le libre est gratuit. On dit souvent que le libre est gratuit quand il a été payé ; une fois les couts de conception (temps de travail, etc.) réglés, le logiciel libre ne coute plus rien. Le libre ne veut plus imposer une logique de rareté, mais contribuer à une logique d’abondance : il ne s’agit plus de créer de la rareté et de la valeur par la rareté par toutes sortes de restrictions (limiter le nombre d’accès, le nombre de téléchargements, etc.), mais de considérer que c’est l’abondance et la diffusion qui créeront au contraire cette valeur (qu’elle soit de caractère économique ou non). Le logiciel libre propose-t-il alors un modèle en rupture avec la logique «économique et capitaliste, dont le premier moteur est toujours la rareté, l’économie étudiant traditionnellement la logique des transactions et des choix dans un univers caractérisé par la rareté des ressources et l’illimitation des envies .

 

Libre et ouvert : que veut dire open?

La charte du libre oblige de garder 4 libertés fondamentales la liberté d’utiliser le logiciel, la liberté de copier le logiciel, la liberté d’étudier le logiciel, la liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées

 

Cela étant, il y a différents modèles du libre. Dans le cas des publications sur internet, on distingue plusieurs voies vers le libre. Une voie verte, une voie dorée, etc. (Jb Camps) Dans certains cas, tout est libre. Dans la voie Gold, les auteurs paient pour publier et que leurs publications soient gratuites (publication universitaire). Dans le modèle premium, une partie est libre et partie restreinte est payante avec des services supplémentaires. Le service d’accès libre sert alors de produit d’appel Les modèles de licences s’inspirent toutes du libre.

 

Le modèle de Framabook  est tout à fait ouvert. Il est basé sur une notion de common décence qui exclut a priori tout usage abusif de ce qui est mis à disposition. Liée à Framasoft, la maison d’édition Framabook qui vend aussi les livres papier : 500 livres vendus. Les deux modèles ne semblent pas se cannibaliser, il y a environ 100 téléchargements pour un livre acheté. Les premiers livres traitaient plutôt de logiciels, mais Framabook s’est constitué pour apporter la même valeur ajoutée qu’un éditeur classique dans l’accompagnement et le suivi du travail de l’auteur. Les collaborateurs sont surtout des enseignants et des gens de l’édition. Un milieu techno geek, très instructif pour les non geeks.

 

Quel modèle économique ? Certains projets ont lieu grâce à des souscription Framasoft mène actuellement le projet Opengolberg édition : payer un pianiste professionnel pour un enregistrement des variations Goldberg et le mettre dans le domaine public. La souscription servira à payer le pianiste. Il s’agit bien d’une souscription, pas de mécénat. Peut-on alors parler de causes ? (Thibaud Zuppinger)

 

On cherche à montrer qu’il y a un modèle économique dans Framabook. Plus on télécharge, plus on vend. Cependant il faut bien voir que les très grandes audiences que le numérique permet d’atteindre ne procurent pas nécessairement de gros revenus : moins de 0,01% des connectés répondent aux collectes de fonds, et les arguments qui l’emportent le plus sont souvent les arguments d’urgence (sans vos dons, nous risquons de fermer ; sans vos dons, Wikipédia risque de devoir admettre des publicités, etc.).

 

Framasoft fonctionne avec un budget de 140000 euros, et  3 permanents. Il représente surtout un état d’esprit : prendre soin d’Internet. L’évolution conduit les participants à  devenir toujours plus militant pour se faire entendre dans le débat, développant des compétences permettant de comprendre les lois à Bruxelles, d’en connaître tous les enjeux et de s’y faire entendre (à travers des associations comme la quadrature du net)

 

Le libre peut-il être un modèle autre que marginal ? Sachant qu’il demande du temps ? Peut-on vraiment se priver de structures pérennes faites pour résister et survivre à leurs animateurs ? (Florian Forestier)

 

Séance Manifeste des Digital Humanities

Nous avons le plaisir de vous convier le samedi 22 février dans la grande salle de l’école des Chartes pour une séance exceptionnelle du séminaire Cultures, savoirs et techniques numériques consacrée à examiner la portée, les intentions et l’impact d’un texte majeur pour notre domaine de recherche : le manifeste des Digital Humanities, rédigé lors du ThatCamp de 2010.

Ce texte marque une étape décisive dans la constitution de ce domaine d’étude que sont les Digital Humanities en prenant la peine de cristalliser, de mettre en mots les engagements et les aspirations de cette communauté.
Au cours de cette séance, il s’agira autant de mesurer l’impact de cette déclaration, que d’en évaluer les éventuelles limites ou flous qui pouraient apparaitre quatre ans après sa rédaction.

En complément de ce manifeste, que vous pourrez trouver à cette adresse : http://tcp.hypotheses.org/318

la séance s’attachera également au manifeste des jeunes chercheurs dans le numérique.

Ce texte est disponible ici : http://dhiha.hypotheses.org/1108

indications pratiques

De 10h30 à 12h30

Lieu : Ecole des Chartes (porte à gauche de la chapelle)

Grande salle (1er étage)

Métro St Michel, Odéon

RER Cluny ou Luxembourg

Légitimité et métaphores

Compte-rendu de la séance du  14 décembre

Traces #4

  Séminaire en présence notamment de : F. Cafiero, J. B. Camps, F. Forestier, C. Girard, S. Lefebvre, M. Melot, N. Picoche, L. Soccavo, T. Zuppinger.

La différence qui s’opère dans la mutation numérique reprend la différence qui existe déjà entre un éditeur et wikipédia. Ce n’est pas le même régime d’autorité qui s’exerce. Le livre numérique d’un éditeur a la même stabilité, la même autorité que le livre papier. Jamais wikipédia n’atteindra un objet stable.

