Séance 3 – Livre et représentations

le samedi 14 Décembre de 10h30 à 12h30
Lieu : Sorbonne
Salle Delisle, Galerie Dumas, esc R – 4ième étage.

Metro St Michel, Odéon
RER Cluny ou Luxembourg

L’accès à la Sorbonne se fait par le 1 rue Victor Cousin jusqu’à midi, ainsi que, toute la journée, par le 19 rue de la Sorbonne ou le 14 rue Cujas.

Télécharger le programme qui vaut invitation pour se rendre en Sorbonne :

séance 3

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations.

Présentation

 

Symbole occidental du savoir, le livre est bien plus qu’un objet fonctionnel. Chargé d’un poids de représentations, le livre est un témoin particulièrement significatif des bouleversements opérées dans les mentalités par le numérique. En cherchant à cerner les points de frictions et les lieux de cristallisations du débat, nous nous efforcerons de comprendre les attachements, les représentations et les métaphores qui accompagnent les évolutions économiques et techniques du livre.

volutes-1109441-m

Bibliographie :

 

H. Blumenberg, La lisibilité du monde, Le Cerf, 2007

M. Melot, Livre, l’œil neuf édition, 2006.

 

 

Traces 2

Compte rendu séminaire culture numérique

le 16 novembre 2013

 

Principaux intervenants : Chloé Girard, Sonia Lefebvre, Nolwenn Picoche, Lorenzo Soccavo, Thibaud Zuppinger

 

Avant-propos : espace et mise en forme de la recherche.

Le séminaire s’organise autour de deux axes, qui peuvent se résumer ainsi : quoi et comment ?

space-lines-1108376-m

Sous le premier terme est entendu notre objet de recherche, c’est-à-dire les savoir-faire, les techniques et les productions. Pour le comment, nous faisons davantage référence à cette idée de savoir-faire-émerger, renvoyant à l’organisation et au fonctionnement du séminaire. Il s’agit de s’interroger sur les modalités de mises en contact avec les pratiques, les acteurs, les discours et les représentations qui les accompagnent.

 

Le second axe tente d’interroger la place que peut occuper ce séminaire dans la société. Ni au dessus ni en dessous mais en prolongement, ou plutôt en contact avec ces pratiques qui nous préoccupent et nous rassemblent, l’une des caractéristiques de ce séminaire est de faire émerger des concepts qui structurent nos représentations, afin de les interroger.

Ainsi, l’un des objectifs de cette deuxième séance sera aussi de mettre à l’épreuve, d’éprouver la résistance des premières prises (terme à prendre dans le sens de la pêche comme de l’escalade) et en tout premier lieu la question de la traduction, et avec elle, le recours aux métaphores.

 

Ouverture

En décidant de faire de l’économie du livre l’axe de recherche de cette séance (dont le prolongement se tiendra le 14 décembre 2013) il faut dans le même temps convenir qu’il y a là comme un paradoxe, une hésitation qui n’a pas été tranchée. En effet, l’angle adopté par ce séminaire est avant tout une investigation de l’anthropologie numérique. Or il a été ressenti le besoin de sortir de ce cadre pour poursuivre un cheminement parallèle avec la question de l’économie du livre.

 

Pourtant, l’économie est une dynamique qui n’échappe pas par principe à l’anthropologie, et se compose largement de désirs, d’intentions, d’interactions, de symboles et de communications. Rien qui apriori ne permette de faire de l’économie un pôle concurrent de l’approche anthropologique précédemment entreprise.

 

Pourquoi alors scinder la séance sur les contraintes et les mutations du livre numérique ? Parce que réduire le pan économique à l’une des facettes de l’analyse anthropologique ne nous aurait pas mené loin car faute de temps, les analyses n’auraient pas pu gagner cette ampleur et cette précision qui les rendent précieuses. Les grilles et les outils économiques sont féconds et précis, permettant ainsi un diagnostique qui gagne à ne pas être survolé. Plus précisément, il s’agit, par le détours du discours économique (ce qui n’est pas non plus exactement la simple question économique, mais déjà une question de représentation) de pouvoir apporter à notre analyse les informations relayées par les nombreux capteurs de l’économie.

 

Exposition pratique : la fiscalité du livre numérique

Afin d’entamer les débats autour d’un cas concret, il est intéressant de se pencher sur l’amendement II-22 adopté par l’Assemblée Nationale.

