Le livre : poids des représentations

Compte-rendu de la séance du 14 décembre

 

Séminaire en présence notamment de : F. Cafiero, J. B. Camps, F. Forestier, C. Girard, S. Lefebvre, M. Melot, N. Picoche, L. Soccavo, T. Zuppinger.

 

 

Le numérique est en train de remettre en cause le livre dans son format et, dans le même temps, quelque chose de ce format est en train d’être transposé dans le monde numérique, qui n’est pas séparé, mais qui est une dimension qui vient s’ajointer, et qui vient modifier notre manière d’être au monde. (Florian Forestier.)

dune-2-1169149-m

Avant de pouvoir avancer la moindre hypothèse, ou même soulever des difficultés, il importe de pouvoir définir ce dont on essaye de parler, comment définir le livre ?

Trois types de propositions ont été avancées, (référence : le livre des argonautes) permettant de circonscrire les types de livres numériques :

  • Les livres numérisés, copies conformes d’un livre papier : le livre boîte. Typiquement celui qui est produit en retro conversion. Pourtant il change déjà de nature, car il peut être vendu en extraits.
  •  Les livres augmentés, multimédias, pouvant parfois être mis à jour comme des logiciels.
  • Les expériences numériques à la limite de ce que l’on considère encore comme un livre et qui peuvent parfois s’apparenter aux arts numériques.

 

Reproduire, traduire, transposer.

Quelle serait la trace du livre dans cette épistémè là ? Qu’est-ce que le livre a signifié qui serait en train de se reconstituer, ou au contraire de disparaître définitivement ? Cette dimension de transposition, ou de traduction, est essentielle pour saisir les prises engagées par la mutation. Ainsi les premiers livres imprimés reproduisaient le rendu des manuscrits. Bien souvent dans les phases de transitions on reproduit des effets, des apparences, ce que en design on nomme le skeuomorphisme, c’est-à-dire une fonction qui reprend de manière ornementale un élément qui jouait un rôle essentiel ou nécessaire dans l’objet d’origine.

On a besoin d’une forme de concrétion, sous forme symbolique dans le livre.

Comment traduire cette nécessité ? Cela rejoint la question des unités et des limites, des consistances dans le flux, (B. Stiegler) des limites et des frontières (R. Debray) ?

On a besoin d’une forme de reconfiguration en unité, de stabilisation même temporaire, ne serait-ce que pour se référer à quelque chose qui va faire sens.Quelque chose qui va pouvoir devenir de la connaissance.

A cet égard, on peut se demander s’il s’agit ici de connaître par le numérique ou connaître le numérique.

 

Mots- clés et concepts carrefours :

 

De quoi le livre est-il le nom ?

 

Michel Melot : stabilité, totalité, clôture.

Laura Brossin : pli

Lorenzo Soccavo : un véhicule

Thibaud Zuppinger : savoir, connaissance, transmission

(en précisant que le livre, c’est aussi le divertissement, la fiction. Fiction qui n’a d’ailleurs eu aucun mal à explorer les possibles du numérique là où les circuits de légitimité du savoir sur Internet peinent à se construire.)

Jean-Baptiste Camps : le livre conditionne le savoir, mais cela n’en fait pas nécessairement l’objet le plus adapté au savoir transmis.

Sonia Lefebvre : continuité et adaptation. Le livre possède une faculté adaptative que l’on ne soupçonne pas encore.

Chloé Girard : le livre n’est pas le plus intéressant, les ordres du discours ont été libérés par le numérique. Il est intéressant de se pencher sur la diminution des contraintes numériques.

Jordanna Viotto : on peut penser le livre par un jeu d’opposition dans les matières qui composent le support. Notamment entre l’organique et l’inerte.

Tatienne Rouxel: Emotion, redéfinition, culture sociétale et comme enrichissement personnel.

Florian Forestier : le livre c’est un mode d’incarnation du sens.

Nolwenn Picoche : transmission de savoirs et d’ouverture à la discussion.

 

 

Ressources évoquées durant la séance :

 

Bruce Chatwin, Le chant des pistes.

Kevin Lynch, L’image de la Cité.

 

Andrew Piper, The book was there, un bel ouvrage, chapitre après chapitre, il décompose les gestes que l’on fait avec un livre, puis symétriquement, ce que l’on fait avec un ordinateur.

Un livre avec uniquement des pictogrammes.

http://www.actualitte.com/les-maisons/une-histoire-sans-mots-le-roman-en-pictogrammes-de-xu-bing-45929.htm

Marcel Mauss, Les technologies du corps,

Harmut Rosa, Accélérations,

 


Une réflexion sur « Le livre : poids des représentations »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.