Michel Melot remarque que l’objet ouvert perd cette stabilité, qui dépend des auteurs, Wikipédia est un éditeur de texte liquide. Wikipédia ne sera jamais terminé, car il est sans cesse réécrit.

Le projet encyclopédique : totalité et légitimité.

La qualité d’un contenu, d’une idée, dépend du circuit qui le relaie. Non pour assurer sa qualité intrinsèque, mais pour assurer sa visibilité. Mais le numérique peine, pour le moment, à transposer les circuits de la légitimé. (T Zuppinger)

On retrouve ici les grandes questions de la constitution du savoir dans l’antiquité. Pline l’Ancien par exemple rassemblait les rumeurs et les « on dit que… » sans vérification. Hérodote s’appuie également sur des témoignages.

Au début, on tâtonne, mais très vite, on arrive à des contenus vérifiés par croisement, et la discussion permet justement d’identifier les points qui font débat au lieu de les tenir pour acquis.

Le risque, si le projet de Wikipédia aboutit, est d’être une réplique parfaite du réel. C’est bien là l’enjeu de toutes les encyclopédies. Au point sans doute de pouvoir se suffire à elle-même, de créer un écran entre le réel et le sujet, en constituant un monde aussi riche et complexe que son objet, et surtout, rendu intelligible. (T. Zuppinger)

Il est à noter que Wikipédia rompt avec le projet encyclopédique de Diderot, qui était une tribune, avec un esprit militant. Sous chaque article il y a une signature, qui permet un accès à l’universel, mais dans une singularité légitime.

On retrouve la démarche scientifique, qui par approximation, erreurs, va tenter d’échafauder quelque chose qui est plus fidèle aux faits.

Michel Melot rappelle que les chercheurs dans les archives du web, ne viennent pas chercher une référence, ou une citation, ou tout autre autorité établie. Ils vont s’inscrire dans le réseau d’un travail en progrès, il s’agit de savoir qui parle avec qui, qui est connecté, combien de fois, combien de temps… Le livre, comme les objets numériques sont appréhendés comme des nœuds dans un réseau.

Métaphores numériques

Autour de Blumenberg – la lisibilité du monde.

L’encyclopédie est un projet qui a pour ambition de répliquer le monde. En ce sens, c’est l’aboutissement du projet de connaissance livresque. Blumenberg en fait un diagnostic de la modernité, notamment en interrogeant les rapports au savoir, au réel à travers l’image du livre.

Tout l’Occident s’est projeté dans le livre démontre Blumenberg. Il existe une fascination pour cet objet intelligible qui permet de comprendre le réel qui nous échappe. Le réel nous parvient, chargé de sens, au travers des livres. Complément indispensable à la connaissance du monde, ils forment aussi un écran entre le monde et nous. Le livre qui devient monde, qui coupe du monde, pour faire référence à d’autres livres. Historiquement, l’honnête homme a été construit contre le pédant ne vivant que dans ses livres.

La société, la culture, les métaphores que l’on s’échange avec une forme d’évidence, se sont engouffrés autour du livre et contribuent à lui donner cette formidable épaisseur symbolique.

Pourquoi le livre sert autant ? Ces métaphores servaient à poser les conditions de possibilités de ces entreprises de savoir. Il fallait asseoir la légitimité du livre et en parallèle postuler que le monde pouvait être un livre, c’est-à-dire intelligible et traduisible dans notre langue. Ces postulats, là est la force des métaphores, ne visent pas une vérité, mais fondent le pourquoi pour œuvre au comment.

La modernité a connu des rapports ambivalents avec l’ouvrage, mais ces refus, ou mise en cause marquent à chaque fois l’omniprésence et le poids du livre. Ainsi le développement des sciences de la nature au 19ième siècle s’est fait également contre les livres, au profit du réel, avant que ce savoir soit à son tour consigné soigneusement dans des livres, seule forme légitime de transmission du savoir fraichement acquis et consacrant de fait la puissance symbolique du livre et son lien indissoluble avec le savoir.

Bien sûr il existe des métaphores égarantes (le code génétique, pour Atlan, n’a pas à être compris comme un livre) mais il faut être attentif à leur poids, qui pèsent sur nos représentations.

Le choix des métaphores

On observe une sorte de chiasme dans les emplois des métaphores.

Au souple, au mouvant comme pratique du numérique, correspond comme support l’inerte du silice, du verre, des métaux des ordinateurs et tablettes.

Au rigide que représente le livre, moment définitif d’une pensée stabilisé, soigneusement close entre ses deux couvertures, correspond le vivant et les métaphores associées, comme le nerf du livre, ou sa composition organique, en papier, velin…

Le souple le mouvant, le fluide, renvoie principalement au monde numérique, dans sa structure, c’est-à-dire tel qu’il donne l’impression de se constituer, indépendamment de nos intentions, usages ou même capacité de compréhension. Cela se traduit dans de nombreux propos sur le numérique, par une coloration hétéronome du numérique : il se développe sans nous, c’est à l’homme de s’y adapter, de prendre le train en marche.

Il est vrai qu’il y a quelque chose de déroutant dans le mouvant, car il échappe à la stabilisation des concepts pourtant essentielle pour permettre à la pensée d’exercer une prise sur le réel.

Pour une approche transhistorique

Compte-rendu du  14 décembre

Traces #3

  Séminaire en présence notamment de : F. Cafiero, J. B. Camps, F. Forestier, C. Girard, S. Lefebvre, M. Melot, N. Picoche, L. Soccavo, T. Zuppinger.

