Espaces numériques

A signaler, l’existence d’un excellent blog qui traite des problématiques de spacialisation dans les espaces fictionnels. « (e)space & fiction s’intéresse aux relations entre l’espace et la fiction (romans, films, peinture, musique, BD…). » Vous pouvez vous y rendre à cette adresse : espace et fiction.

Fruit d’une collaboration internationale, le site est régulièrement mis à jours et propose autant d’analyses que de veilles. Pour ceux qui s’intéressent à ces questions, les matériaux disponibles sont nombreux. On appréciera également l’effort qui est fait pour proposer les articles en anglais et en français.

Pour approfondir le thème, le site d’un des contributeurs offre un excellent prolongement. Moins actif, il n’en demeure pas moins extrêmement riche. Monde géonumérique est tenu par Thierry Joliveau.

 

Enfin, on ne saurait trop vous conseiller de parcourir les travaux de Florian Forestier, paru sur le site de la revue Implications philosophiques, que vous pourrez retrouver ci-dessous :

De la mondanisation du web

Remarques sur le schème spatial 

# 2 Le livre électronique

Séance 2 – Samedi 16 novembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (1)

 

Les mutations engendrées par les nouvelles technologies ont profondément touché les modèles de création, de diffusion et de vente du savoir, dont le circuit du livre était le principal représentant. Si le secteur économique du livre est en crise, proclamer sa mort est plus que prématuré. Au cours de cette séance il s’agira d’enquêter sur les ressources et les potentialités qu’offrent le livre numérique. Pris entre la problématique de son poids symbolique dans la société et les contraintes économiques de sa fabrication et de sa diffusion, face à des alternatives faisant le pari du gratuit, de gré ou de forces (piratage) le livre numérique représente une réponse adaptative à un paysage particulièrement complexe.

#1 Ouverture

Séance 1 – Samedi 19 octobre 10h30 – 12h30

 Les anthropologies numériques : le défi de l’interdisciplinarité. 

 

Présentation du programme du séminaire, l’articulation entre les thèmes et des approches qui seront déployées.

Élargissant la question des Humanités digitales, il s’agit de se placer entre les media-studies et l’anthropologie numérique. La grille de lecture anthropologique permet de proposer une première approche, en permettant de prendre en compte le poids des représentations et de l’imaginaire qui conduit et oriente les projets et les développements technologiques. Il ne s’agit pas de condamner les représentations, préjugés et clichés, mais de réussir à les mettre en lumière, les isoler et comprendre leurs influences sur nos manières de penser et d’agir. Ce faisant, nous rappellerons que le numérique n’est pas une sphère indépendante de l’humain. Il n’y a pas à sauver l’homme contre le numérique, ni à le poser face à lui. Les deux sont liés. L’homme trouve dans la technique un moyen de satisfaire les besoins de sa nature, réaliser ses désirs et pallier ses manques. La technique prolonge l’humain et en retour, joue sur son évolution, sur ce qui la définit. Poser l’un face à l’autre est donc absurde.

Programme

Programmation du séminaire « Cultures, savoirs et techniques numériques »

 

Lieu : Paris 8 – Salle A 242.

Metro St Denis-Université – Ligne 13

Université Paris 8 (2, rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis)

 

– Séance 1 – Samedi 19 octobre 10h30 – 12h30 :

Ouverture – Les anthropologies numériques : le défi de l’interdisciplinarité.

– Séance 2 – Samedi 16 novembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (1)

– Séance 3 – Samedi 14 décembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (2)

– Séance 4 – Samedi 18 janvier 10h30 – 12h30

Ouvert/Gratuit/Légitime

– Séance 5 – Samedi 15 mars 10h30 – 12h30

Vitesse/changement/critères

– Séance 6 – Samedi 19 avril 10h30 – 12h30

Les mondes numériques, entre sous-cultures, attachements et dépendances.

– Séance 7 – samedi 17 mai 10h30 – 12h30

Les nouvelles formes de créativités numériques.

 

Information : t.zuppinger@implications-philosophiques.org

 

Présentation

Depuis deux ans, la revue Implications philosophiques organise un atelier qui se donne pour tâche de se confronter aux problématiques de la culture numérique, en mettant en dialogue philosophes, sociologues, journalistes, responsables de fabrication, archivistes, bibliothécaires. Nous avons le plaisir de vous annoncer que pour l’année 2013-2014 l’atelier se transforme en séminaire, qui se tiendra à l’Université Paris 8.

L’enjeu de ce séminaire est d’aborder certains grands thèmes retenus comme caractéristique des débats contemporains autour des pratiques numériques, et de les interroger à la lumière de plusieurs grilles de lecture, afin d’en examiner la portée et leurs éventuelles articulations. Ces thèmes ne sont pas choisis au hasard mais ont profondément structuré les séances précédentes de l’atelier, dont le séminaire dans sa forme actuelle constitue un prolongement des problématiques.

 

Les nouvelles technologies de communication, les contenus culturels et les nouvelles pratiques de recherches font maintenant partie de notre quotidien, pourtant cette familiarité latente cache une méfiance et un manque de connaissance.

 

Les thèmes et les invités ne sont pas retenus en fonction de leur appartenance à telles ou telles doctrines, disciplines ou posture, mais parce que tous ont quelque chose à dire, faire ou apprendre de cette culture numérique.

À la diversité des approches et des invités répond un commun souci d’ouverture et de curiosité qui n’interdit pas de maintenir une exigence méthodologique, et ce malgré la variété des thèmes et des disciplines confrontées. Cet équilibre difficile à maintenir sera le défi permanent de ce séminaire. A cet égard, une écoute ouverte et des échanges argumentés seront de précieux outils. Le séminaire propose un espace intermédiaire de confrontation, d’échanges et de frictions.

 

Les exigences formulées peuvent se résumer comme une mise au clair des présupposés en jeu, des débats existants, des arguments et des modes d’argumentations mobilisés. Le format retenu n’est donc pas celui de l’intervention formelle d’une personnalité, présentant un travail achevé et maitrisé, mais repose davantage sur le modèle d’un groupe de recherche informel qui échangerait de façon libre en confrontant les regards et les connaissances autour d’un ordre du jour relativement large. Autant que possible il s’agit ici de risquer des hypothèses, de les soumettre aux expériences, aux difficultés pratiques, et de mesurer les influences réciproques entre le faire et le penser. Loin d’une opposition théorie/pratique, la question est d’appréhender l’intrication des deux : comment le travail de recherche sur un domaine particulier, contribue à le faire émerger puis évoluer. Ce séminaire est avant tout un atelier expérimental, ou les élements théroiques surgissent pour appréhender ce qui se fait, plutôt que de vouloir les forger apriori et les coller sur le terrain.

 

 

Afin de proposer une première structuration des interrogations, deux axes ont été retenus : anthropologique et économique.

 

Cultures numériques

Élargissant la question des Humanités digitales, il s’agit de se placer entre les media-studies et l’anthropologie numérique. La grille de lecture anthropologique permet de proposer une première approche, en permettant de prendre en compte le poids des représentations et de l’imaginaire qui conduit et oriente les projets et les développements technologiques. Il ne s’agit pas de condamner les représentations, préjugés et clichés, mais de réussir à les mettre en lumière, les isoler et comprendre leurs influences sur nos manières de penser et d’agir. Ce faisant, nous rappellerons que le numérique n’est pas une sphère indépendante de l’humain.