Critères, vitesse, sélection (2/3)

Un nouveau monde qui surgit

 

 

L’accélération est une réalité, notamment dans la production de donnée : Aujourd’hui en 18 mois elle est équivalente à ce qu’à produit le monde jusqu’au 18ième  siècle.  Par exemple, sur wikipédia, une erreur sera corrigée en 1min 40. Mais constater l’accélération ne permet pas de poser la question de ce qui compte.

paint-345297_150

Cette accélération pose la question de la sélection, et renvoie à l’idée de conscience, il faut pouvoir  se mobiliser, adopter une posture et non pas simplement subir. Comment repenser des frontières et des domaines dans ce qui a été numérisé ? Comment être sensible à ce qui se différencie, non par le support, mais par nos interactions et qui se reconstruit comme un monde, dont nous n’avons pas encore les mots.

 

Penser le monde

Cette notion de critères que cette séance s’emploie à isoler au sein du monde numérique  renvoie à la question de la pensée critique, qui constitue le paradigme de notre rationalité, et elle renvoie aussi à celle de prise, de saillie, permettant de saisir les jointure du monde, et d’en comprendre ses articulations.

Les critères permettent de distinguer plus finement le monde.

L’expansion du numérique invite à repenser les modes de productions du savoir. Le numérique, avec la question des critères reconduit à nouveaux frais l’articulation problématique du langage et du réel. Nous observons un changement de statut de l’intention. Elle est à penser comme une émergence. Ce n’est pas elle qui est à la racine. Elle véhicule avec, elle chemine. Ainsi, on peut avancer que ce n’est pas l’intention qui est maitresse du sens, elle contribue à le préciser.

 

Alphabet et image

 

Les travaux en neuro-sciences de Stanislas Dehaene démontrent l’importance de l’image dans le cerveau. L’expansion de la numérisation du monde signifie-t-elle la fin de l’alphabet ? Aujourd’hui et de plus en plus, la preuve se fait par le symbole, l’image remplace le mot. Le monde de l’alphabet est le modèle de la conscience (la conscience peut être définie comme capacité de faire des sélections, des pauses, dans la continuité des informations.)

 

Est-ce que le modèle alphabétique va être remplacé par un autre modèle ? Il est encore difficile à saisir, mais de nombreux philosophes travaillent autour de cette idée. Il semble plus que probable que l’image va certainement jouer un rôle plus important. T Baccino a déjà montré que des évolutions avaient eu lieu. Le regard sur l’écran est différent d’un support papier, les mouvements de l’œil ne se focalisent plus de la même manière. En effet, les fonctions cérébrales utilisées pour l’écriture sont des fonctions détournées, greffées sur des aires dédiées aux images, donc on pourrait penser qu’il ne s’agirait pas d’une déperdition de la pensée. Cela étant notre capacité à faire émerger un réel que l’on affronte dans son extériorité est tiré de la concentration, liée à la lecture par support fixe.  L’attention dressée est une condition essentielle de la pensée.

C’est un ressort de la pensée de ne pas avoir un rapport flou, onirique au monde, mais de rester concentré. Avec l’image on peut penser moins loin, et on ne peut plus aussi facilement les articuler comme on le fait dans la pensée rationnelle. On observe une baisse de la capacité à articuler une pensée si on revient aux images.

Le risque d’une civilisation de l’image c’est d’entretenir un rapport flou et flottant au monde, on perd une prise. Comment maintenir cette prise sur le réel ?

 

Rupture ou transition ?

Sommes nous à l’aube d’une nouvelle forme d’oralité ? Pour certains auteurs, nous sommes en train de vivre une mutation bien plus importante que celle de l’imprimerie, une révolution qui serait, en termes d’intensité, comparable au passage de la culture orale à la culture écrite.

 

Pourquoi en Europe, ces mutations sont-elles perçues comme fondamentale ? Il n’y a rien d’évident à cela. Par exemple au Japon ou en Corée, cela semble une évolution naturelle, notamment parce qu’il y a une ontologie déjà là, ce qui offre une capacité d’absorption et d’adaptation plus élevé.

 

On note que les civilisation orientales sont moins modelées par l’écrit et elles possèdent une prise et une finesse d’appréhension du monde qui n’est en rien en retrait de la pensée occidentale, rationnelle, articulée autour et par des concepts.

 

Mythologies numériques.

Si on compare les utopies au Japon et aux Etats-Unis, on observe des différences avec des rapports différentes au temps et à l’histoire.

 

L’imaginaire américain produit par exemple le post-humain, l’idée d’une conquête, qui s’invente et se réinvente.  Le numérique est lui aussi pensé comme une conquête, mais cette fois hors de la pensée spatiale.

Les Etats-Unis ont une structure fantasmée, toujours proche de l’apocalypse. Il y existe un fort fond pessimiste. On retrouve souvent les traces d’une table rase pour une nouvelle génération, à venir. On peut penser notamment aux  imaginaires des nouveaux mondes.

 

Au Japon, le numérique réactive plutôt les mythes traditionnels, dont la forme actuelle peut rappeler l’imaginaire américain, mais avec des motivations radicalement différentes sur le fond.

 

Une inscription dans un mythe permet d’offrir une forme de résistance. Est-ce que le numérique est, en lui-même, un mythe ? De quoi le numérique est-il le mythe ? de l’intelligible ? du calcul universel ? de la prévisibilité dans un monde incertain ? des réunions d’intelligences ?

 

Au sein même du séminaire, de manière réflexive, il serait intéressant de s’interroger sur le poids symbolique et mythologique que cristallise l’exemple de Wikipédia.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.