 

L’ampleur de la mutation

La mutation actuelle avec le numérique ne serait pas d’une ampleur comparable à celle de l’imprimerie, mais plutôt de l’ampleur de l’invention de l’écriture.

the-colours-1108379-m

L’approche transhistorique pour  Lorenzo Soccavo vise à introduire du recul, à ne pas tout penser en termes de rupture, mais plutôt de continuité. Avec les stocks de livres actuels, il y en aura encore longtemps, mais la mutation est là, même si nous ne serons pas là pour la voir. Il faut la replacer dans le contexte de l’histoire.

Nonobstant toutes les réserves ou les craintes que nous pourrions légitimement formuler, Lorenzo Soccavo insiste sur le fait que : “L’avenir du livre ne peut pas être son passé.”.

Il est important de suivre l’évolution du langage, comment il se présente selon les supports de lecture qui influence la société et comment en retour la société influence les supports de lecture. L’essentiel pour la compréhension est de recontextualiser ce que nous vivons comme mutation. Il faut suivre l’évolution depuis les débuts de l’espèce.

Les critères pour penser la mutation

Comment suivre cette mutation ? Quels aspects faire ressortir pour rendre intelligible ce qui évolue ? Michel Melot nous propose un critère : avec le numérique nous entrons dans le monde de l’image.

Aujourd’hui on peut multiplier l’image, on peut les transmettre en les reproduisant. Elle prend place dans l’écriture, elle devient codée. Par exemple, la bibliothèque du Congrès se lance dans la wiki indexation, pour indexer les millions d’images dont ils disposent.

 

Ce qui est particulièrement intéressant dans cette nouvelle démarche c’est qu’elle permet de s’attacher aux mutations de l’autorité, notamment sa manifestation.  Où est l’autorité ? Elle n’est plus chez un auteur, elle n’est pas partout, elle est dans des communautés (L Soccavo)

Présences antiques : le champs des possibles

Les tablettes numériques retrouvent la plasticité des tablettes de cire (bien que celles-ci puissent être conservées dans certains cas). On observe de la même manière ce qui semble être un anachronisme avec le retour du rouleau dans les lectures de pdf.

S’agit-il vraiment d’une régression dans la pensée ou la technique ? Il existe plusieurs solutions techniques et à chaque époque, on pioche dans les solutions existantes et éprouvées pour résoudre un problème. Cette approche transhistorique remet en cause l’idée de progrès, on se sert dans le champ des possibles du livre. (L. Brossin)

Ainsi, au cours de l’histoire, et de manière schématique, on peut observer la distribution support/contenu selon les modalités suivantes, accompagnés d’un support technique comme illustration :

Un support pour plusieurs contenus (tablette de cire)

un support pour un contenu (un livre imprimé)

un support pour plusieurs contenus (l’ordinateur personnel)

plusieurs supports pour plusieurs contenus (tablette et livres numériques)

Prospectives

De nouvelles spécialisations et rapports aux savoirs

L Soccavo souligne que l’espèce humaine s’est adaptée, elle pourra encore s’adapter. A cet égard, il cite les travaux de Stanislas Dehaene sur les neurones de la lecture, rappelant en substance que le cerveau humain n’est pas conçu pour la lecture, mais les dispositifs de lecture se sont adaptés aux capacités du cerveau.

Les spécialisations seront sans doute différentes. Si on peut craindre une perte des capacités d’orientation avec les GPS, on peut observer avec la génération « petite poucette », une nouvelle capacité à maitriser les petits claviers

Est-ce que le cerveau se désadapte de la lecture écriture pour se reconfigurer sur l’image ? Est-ce que cela va changer les manières de concevoir la preuve et la démonstration, c’est-à-dire rien de moins que les bases essentielles de ce que l’on nomme la connaissance ?

Ex : le symbolisme en mathématique

La représentation spatiale.

La représentation spatiale et sa capacité à faire preuve, sa dimension heuristique. Peut-on accepter quelque chose de l’ordre de la représentation spatiale comme une démonstration ? (Florian Forestier) Le concept de preuve est ainsi amené à être revu. Que considérer comme une preuve ? – et comme savoir justifié, comme connaissance ? La forme de la démonstration mathématique a déjà évolué depuis le XIX siècle, avec l’introduction de plus en plus forte du langage symbolique à la place de phrases grammaticales et de définitions (cf. Peirce) – évolution qui au XIX siècle suscita déjà beaucoup de discussions. L’enjeu à présent est plus vaste encore. Comme le note L. Soccavo, les fonctions de la lecture sont peut-être des détournement d’autres fonctions au sein du cerveau dont la configuration n’est pas si spontanément adapté que cela. Avec l’évolution des modes de lecture (qui ne sont plus tout à fait lectures : cf. études en occulométrie de T. Baccino : les trajets de l’oeil sur la page web ne sont pas du tout les mêmes que sur une page de livre, l’oeil saute beaucoup plus, les points de focalisation sont dispersés), ce sont peut-être de nouvelles façons de lier des pensées – de considérer comme des pensées ce que nous aurions tendance à ne considérer que comme des intuitions – contamination de plus en plus nette des fonctions expressives et indicatives, selon la lecture critique que Derrida fait de la RL1 de Husserl.

La représentation de la preuve graphique en pédagogie est souvent vu comme un support, mais de plus en plus, c’est devenu une démonstration légitime, car ce n’est plus une approximation, ce rapport à la précision graphique, on reconsidère la preuve graphique de manière universitaire.

Ex : la 4ième année de maths aux MIT –on a les moyens aujourd’hui de faire une preuve graphique satisfaisante. Le livre imprimé était dans le domaine de l’à peu près. (F. Cafiero)

Mais tout de même ; si l’écrit redevient image et se déploie dans les trois dimensions, le concept de sens est totalement à revoir – perte de l’idée de vouloir dire, passage à une pragmatique sans réel replis ou mise à l’arrêt réflexive.