En substance, ce texte prévoit que les livres aux formats électroniques ouverts puissent bénéficier de la TVA à taux réduit. Là où les points d’ombres surgissent, c’est quand on interroge les motivations de ce texte, qui semble davantage orienté vers les conditions de vente des livres numériques. Or il ne s’agit pas à proprement parler d’un achat, dans la mesure où le fichier acheté peut être modifié et supprimé par le site qui nous l’a distribué.

 

Par ailleurs, cette disposition légale n’a pas pour vocation de s’étendre hors des frontières du pays, recréant encore une fois des déséquilibres en matière d’imposition et de fiscalité à l’échelle européenne rappelle S. Lefebvre. L’une des solutions évoquées, qui montre combien l’économique, le politique et le numérique sont inextricablement liés, c’est de penser une uniformisation fiscale à l’échelle de l’Europe.

 

Prolongement : autour du livre numérique.

Bien que ce soit le modèle du livre boîte, homothétique, qui prédomine dans les ventes de livres numériques, Cholé Girard observe que leur nature est déjà différente. En effet l’ebook peut être vendu par extraits, rompant l’idée kantienne d’un livre comme unité.

 

Livre numérique, livre économique

Comme pour d’autres secteurs culturels, le modèle économique du livre est clairement ressenti comme hésitant, tâtonnant. Face à la représentation d’un espace numérique gratuit, le livre numérique est encore à chercher un modèle économique.

Bien entendu, il existe déjà des groupes de distributeurs qui se sont attelés à ne pas laisser le numérique en jachère, mais cette transformation s’est opérée sur le modèle de la traduction, ou de la transposition. On observe notamment une reproduction quasiment à l’identique des modèles économiques des acteurs historiques. La représentation à l’arrière-plan telle qu’on peut réussir à en rendre compte dans le séminaire est plus ou moins la suivante : le numérique est un nouveau monde, dans lequel l’édition papier tente de poser des structures, en répliquant le système de distribution actuelle. Tout se passe sur le modèle de la terra incognita, comme si le numérique était un monde à part, venant se juxtaposer au monde matériel.

Toutefois, cette traduction n’est pas le seul modèle à l’œuvre et l’on peut observer des nouveautés et des innovations qui se développent dans les marges, où les enjeux et la pression financière est peut-être moins forte. Ainsi dans le domaine de l’édition scientifique, on observe des acteurs hors systèmes, faisant par exemple le choix de l’open-édition.

Nous pourrions également observer avec davantage d’attention les explorations menées par des éditeurs « pure-players » de plus en plus nombreux. On peut retrouver notamment une liste de pure-players francophones sur http://ple-consulting.blogspot.fr/2011/04/plus-de-30-editeurs-pure-players.html

 

 

Traduction et égarements

Si le modèle de la traduction à l’identique des circuits traditionnels prévaut, pour autant, l’édition numérique est une modalité différente du circuit papier. C’est pourquoi la traduction connait parfois des ratés. À cet égard, l’exemple avancé des bibliothèques est particulièrement intéressant.

Certains bibliothécaires ressentent un désarroi, ne sachant à quel agrégateur s’adresser pour obtenir l’abonnement ou le service recherché par leurs usagers, sans les multiplier ni consacrer leur budget à des ouvrages non-demandés. À cela vient s’ajouter les problèmes techniques de gestion des abonnements, la mise en place de jetons de consultations, la révocation des autorisations et la mise en place des conditions d’utilisations qui ne sont pas uniformisées d’un prestataire à l’autre.

 

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les capteurs de l’économie, souvent bien plus nombreux et fins que ceux du politique ou de la culture, semblent peiner à trouver une voie évidente pour l’économie numérique des biens culturels.

 

Représentations et création

 

 

La problématique de la citation et son enjeu politique

Le candide de la BNF, projet hors du commun et démonstration d’un savoir-faire technique, pose la question de la citation et donc de son intégration dans une démarche scientifique. S’agit-il d’un ovni, ponctuel, insolite, ou bien d’une esquisse de ce à quoi devrait/pourrait ressembler l’édition scientifique numérique de demain ? S’il préfigure bien la production numérique de demain, et notre rapport aux textes du patrimoine, la question de la citation, et ses nombreuses ramifications politiques et sociales se posent.

