Manifestations du numérique

Compte-rendu de la séance du 14 décembre

Traces #2

Attachements numériques

Comment maintenir un lien avec le livre, ou avec les productions numériques censées les remplacer ? D’ailleurs, le livre numérique a-t-il pour vocation de remplacer le livre papier ? Si on répond par l’affirmative, doit-il le remplacer dans son ensemble ou bien seulement dans certains de ses usages, scientifique par exemple ?

Il existe des différences dans le rapport que l’on entretient avec un support numérique et un livre. Le support numérique peut produire de forts attachements, là où le livre, précisément, a été très tôt pensé comme un véhicule commode d’un contenu parfois précieux. (la différence entre le rouleau, devant être détruit car ne pouvant être raturé, et le codex des premiers chrétiens, qui lui n’était pas sacré).

Technique

Phénoménologie de la technique

On a perdu de vue que le livre est aussi un objet technologique, alors que les supports numériques se donnent à nous avant tout comme technologiques, peu importe ce qu’ils véhiculent comme contenu. On voit les objets technologiques comme technologie, alors que le livre a dissimulé son aspect technique. Étrangement le livre n’est pas dans la liste des machines simples, une machine parfaitement adaptée à sa fonction. Mais aujourd’hui on attend aussi des fonctionnalités proches de l’oral et qui ne sont pas remplies par l’imprimé. (Lorenzo Soccavo)

Est-ce que la connaissance des principes de création numérique permet un plus grand attachement à l’objet ? Ce n’est pas évident. En tant que responsable de fabrication Chloé Girard demeure bien plus attachée au contenu qu’à la forme. Bien entendu, cela dépend des types d’ouvrages, et pour certains ouvrages d’art, il va de soi que la qualité du livre compte largement dans le produit final.

L’outil et la question du rendu.

Les outils de lecture peuvent modifier l’approche du contenu. L’écran est polyvalent, il reçoit plusieurs types de contenu, du divertissement,  des mails, des vidéos, de la création, de l’édition. A y regarder de plus près on observe une dynamique d’éclatement qui est double, car si l’on ne s’attache plus à un support, mais à un contenu, il est possible de le suivre dans sa multiplicité. (Thibaud Zuppinger) Ainsi il est possible de commencer sa lecture sur une tablette, de la poursuivre sur un smartphone, avant de la terminer sur un ordinateur. Un même support est lui-même éclaté en usages différents, là où le même contenu est éclaté entre des supports différents.

 

Une question demeure devant ces possibilités, s’incarnent-elles en nouveaux usages effectifs ? Lorenzo Soccavo se demande notamment, si les lecteurs le font vraiment, et il précise que nous manquons pour le moment de retour sur les pratiques des lecteurs. Est-ce qu’ils s’y retrouvent vraiment ?

“Tant que le règne du papier était sans partage, il était difficile de voir le livre comme un objet matériel. Pour observer un bocal, dit-on, mieux vaut ne pas être poisson.”[1] La question se pose à nouveau pour le numérique et ses nouvelles pratiques.

Temporelle

Un moment

La lecture, c’est avant tout, un moment. Être constamment au milieu de flux peut déstabiliser, il n’y a plus de moments pour se poser, ce qui engendre des pertes de repères.

Ephémère vs. pérennité

Snapshat, le service de messagerie dont les contenus disparaissent après avoir été transmis, est valorisé 3 milliards de dollars. Dans la technique même on prend en compte le fait que l’image et l’écrit même, doivent être traités comme de l’oral, comme de la parole. Cette société propose précisément un service contre les archives, pour que cet écrit redevienne de la parole, il s’agit de réintroduire de l’éphémère.

En revanche le rôle d’un responsable de fabrication d’un livre, même numérique, n’a pas pour vocation de proposer de l’éphémère, et au contraire, contrôle les éléments qui assurent sa pérennité, par un ISSN verrouillé, aujourd’hui les auteurs n’écrivent plus que pour de l’imprimé, ils savent que leur livre aura plusieurs formes.