Il s’agit ici de mettre en relation le thème de la compréhension du monde au travers de ses fondations avec l’idée de comprendre quel est son sens.

On essaie toujours de comprendre comment ça fonctionne, sans se poser la question du fondement du pourquoi ça fonde. Le rôle de la métaphore est justement de renvoyer au pourquoi, qui n’attend pas de réponse.

Exemple : Fréderic Kaplan, avec bookworld.Une urbanisation du langage

http://fkaplan.wordpress.com/2012/02/22/bookworld-un-monde-ou-chaque-ville-est-un-livre/

Manifestations du numérique

Compte-rendu de la séance du 14 décembre

Traces #2

Attachements numériques

Comment maintenir un lien avec le livre, ou avec les productions numériques censées les remplacer ? D’ailleurs, le livre numérique a-t-il pour vocation de remplacer le livre papier ? Si on répond par l’affirmative, doit-il le remplacer dans son ensemble ou bien seulement dans certains de ses usages, scientifique par exemple ?

Il existe des différences dans le rapport que l’on entretient avec un support numérique et un livre. Le support numérique peut produire de forts attachements, là où le livre, précisément, a été très tôt pensé comme un véhicule commode d’un contenu parfois précieux. (la différence entre le rouleau, devant être détruit car ne pouvant être raturé, et le codex des premiers chrétiens, qui lui n’était pas sacré).

Technique

Phénoménologie de la technique

On a perdu de vue que le livre est aussi un objet technologique, alors que les supports numériques se donnent à nous avant tout comme technologiques, peu importe ce qu’ils véhiculent comme contenu. On voit les objets technologiques comme technologie, alors que le livre a dissimulé son aspect technique. Étrangement le livre n’est pas dans la liste des machines simples, une machine parfaitement adaptée à sa fonction. Mais aujourd’hui on attend aussi des fonctionnalités proches de l’oral et qui ne sont pas remplies par l’imprimé. (Lorenzo Soccavo)

Est-ce que la connaissance des principes de création numérique permet un plus grand attachement à l’objet ? Ce n’est pas évident. En tant que responsable de fabrication Chloé Girard demeure bien plus attachée au contenu qu’à la forme. Bien entendu, cela dépend des types d’ouvrages, et pour certains ouvrages d’art, il va de soi que la qualité du livre compte largement dans le produit final.

L’outil et la question du rendu.

Les outils de lecture peuvent modifier l’approche du contenu. L’écran est polyvalent, il reçoit plusieurs types de contenu, du divertissement,  des mails, des vidéos, de la création, de l’édition. A y regarder de plus près on observe une dynamique d’éclatement qui est double, car si l’on ne s’attache plus à un support, mais à un contenu, il est possible de le suivre dans sa multiplicité. (Thibaud Zuppinger) Ainsi il est possible de commencer sa lecture sur une tablette, de la poursuivre sur un smartphone, avant de la terminer sur un ordinateur. Un même support est lui-même éclaté en usages différents, là où le même contenu est éclaté entre des supports différents.

 

Une question demeure devant ces possibilités, s’incarnent-elles en nouveaux usages effectifs ? Lorenzo Soccavo se demande notamment, si les lecteurs le font vraiment, et il précise que nous manquons pour le moment de retour sur les pratiques des lecteurs. Est-ce qu’ils s’y retrouvent vraiment ?

“Tant que le règne du papier était sans partage, il était difficile de voir le livre comme un objet matériel. Pour observer un bocal, dit-on, mieux vaut ne pas être poisson.”[1] La question se pose à nouveau pour le numérique et ses nouvelles pratiques.

Temporelle

Un moment

La lecture, c’est avant tout, un moment. Être constamment au milieu de flux peut déstabiliser, il n’y a plus de moments pour se poser, ce qui engendre des pertes de repères.

Ephémère vs. pérennité

Snapshat, le service de messagerie dont les contenus disparaissent après avoir été transmis, est valorisé 3 milliards de dollars. Dans la technique même on prend en compte le fait que l’image et l’écrit même, doivent être traités comme de l’oral, comme de la parole. Cette société propose précisément un service contre les archives, pour que cet écrit redevienne de la parole, il s’agit de réintroduire de l’éphémère.

En revanche le rôle d’un responsable de fabrication d’un livre, même numérique, n’a pas pour vocation de proposer de l’éphémère, et au contraire, contrôle les éléments qui assurent sa pérennité, par un ISSN verrouillé, aujourd’hui les auteurs n’écrivent plus que pour de l’imprimé, ils savent que leur livre aura plusieurs formes.

L’accélération par la technique 

Est-ce que le même degré d’attention. ? Nous vivons dans un monde qui privilégie  l’immédiateté. La technologie permet d’accélérer les tâches, mais au lieu de libérer ainsi du temps, les travaux d’Hartmut Rosa montrent que nous sommes ainsi plus souvent sollicités par d’autres tâches, qui prenant moins de temps, se répétent plus souvent.(Thibaud Zuppinger)

Le livre demande du temps. Ce que l’on attend d’un livre numérique, c’est qu’il laisse de côté des choses. Il doit se focaliser sur sa fonction.