Comment partager un patrimoine commun, partageable, c’est-à-dire une base commune sur laquelle s’entendre.

 

Extrait :

Il existe un enjeu à repenser nos traces pour faire mémoire. Cela s’oppose à la mémoire purement archivale des traces numériques (mémoire de stockage) . Il s’agit de ne pas oublier le commun, le non-calculable. En s’en remettant totalement aux instruments de calculs et de prévisions, il existe un risque d’oubli de l’inventivité.

Pour y résister, une voie semble se dessiner : faire document. « Faire document signifie faire société dans des documents publics. » (Louise Merzeau).

(séance 1 : octobre 2013 – Traces)

 

Aujourd’hui un livre est pensé pour plusieurs exploitations du même contenu, grâce à plusieurs outils de rendu, d’accès, permettant, in fine, une discussion avec une base commune. Il n’y a pas de séparation mais au contraire un monde, un patrimoine de contenu, qui nous parvient sous des voies différentes.

 

Le livre homothétique est une réponse sans doute transitoire à cette exigence de la citation, mais de plus en plus on constate que textes et supports sont dé-corrélés. (Lorenzo Soccavo)

 

Aujourd’hui, de nombreux éditeurs mettent à disposition des auteurs des outils informatiques puissants permettant de repenser les livres. Pourtant bien peu en profitent réellement, parfois par manque de connaissances techniques des outils mis à leur disposition

Il importe de créer une culture populaire numérique du livre, afin d’intégrer la créativité de l’auteur plus en amont dans le projet, au lieu de la situation actuelle où les éléments ajoutés aujourd’hui n’apportent rien au projet, ne modifient pas sa nature.

 

L’obscurité des outils ?

En tant que responsable de fabrication, Chloé Girard ne ressent pas de perte de maitrise des objets technique mis en place. Au contraire, l’impression est plutôt de gagner une maitrise plus fine sur la conception et le destin de l’ouvrage.

Cela n’a pas de sens de penser que l’on maitrise toujours nos outils, ou même que nous avons pu les maitriser. C’est pourquoi il faut toujours être vigilant, interroger les outils, qui organise un flux et nos manières de les penser. L’outil de production doit prendre en compte la consommation (exemple de l’outil de rendu)

 

définition

Outil : qu’il soit matériel ou immatériel, c’est ce qui touche, affecte le rendu et/ou améliore l’efficacité de l’action ou donne accès à des actions impossibles autrement.

 

 

 

Question de mots – Autour du terme « environnement ».

 

Penser le dualisme.

Sommes-nous prisonniers de la métaphore naturelle, notamment celle de l’environnement pour décrire au mieux nos liens avec la culture, les productions et les pratiques numériques ? Ce terme est apparu dès la première séance, dans la présentation de Louise Merzeau. Comment tourner autour de cette signification, en déplier les ramifications et surtout les impensées ?

Comment faire surgir un autre terme pour exprimer l’idée que nous ne sommes pas face au numérique, mais qu’il nous accompagne au quotidien ?

En faisant un tour de table, sont alors évoqués les questions de processus, d’outils, par opposition à la nature. Il s’agit dans ces termes de faire ressortir l’idée d’une fabrication.

Lorenzo Soccavo propose de nous définir comme étant dans le lu, ou encore dans l’Histoire. Pour lui, il s’agit de faire du numérique un contexte dans l’évolution de l’hominisation.

Faisant référence  à Italo Calvino, « ce qui fait langage, c’est ce qui se surajoute ». in Les villes invisibles.

« L’oeil s’arrête rarement sur quelque chose, et seulement quand il y a reconnu le signe d’autre chose : une empreinte sur le sable indique le passage du tigre, un marais annonce une source, la fleur de la guimauve la fin de l’hiver. Tout le reste est muet et interchangeable ; les arbres et les pierres ne sont que ce qu’ils sont. »

Pour information : http://ple-consulting.blogspot.fr/2013/07/et-puis-aussi-plus-rien-nest-muet.html

 

À l’aune de cette interrogation sur le dualisme résurgent autour des questions de numérique, on en vient à se poser la question suivante : le concept de traduction lui-même, isolé dès la première séance pour tenter de proposer une prise sur cet objet, ne renvoie-t-il pas à l’idée d’un nouveau monde, radicalement autre ?