Critères, vitesse, sélection (1/3)

 

 

Présentation

 

En guise d’introduction à cette séance du séminaire cultures, savoirs et techniques numériques, nous posons que dans le rapport au savoir et à l’information, il existe deux pôles conceptuels que l’on peut isoler pour l’analyse : l’instant et le patrimoine.

A l’opposé de l’instant se trouve la volonté d’archiver, et dans le cas particulier du web, où  il s’agit de tout saisir, sans critère. Non pour aujourd’hui, ni même pour demain mais pour plus tard. Son ambition, c’est la totalité sans critère et sans le diktat de l’actualité.

paint-345296_150-2

De ce premier travail de clarification des dynamiques à l’œuvre dans le traitement et la production de l’information par le biais du numérique, on distingue deux pôles, avec des similitudes formelles, mais une visée qui est largement différente : informer ou stocker.

 

Avec le développement du numérique la vitesse de transmission des informations a connu une accélération formidable. Le but de cette séance du séminaire est d’interroger l’impact de cette accélération sur notre capacité à sélectionner des éléments dans un flux, et de tenter de discerner les critères qui sont impliqués dans ce processus de sélection.

 

L’instantané

La question des critères retenus pour développer une prise sur les flux numériques est essentielle. Le premier des deux pôles est donc tourné vers l’instant,  l’actualité chaude, il désigne notamment le journalisme pris dans une course à la réactivité. Il s’agit d’être le premier à traiter un sujet où qu’il soit dans le monde. Ainsi, un mail, un tweet, peut faire le tour du monde avant même d’être vérifié.

 

“Dans son étude sur le journalisme numérique, Oriella montre que plus de la moitié (55%) des journalistes interrogés de par le monde (+ de 600) utilisent les médias sociaux, Facebook et Twitter, à la fois pour « sourcer » leurs informations, mais également pour vérifier ces dernières (43% le font).”

Source : http://blog.websourcing.fr/infographie-journalistes-sourcing-medias-sociaux/

 

Être réactif s’oppose en cela à une démarche d’investigation. Bien sûr, les deux peuvent cohabiter, mais on observe une méfiance envers le journalisme chaud, qui devient la tentation à tout traiter, sans recul, à tellement vouloir coller à l’actualité qu’il devient difficile de distinguer l’information de son traitement. Le bombardement constant des flux d’informations fait que le manque de recul semble être une nécessité. Qu’est-ce qui est important, qu’est-ce qui ne l’est pas ? Bien souvent cette question de l’importance est remplacée par la question quantitative de la reprise – plus cela circule, plus cela est important.

 

Si on chausse les lunettes anthropologiques, on s’aperçoit qu’une lassitude s’opère, ce qui ne remet pas en cause l’existence ou la conviction partagée que tout ne se vaut pas. Personne (ou presque) ne dit que tout se vaut, mais dans les faits, les choses finissent par s’égaliser dans la conscience.

 

L’épaisseur ou l’importance ne prennent plus le temps de se déposer. On peut ainsi proposer l’équivalence mécanique suivante : les effets d’accumulation et la sollicitation permanente entrainent une forme de lassitude, ou pour reprendre les analyses de Simmel sur le citadin qui s’habitude aux sollicitations perpétuelles, cela produit in fine une indifférence aux différences et le citoyen numérique se transforme en un blasé ne réagissant plus qu’à l’extraordinaire.

 

Si tout fini par se valoir, ce n’est pas la perte d’une hiérarchie et un énième spectre du nihilisme, mais c’est un sentiment qui est  à l’œuvre, celui qui opère des distinctions entre les informations qui se perd. En effet, les flux sont incessants et se renouvellent sans cesse, pointant au paroxysme vers un perpétuel éphémère.

 

 

Nouvelles formes de journalisme : analyse et prospective.