Ces modifications dans les manières de faire, vont-elles engendrer des pertes de capacités essentielles, dans les structures de l’attention, ou bien des manières nouvelles d’agencer les choses qui vont émerger ? On observe des changement dans la constitution des structures attentionnelles, de leurs soubassements biologiques : est-ce une nouvelle façon de pensée, plus fluide, qui émerge, ou quelque chose qui ressemble à un délire ou un monologue intérieur continu qui va se développer, nous privant de la possibilité de rencontrer vraiment une extériorité, une altérité, d’être surpris, bref, de constituer un espace commun ? L’attention est une question primordiale en philosophie depuis au moins la Métaphysique d’Aristote : elle est le moment de rassemblement de l’âme par lequel celle-ci atteste l’extériorité fondamentale de l’être. L’évolution vers plus de labilité et de plasticité des capacités attentionnelles induit aussi une autre notion de dehors – donc, corrélativement, de sens.

L’un et le tout

Universalité et segmentation numérique

Il y a un caractère égalitaire des productions numériques, là où un ouvrage papier se perçoit facilement comme appartenant à tel ou tel genre, se destinant à des adultes, des enfants. Le caractère d’un ouvrage numérique n’apparaît pas immédiatement avec son fichier numérique. On ne voit pas son épaisseur, son format, le public auquel il se destine. (Michel Melot)

Il est évident que le métier de bibliothécaire est amené à évoluer, dans sa pratique, mais aussi dans les capacités déployées, dans le savoir lire, le savoir évaluer. Rien n’interdit qu’un regard sur la fiche technique du livre nous renseigne sur sa taille, son public, son format et que cet examen devienne aussi évident, intuitif que le maniement et le classement d’un ouvrage pour un bibliothécaire. On connaît un livre parce qu’on le voit, le lit (la vision) on le manipule (le toucher) on le classe (pensée) on le sent (odorat) : quels sont les modes de connaissances, d’appropriation qui peuvent se déployer pour le numérique ?

On retrouve ici la question de la division en fonction des types éditoriaux, pour pouvoir segmenter la production livresque.

Ainsi le numérique a libéré les types éditoriaux comme les dictionnaires ou les annuaires, qui sont davantage des services que des ouvrages.  Cet exemple rappelle que l’adéquation du contenu au contenant est parfois accidentelle, et parfois pensée en tant que telle dans la vision de l’auteur.

Unité et structure.

Sur le papier, on peut faire les pires erreurs de structure, (Chloé Girard) que le numérique ne permet pas car il formalise, voire normalise.

Le cadre du livre réunit l’ensemble, il lui donne une unité parfois factice. « une caractéristique essentielle du livre, est de donner de l’unité à du disparate » H. Blumenberg, la lisibilité du monde. Or son passage au numérique exige de pouvoir rendre compte d’une structure, d’une architecture pour un rendu html un peu cohérent. Le numérique est beaucoup plus contraignant souligne Michel Melot.

Le numérique déstructure et structure autrement. Il faut expliciter la structure pour la transmettre en numérique. Ainsi joue la structure de l’apparence, contre la structure intellectuelle. (Florian Forestier). Le numérique impose des fichiers qui définissent les deux (J.B. Camps) et assignent ce qui est du domaine de la forme, afin d’adapter aux supports de consultation et ce qui est la structure intellectuelle du contenu.

Séance 5 – Vitesse/changement/critères

Samedi 15 mars 10h30 – 12h30

 

 

De l’archive au journalisme, comme trier, quels critères proposer ?

Le numérique et la confiance : comment instaurer de nouveaux systèmes de légitimité. Nous chercherons à reposer cette question en reformulant la notion de critère.  Afin de ne pas rester au niveau théorique, nous chercherons à interroger ces exigences dans deux contextes opposés.

La folie de l’archive. Le  fou est celui que l’on écoute pas qui n’a pas l’attention. Or précisément, les archives ne font pas encore sens, et ne recueillent que peu d’attention pour le moment. Après tout, les archives ne travaillent pas pour demain, mais pour après-demain. Les archives sont donc un matériau en attente d’être informé par des attentes, des recherches, des problématiques, des grilles de lectures. Pourtant, pour l’archiviste collectant l’existant, la question du critère se pose. Et elle se pose en lien étroit avec les capacités techniques. Comment archiver le plus et le mieux possible ?

Pour le journalisme, on peut dire que la problématique est inverse : il y a déjà de l’attente qui met en forme le matériau, voire on cherche le matériau répondant à l’attente. La technologie a accéléré l’accès à l’information, transformant le métier de journaliste qui se trouve pris entre l’exigence de réactivité et de vérification, amenant à reposer à nouveaux frais la question des critères.

Séance 4 – Ouvert/Gratuit/Légitime

 

Est-il possible de mettre à distance et de voir fonctionner les clichés et les amalgames qui touchent les ressources libres qui sont assimilés à des contenus gratuits. Nous interrogerons dans un premier temps le couple ouvert/gratuit, et dans un second temps, le couple gratuit/légitime.

Cette séance sera aussi l’occasion d’aborder la question éminemment complexe de la légitimité, qui touche les réalisations numériques. En effet, le gratuit souffre parfois d’un manque de légitimité, le gratuit ne vaut rien, alors même que les habitudes sur internet ont rendu le gratuit comme évident. L’effet de ces représentations est double : d’un côté les ressources gratuites, et communautaires, manquent de légitimité, et de l’autre, l’absence de modèle économique établi pour les contenus culturels.

 

Lieu : Ecole des Chartes

Grande Salle – 1er étage.

Metro St Michel, Odéon
RER Cluny ou Luxembourg

 

Le livre : poids des représentations

Compte-rendu de la séance du 14 décembre

 

Séminaire en présence notamment de : F. Cafiero, J. B. Camps, F. Forestier, C. Girard, S. Lefebvre, M. Melot, N. Picoche, L. Soccavo, T. Zuppinger.