L’accélération par la technique 

Est-ce que le même degré d’attention. ? Nous vivons dans un monde qui privilégie  l’immédiateté. La technologie permet d’accélérer les tâches, mais au lieu de libérer ainsi du temps, les travaux d’Hartmut Rosa montrent que nous sommes ainsi plus souvent sollicités par d’autres tâches, qui prenant moins de temps, se répétent plus souvent.(Thibaud Zuppinger)

Le livre demande du temps. Ce que l’on attend d’un livre numérique, c’est qu’il laisse de côté des choses. Il doit se focaliser sur sa fonction.

Ces modifications dans les manières de faire, vont-elles engendrer des pertes de capacités essentielles, dans les structures de l’attention, ou bien des manières nouvelles d’agencer les choses qui vont émerger ? On observe des changement dans la constitution des structures attentionnelles, de leurs soubassements biologiques : est-ce une nouvelle façon de pensée, plus fluide, qui émerge, ou quelque chose qui ressemble à un délire ou un monologue intérieur continu qui va se développer, nous privant de la possibilité de rencontrer vraiment une extériorité, une altérité, d’être surpris, bref, de constituer un espace commun ? L’attention est une question primordiale en philosophie depuis au moins la Métaphysique d’Aristote : elle est le moment de rassemblement de l’âme par lequel celle-ci atteste l’extériorité fondamentale de l’être. L’évolution vers plus de labilité et de plasticité des capacités attentionnelles induit aussi une autre notion de dehors – donc, corrélativement, de sens.

L’un et le tout

Universalité et segmentation numérique

Il y a un caractère égalitaire des productions numériques, là où un ouvrage papier se perçoit facilement comme appartenant à tel ou tel genre, se destinant à des adultes, des enfants. Le caractère d’un ouvrage numérique n’apparaît pas immédiatement avec son fichier numérique. On ne voit pas son épaisseur, son format, le public auquel il se destine. (Michel Melot)

Il est évident que le métier de bibliothécaire est amené à évoluer, dans sa pratique, mais aussi dans les capacités déployées, dans le savoir lire, le savoir évaluer. Rien n’interdit qu’un regard sur la fiche technique du livre nous renseigne sur sa taille, son public, son format et que cet examen devienne aussi évident, intuitif que le maniement et le classement d’un ouvrage pour un bibliothécaire. On connaît un livre parce qu’on le voit, le lit (la vision) on le manipule (le toucher) on le classe (pensée) on le sent (odorat) : quels sont les modes de connaissances, d’appropriation qui peuvent se déployer pour le numérique ?

On retrouve ici la question de la division en fonction des types éditoriaux, pour pouvoir segmenter la production livresque.

Ainsi le numérique a libéré les types éditoriaux comme les dictionnaires ou les annuaires, qui sont davantage des services que des ouvrages.  Cet exemple rappelle que l’adéquation du contenu au contenant est parfois accidentelle, et parfois pensée en tant que telle dans la vision de l’auteur.

Unité et structure.

Sur le papier, on peut faire les pires erreurs de structure, (Chloé Girard) que le numérique ne permet pas car il formalise, voire normalise.

Le cadre du livre réunit l’ensemble, il lui donne une unité parfois factice. « une caractéristique essentielle du livre, est de donner de l’unité à du disparate » H. Blumenberg, la lisibilité du monde. Or son passage au numérique exige de pouvoir rendre compte d’une structure, d’une architecture pour un rendu html un peu cohérent. Le numérique est beaucoup plus contraignant souligne Michel Melot.

Le numérique déstructure et structure autrement. Il faut expliciter la structure pour la transmettre en numérique. Ainsi joue la structure de l’apparence, contre la structure intellectuelle. (Florian Forestier). Le numérique impose des fichiers qui définissent les deux (J.B. Camps) et assignent ce qui est du domaine de la forme, afin d’adapter aux supports de consultation et ce qui est la structure intellectuelle du contenu.


Une réflexion sur « Manifestations du numérique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.