Face, ou en complément du journalisme de l’instant, le journalisme de recul semble appelé comme un équilibre essentiel. Aujourd’hui l’information est traitée par des machines. (La machine est alors utilisée comme un symbole avec une charge négative comme si la précision de algorithme ne pouvait pas être le fruit d’un humain ) – le journalisme de qualité est vu comme un journalisme humain, d’experts et de spécialistes, mais il est bien illusoire de vouloir un retour à une sorte d’artisanat du journalisme. Le numérique et la technique sont déjà des rouages essentiels de la production, de la sélection et de la diffusion de l’information.

 

Le premier tri de l’info est principalement mécanisé, il est opéré par des machines ou du personnel non formé à une analyse en profondeur de ce qu’il traite, ce qui génère en retour, une demande très forte pour un journalisme de recul et de qualité. Cela se manifeste notamment avec des journaux américains qui commencent à développer une version premium à destination d’un cercle étroit et payant, créant des clubs d’initiés prêts à payer. De fait cette solution, viable économiquement, viendrait porter un coup à l’idéal démocratique de l’information sur internet. Cela équivaudrait en quelque sorte à renier les idéaux de départ.

 

Les pratiques numériques engagent de nouveaux usages,  et il convient de les prendre en compte dans la distribution de l’information. Cela signifie par exemple cibler le type d’information en fonction des moments de la journée, et en fonction des supports (brèves, papier… ) et se poser la question de savoir quand il est adéquat d’envoyer de l’instantané, ou de la longue durée.

 

 

Typologie des critères.

 

En confrontant, approfondissant et mélangeant les horizons et les expériences, plusieurs critères sont apparus. Nous avons essayé de les rassembler ici, avant d’entamer une investigation de ces critères et leur articulation :

 

  • Instant / longue durée : ce critère recouvre d’une part la question de la visée au moment de la rédaction et d’autre part l’usage qui en est fait : sur le long terme ou rapidement oublié.

 

  • Notoriété / anonymat : ce couple de critères est traité comme l’indice d’autre chose. (la confiance, la qualité) rappelant notamment que toute production est symbolique. La puissance d’élaboration n’est pas partout pareil, et il y a un travail de construction de l’image auquel il faut être attentif car il est structurant pour notre compréhension du monde.

 

  • Qualité / opportunisme : on est dans un rapport plus ou moins immédiat au symbole, avec tout un arrière plan mythologique, qui structure le langage. Comment définir la qualité de ce qui est recherché ? Le critère de qualité est toujours opérationnel dans une configuration numérique, mais quels sont les traits qu’il emprunte au monde papier ? Comment le définir ? une piste avancée pour rendre compte de la qualité d’une information, serait l’épaisseur, le feuilletage. L’homme cultivé donne plus d’épaisseur à ce qu’il perçoit. Ce couple de critères, comme les précédents, nous renseigne sur quelque chose de propre à la société contemporaine et non propre au numérique. Comment, pour ce qui est mis sur un seul plan, repenser de la profondeur ? La question de la temporalité. La qualité de l’œuvre demande du temps. Celui de se laisser pénétrer par l’œuvre. Que son épaisseur se diffuse. Par exemple suffit-il de faire jouer la simplicité contre la complexité. Ou faire intervenir le concept d’épaisseur.  Est ce qu’ils se rejoignent ? Est ce que les imaginaires se rejoignent ?

 

  • Multiple / l’un. A l’ère numérique, la question de ‘l’unité des références, des objets référencés est évidemment problématique, quand on constate que les technologies comme le peer to peer permet une démultiplication et une délocalisation des fichiers. L’idée de source unique devient illusoire.
  • Confiance / méfiance
  • Légitime /légalité. Parfois le numérique et le légitime outrepasse la question de la légalité (Wikileaks ou Snowden.)
  • Profane / initié, la pratique et la circulation des idées sur internet ne se jouent pas seulement sur les modèles économiques mais sur les compétences acquises par les acteurs pour savoir où trouver et comment exploiter une information. C’est une logique de sélection qui est différente de celle qui entend conserver l’information pour un cercle.

 

 

L’identification de la source a été également proposée comme critère, mais rapidement, à l’analyse, ce critère est reconduit comme une procédure davantage qu’un critère en soi.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.