 

 

Le numérique est en train de remettre en cause le livre dans son format et, dans le même temps, quelque chose de ce format est en train d’être transposé dans le monde numérique, qui n’est pas séparé, mais qui est une dimension qui vient s’ajointer, et qui vient modifier notre manière d’être au monde. (Florian Forestier.)

dune-2-1169149-m

Avant de pouvoir avancer la moindre hypothèse, ou même soulever des difficultés, il importe de pouvoir définir ce dont on essaye de parler, comment définir le livre ?

Trois types de propositions ont été avancées, (référence : le livre des argonautes) permettant de circonscrire les types de livres numériques :

  • Les livres numérisés, copies conformes d’un livre papier : le livre boîte. Typiquement celui qui est produit en retro conversion. Pourtant il change déjà de nature, car il peut être vendu en extraits.
  •  Les livres augmentés, multimédias, pouvant parfois être mis à jour comme des logiciels.
  • Les expériences numériques à la limite de ce que l’on considère encore comme un livre et qui peuvent parfois s’apparenter aux arts numériques.

 

Reproduire, traduire, transposer.

Quelle serait la trace du livre dans cette épistémè là ? Qu’est-ce que le livre a signifié qui serait en train de se reconstituer, ou au contraire de disparaître définitivement ? Cette dimension de transposition, ou de traduction, est essentielle pour saisir les prises engagées par la mutation. Ainsi les premiers livres imprimés reproduisaient le rendu des manuscrits. Bien souvent dans les phases de transitions on reproduit des effets, des apparences, ce que en design on nomme le skeuomorphisme, c’est-à-dire une fonction qui reprend de manière ornementale un élément qui jouait un rôle essentiel ou nécessaire dans l’objet d’origine.

On a besoin d’une forme de concrétion, sous forme symbolique dans le livre.

Comment traduire cette nécessité ? Cela rejoint la question des unités et des limites, des consistances dans le flux, (B. Stiegler) des limites et des frontières (R. Debray) ?

On a besoin d’une forme de reconfiguration en unité, de stabilisation même temporaire, ne serait-ce que pour se référer à quelque chose qui va faire sens.Quelque chose qui va pouvoir devenir de la connaissance.

A cet égard, on peut se demander s’il s’agit ici de connaître par le numérique ou connaître le numérique.

 

Mots- clés et concepts carrefours :

 

De quoi le livre est-il le nom ?

 

Michel Melot : stabilité, totalité, clôture.

Laura Brossin : pli

Lorenzo Soccavo : un véhicule

Thibaud Zuppinger : savoir, connaissance, transmission

(en précisant que le livre, c’est aussi le divertissement, la fiction. Fiction qui n’a d’ailleurs eu aucun mal à explorer les possibles du numérique là où les circuits de légitimité du savoir sur Internet peinent à se construire.)

Jean-Baptiste Camps : le livre conditionne le savoir, mais cela n’en fait pas nécessairement l’objet le plus adapté au savoir transmis.

Sonia Lefebvre : continuité et adaptation. Le livre possède une faculté adaptative que l’on ne soupçonne pas encore.

Chloé Girard : le livre n’est pas le plus intéressant, les ordres du discours ont été libérés par le numérique. Il est intéressant de se pencher sur la diminution des contraintes numériques.

Jordanna Viotto : on peut penser le livre par un jeu d’opposition dans les matières qui composent le support. Notamment entre l’organique et l’inerte.

Tatienne Rouxel: Emotion, redéfinition, culture sociétale et comme enrichissement personnel.

Florian Forestier : le livre c’est un mode d’incarnation du sens.

Nolwenn Picoche : transmission de savoirs et d’ouverture à la discussion.

 

 

Ressources évoquées durant la séance :

 

Bruce Chatwin, Le chant des pistes.

Kevin Lynch, L’image de la Cité.

 

Andrew Piper, The book was there, un bel ouvrage, chapitre après chapitre, il décompose les gestes que l’on fait avec un livre, puis symétriquement, ce que l’on fait avec un ordinateur.

Un livre avec uniquement des pictogrammes.

http://www.actualitte.com/les-maisons/une-histoire-sans-mots-le-roman-en-pictogrammes-de-xu-bing-45929.htm

Marcel Mauss, Les technologies du corps,

Harmut Rosa, Accélérations,

 

Séance 3 – Livre et représentations

le samedi 14 Décembre de 10h30 à 12h30
Lieu : Sorbonne
Salle Delisle, Galerie Dumas, esc R – 4ième étage.

Metro St Michel, Odéon
RER Cluny ou Luxembourg

L’accès à la Sorbonne se fait par le 1 rue Victor Cousin jusqu’à midi, ainsi que, toute la journée, par le 19 rue de la Sorbonne ou le 14 rue Cujas.

Télécharger le programme qui vaut invitation pour se rendre en Sorbonne :

séance 3

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations.

Présentation

 

Symbole occidental du savoir, le livre est bien plus qu’un objet fonctionnel. Chargé d’un poids de représentations, le livre est un témoin particulièrement significatif des bouleversements opérées dans les mentalités par le numérique. En cherchant à cerner les points de frictions et les lieux de cristallisations du débat, nous nous efforcerons de comprendre les attachements, les représentations et les métaphores qui accompagnent les évolutions économiques et techniques du livre.

volutes-1109441-m

Bibliographie :

 

H. Blumenberg, La lisibilité du monde, Le Cerf, 2007

M. Melot, Livre, l’œil neuf édition, 2006.

 

 

Traces 2

Compte rendu séminaire culture numérique

le 16 novembre 2013

 

Principaux intervenants : Chloé Girard, Sonia Lefebvre, Nolwenn Picoche, Lorenzo Soccavo, Thibaud Zuppinger

 

Avant-propos : espace et mise en forme de la recherche.

Le séminaire s’organise autour de deux axes, qui peuvent se résumer ainsi : quoi et comment ?

space-lines-1108376-m

Sous le premier terme est entendu notre objet de recherche, c’est-à-dire les savoir-faire, les techniques et les productions. Pour le comment, nous faisons davantage référence à cette idée de savoir-faire-émerger, renvoyant à l’organisation et au fonctionnement du séminaire. Il s’agit de s’interroger sur les modalités de mises en contact avec les pratiques, les acteurs, les discours et les représentations qui les accompagnent.

 

Le second axe tente d’interroger la place que peut occuper ce séminaire dans la société. Ni au dessus ni en dessous mais en prolongement, ou plutôt en contact avec ces pratiques qui nous préoccupent et nous rassemblent, l’une des caractéristiques de ce séminaire est de faire émerger des concepts qui structurent nos représentations, afin de les interroger.

Ainsi, l’un des objectifs de cette deuxième séance sera aussi de mettre à l’épreuve, d’éprouver la résistance des premières prises (terme à prendre dans le sens de la pêche comme de l’escalade) et en tout premier lieu la question de la traduction, et avec elle, le recours aux métaphores.

 

Ouverture

En décidant de faire de l’économie du livre l’axe de recherche de cette séance (dont le prolongement se tiendra le 14 décembre 2013) il faut dans le même temps convenir qu’il y a là comme un paradoxe, une hésitation qui n’a pas été tranchée. En effet, l’angle adopté par ce séminaire est avant tout une investigation de l’anthropologie numérique. Or il a été ressenti le besoin de sortir de ce cadre pour poursuivre un cheminement parallèle avec la question de l’économie du livre.

 

Pourtant, l’économie est une dynamique qui n’échappe pas par principe à l’anthropologie, et se compose largement de désirs, d’intentions, d’interactions, de symboles et de communications. Rien qui apriori ne permette de faire de l’économie un pôle concurrent de l’approche anthropologique précédemment entreprise.

 

Pourquoi alors scinder la séance sur les contraintes et les mutations du livre numérique ? Parce que réduire le pan économique à l’une des facettes de l’analyse anthropologique ne nous aurait pas mené loin car faute de temps, les analyses n’auraient pas pu gagner cette ampleur et cette précision qui les rendent précieuses. Les grilles et les outils économiques sont féconds et précis, permettant ainsi un diagnostique qui gagne à ne pas être survolé. Plus précisément, il s’agit, par le détours du discours économique (ce qui n’est pas non plus exactement la simple question économique, mais déjà une question de représentation) de pouvoir apporter à notre analyse les informations relayées par les nombreux capteurs de l’économie.

 

Exposition pratique : la fiscalité du livre numérique

Afin d’entamer les débats autour d’un cas concret, il est intéressant de se pencher sur l’amendement II-22 adopté par l’Assemblée Nationale.

En substance, ce texte prévoit que les livres aux formats électroniques ouverts puissent bénéficier de la TVA à taux réduit. Là où les points d’ombres surgissent, c’est quand on interroge les motivations de ce texte, qui semble davantage orienté vers les conditions de vente des livres numériques. Or il ne s’agit pas à proprement parler d’un achat, dans la mesure où le fichier acheté peut être modifié et supprimé par le site qui nous l’a distribué.

 

Par ailleurs, cette disposition légale n’a pas pour vocation de s’étendre hors des frontières du pays, recréant encore une fois des déséquilibres en matière d’imposition et de fiscalité à l’échelle européenne rappelle S. Lefebvre. L’une des solutions évoquées, qui montre combien l’économique, le politique et le numérique sont inextricablement liés, c’est de penser une uniformisation fiscale à l’échelle de l’Europe.

 

Prolongement : autour du livre numérique.

Bien que ce soit le modèle du livre boîte, homothétique, qui prédomine dans les ventes de livres numériques, Cholé Girard observe que leur nature est déjà différente. En effet l’ebook peut être vendu par extraits, rompant l’idée kantienne d’un livre comme unité.

 

Livre numérique, livre économique

Comme pour d’autres secteurs culturels, le modèle économique du livre est clairement ressenti comme hésitant, tâtonnant. Face à la représentation d’un espace numérique gratuit, le livre numérique est encore à chercher un modèle économique.

Bien entendu, il existe déjà des groupes de distributeurs qui se sont attelés à ne pas laisser le numérique en jachère, mais cette transformation s’est opérée sur le modèle de la traduction, ou de la transposition. On observe notamment une reproduction quasiment à l’identique des modèles économiques des acteurs historiques. La représentation à l’arrière-plan telle qu’on peut réussir à en rendre compte dans le séminaire est plus ou moins la suivante : le numérique est un nouveau monde, dans lequel l’édition papier tente de poser des structures, en répliquant le système de distribution actuelle. Tout se passe sur le modèle de la terra incognita, comme si le numérique était un monde à part, venant se juxtaposer au monde matériel.

Toutefois, cette traduction n’est pas le seul modèle à l’œuvre et l’on peut observer des nouveautés et des innovations qui se développent dans les marges, où les enjeux et la pression financière est peut-être moins forte. Ainsi dans le domaine de l’édition scientifique, on observe des acteurs hors systèmes, faisant par exemple le choix de l’open-édition.

Nous pourrions également observer avec davantage d’attention les explorations menées par des éditeurs « pure-players » de plus en plus nombreux. On peut retrouver notamment une liste de pure-players francophones sur http://ple-consulting.blogspot.fr/2011/04/plus-de-30-editeurs-pure-players.html

 

 

Traduction et égarements

Si le modèle de la traduction à l’identique des circuits traditionnels prévaut, pour autant, l’édition numérique est une modalité différente du circuit papier. C’est pourquoi la traduction connait parfois des ratés. À cet égard, l’exemple avancé des bibliothèques est particulièrement intéressant.

Certains bibliothécaires ressentent un désarroi, ne sachant à quel agrégateur s’adresser pour obtenir l’abonnement ou le service recherché par leurs usagers, sans les multiplier ni consacrer leur budget à des ouvrages non-demandés. À cela vient s’ajouter les problèmes techniques de gestion des abonnements, la mise en place de jetons de consultations, la révocation des autorisations et la mise en place des conditions d’utilisations qui ne sont pas uniformisées d’un prestataire à l’autre.

 

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les capteurs de l’économie, souvent bien plus nombreux et fins que ceux du politique ou de la culture, semblent peiner à trouver une voie évidente pour l’économie numérique des biens culturels.

 

Représentations et création

 

 

La problématique de la citation et son enjeu politique

Le candide de la BNF, projet hors du commun et démonstration d’un savoir-faire technique, pose la question de la citation et donc de son intégration dans une démarche scientifique. S’agit-il d’un ovni, ponctuel, insolite, ou bien d’une esquisse de ce à quoi devrait/pourrait ressembler l’édition scientifique numérique de demain ? S’il préfigure bien la production numérique de demain, et notre rapport aux textes du patrimoine, la question de la citation, et ses nombreuses ramifications politiques et sociales se posent.

Comment partager un patrimoine commun, partageable, c’est-à-dire une base commune sur laquelle s’entendre.

 

Extrait :

Il existe un enjeu à repenser nos traces pour faire mémoire. Cela s’oppose à la mémoire purement archivale des traces numériques (mémoire de stockage) . Il s’agit de ne pas oublier le commun, le non-calculable. En s’en remettant totalement aux instruments de calculs et de prévisions, il existe un risque d’oubli de l’inventivité.

Pour y résister, une voie semble se dessiner : faire document. « Faire document signifie faire société dans des documents publics. » (Louise Merzeau).

(séance 1 : octobre 2013 – Traces)

 

Aujourd’hui un livre est pensé pour plusieurs exploitations du même contenu, grâce à plusieurs outils de rendu, d’accès, permettant, in fine, une discussion avec une base commune. Il n’y a pas de séparation mais au contraire un monde, un patrimoine de contenu, qui nous parvient sous des voies différentes.

 

Le livre homothétique est une réponse sans doute transitoire à cette exigence de la citation, mais de plus en plus on constate que textes et supports sont dé-corrélés. (Lorenzo Soccavo)

 

Aujourd’hui, de nombreux éditeurs mettent à disposition des auteurs des outils informatiques puissants permettant de repenser les livres. Pourtant bien peu en profitent réellement, parfois par manque de connaissances techniques des outils mis à leur disposition

Il importe de créer une culture populaire numérique du livre, afin d’intégrer la créativité de l’auteur plus en amont dans le projet, au lieu de la situation actuelle où les éléments ajoutés aujourd’hui n’apportent rien au projet, ne modifient pas sa nature.

 

L’obscurité des outils ?

En tant que responsable de fabrication, Chloé Girard ne ressent pas de perte de maitrise des objets technique mis en place. Au contraire, l’impression est plutôt de gagner une maitrise plus fine sur la conception et le destin de l’ouvrage.

Cela n’a pas de sens de penser que l’on maitrise toujours nos outils, ou même que nous avons pu les maitriser. C’est pourquoi il faut toujours être vigilant, interroger les outils, qui organise un flux et nos manières de les penser. L’outil de production doit prendre en compte la consommation (exemple de l’outil de rendu)

 

définition

Outil : qu’il soit matériel ou immatériel, c’est ce qui touche, affecte le rendu et/ou améliore l’efficacité de l’action ou donne accès à des actions impossibles autrement.

 

 

 

Question de mots – Autour du terme « environnement ».

 

Penser le dualisme.

Sommes-nous prisonniers de la métaphore naturelle, notamment celle de l’environnement pour décrire au mieux nos liens avec la culture, les productions et les pratiques numériques ? Ce terme est apparu dès la première séance, dans la présentation de Louise Merzeau. Comment tourner autour de cette signification, en déplier les ramifications et surtout les impensées ?

Comment faire surgir un autre terme pour exprimer l’idée que nous ne sommes pas face au numérique, mais qu’il nous accompagne au quotidien ?

En faisant un tour de table, sont alors évoqués les questions de processus, d’outils, par opposition à la nature. Il s’agit dans ces termes de faire ressortir l’idée d’une fabrication.

Lorenzo Soccavo propose de nous définir comme étant dans le lu, ou encore dans l’Histoire. Pour lui, il s’agit de faire du numérique un contexte dans l’évolution de l’hominisation.

Faisant référence  à Italo Calvino, « ce qui fait langage, c’est ce qui se surajoute ». in Les villes invisibles.

« L’oeil s’arrête rarement sur quelque chose, et seulement quand il y a reconnu le signe d’autre chose : une empreinte sur le sable indique le passage du tigre, un marais annonce une source, la fleur de la guimauve la fin de l’hiver. Tout le reste est muet et interchangeable ; les arbres et les pierres ne sont que ce qu’ils sont. »

Pour information : http://ple-consulting.blogspot.fr/2013/07/et-puis-aussi-plus-rien-nest-muet.html

 

À l’aune de cette interrogation sur le dualisme résurgent autour des questions de numérique, on en vient à se poser la question suivante : le concept de traduction lui-même, isolé dès la première séance pour tenter de proposer une prise sur cet objet, ne renvoie-t-il pas à l’idée d’un nouveau monde, radicalement autre ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Investigation économico-anthropologique en milieu numérique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search