Autour du Manifeste des Digital Humanities (3)

III – De nouveaux horizons, par delà les Digital Humanities.

 

Diversité, normalisation et créativité.

 

On peut facilement modéliser ce qui est syntaxique et sémantique, mais dès que l’on est dans la pragmatique, dans la performance, cela devient beaucoup plus compliqué, car il y a une contextualité à intégrer. (Florian Forestier) L’attachement d’un mot à un concept est très facile sans le numérique, mais pose problème dans le numérique. Le numérique consiste  vraiment dans l’ouverture d’un autre régime de la connaissance où produire de la connaissance, faire sens n’est plus lié au passage à l’écriture. La manipulation, le schéma fait sens dans un horizon intersubjectif déterminé – il compte comme preuve.  (F. Forestier).

abstract-267058_640

 

Dans le code, il n’y a pas une approche unifiée ou unificatrice. En fonction des usages, les encodages sont différents, que ce soit de la recherche très précise ou l’édition qui soit la finalité. Sémantiser des phénomènes que l’on n’aurait pas sémantisé,  augmente aussi la quantité de code. (dilemme entre la finesse d’analyse et la commodité de l’emploi)

L’interopérabilité peut conduire parfois à simplifier pour rendre la chose plus visible. Par exemple pour étudier des phénomènes visibles, mais sur des corpus très vaste, on va s’orienter vers le plus de simplicité possible, au contraire si on veut utiliser des phénomènes plus fins, il faudra une approche et des outils spécifiques, qui ne pourront pas être utilisé dans d’autres contextes.
Ce n’est pas vraiment un standard ou un format unique. Il y a une créativité de l’outil de production ce qui entraine une évolution des encodages qui est très rapide. Les changements de pratiques vont engendrer de nouveaux usages.

 

C’est pourquoi il émerge presque naturellement un besoin de fixer, et cela se manifeste par une volonté de normalisation des encodages. Par exemple dans le domaine de l’encodage de la musique entre le XML qui règne en France et le monde qui a adopté le MEI. Dès que l’on est dans une optique de diffusion à une grande échelle, il faut une normalisation des outils d’encodage.

 

Mais la normalisation n’est pas la panacée. Une fois un langage d’encodage défini, on a une énorme variété d’approche selon l’usage disciplinaire qui est fait. La diversité émerge d’un corpus commun. Il y a de la variété  même au sein d’outils communs. Certes, il y a une perte de la standardisation qui permet que cela fonctionne sur tout les corpus, mais dans un autre sens, c’est aussi une richesse.

Cela permet de retranscrire la diversité – on adapte l’encodage à sa propre approche disciplinaire. Historiquement, on part d’un langage unique qui a voulu se spécifier dans différents domaines pour rendre compte de la richesse spécifique, mais dans un second temps ne revient-on pas vers une unification ou une standardisation ?

 

En ce sens on peut postuler que la diversité est un problème lié à la jeunesse de l’outil numérique et que avec le temps, on va tendre vers une uniformisation d’un outil souple. Toutefois, à l’heure actuelle, on est incapable de percevoir la logique d’évolution des langages informatiques.

 

Le problème de l’Open source : chacun peut ajouter sa pierre sous forme de bibliothèque, mais comment faire ensuite un état des lieux.  C’est collaboratif, en fonction des usages et des besoins de chacun. Ça évolue encore beaucoup trop vite. Les objets sur lesquels on s’entend émergent du consensus, et de l’usage.

Quelle approche peut-on utiliser pour comprendre ces évolutions ?

 

Les contraintes du numérique.

 

En mettant l’accent sur l’évolutivité et l’aspect collaboratif du XML, on a souligné sa souplesse et son adaptabilité. Pourtant il ne faut pas négliger les contraintes propres au numérique : « il rend plus forte les questions de contraintes technique » cette remarque tiré du Manifeste affronte l’imaginaire que la technique est précisément là pour permettre une libération des potentiels humains.

 

Si l’élément spécifique n’est pas défini, on ne peut pas écrire une partition, etc. Ensuite la recherche est là pour améliorer, introduire plus de plasticités ;

Dans les  bases de donnée on doit répondre à beaucoup plus de contrainte de donnée qu’avant. Par exemple, en respectant les impératifs des bases de données relationnelles alors que pendant trente ans on avait des bases de données non-relationnelles. La TEI a précisément été créée pour assouplir l’outil de base.

 

Les limites et les représentations.

Parmi les exigences et les guides de bonnes pratiques numériques édictés par le manifeste, on trouve la formulation suivante : « Données interopérables conceptuellement », est-ce que ça a un sens ? (Thibaud Zuppinger). Que les données puissent être interopérables, d’un codage à l’autre, d’un travail à l’autre, d’une structure à l’autre, on comprend l’intérêt, mais comment garantir que les concepts qui ont présidé à l’encodage puissent être interopérables ?

Autre point qui reste relativement dans l’ombre des préoccupations du manifeste, la question de la pérennité. Cette dimension n’apparaît pas ou peu dans le manifeste des DH. Or un site oublié disparu des moteurs de recherche est beaucoup plus difficile à trouver qu’un livre qui n’est plus édité

Dernier point relevé au cours du séminaire, la référence à d’« authentique moyens de communication numérique ». La formulation, une fois encore, est quelque peu vague. Qu’est-ce que la communication scientifique ? Est-ce que cela renvoie aux listes de diffusion, à publier des billets sur un blog. Certes, aujourd’hui, l’influence d’un chercheur sur une liste de diffusion n’est absolument pas pris en compte. Mais la formulation vague qui peut être nuisible car elle peut faire référence à une activité sur des forums comme une communication scientifique.

 

Des directions d’enquêtes qui émergent :

 

Aux termes de  ce séminaire, plusieurs chantiers de recherches futures et de problématisations ont émergé, qui se trouvent rassemblés ci-dessous :

 

1) Les langages informatiques évoluent-ils selon les usages ? Y a-t-il une linguistique des langages informatiques ? (Thibaud Zuppinger)

Peut-on étudier les évolutions d’un langage informatique comme on peut étudier les évolutions d’une langue ?

 

2 ) Un dépassement possible, dans un programme plus ambitieux, des fins défendus par les deux textes étudiés ici serait de faire des humanités numérique un traitement par le numérique de l’humanité dans son ensemble. (JB Camps)

 

3) Il serait intéressant d’étudier la genèse et les évolutions de la TEI. Observer la manière dont des groupes d’intérêts se formant à l’intérieur du consortium de la TEI, création d’extensions à part peu à peu intégrées à la TEI. Par exemple autour de la question de l’apparat critique.

Rendre compte du trajet des choses progressivement créer à part puis intégrer dans la TEI. Des extensions qui amènent des évolutions. Il serait intéressant de savoir comment comment se prend la décision ? Pourquoi un élément pour encoder les filigranes des manuscrits, et pas pour encoder d’autre éléments ?

 

4. Projet de cartographie des projets de Humanités numériques ?

Comment se lient-elles? On possède des outils de recensement des initiatives numériques, mais pas encore d’annuaire recensant ces recensements.

Des sites recensent les initiatives numériques critiques à l’échelle internationale, mais il manque encore des recensements des outils et des méthodes utilisées

D’ailleurs, on observe qu’il n’y a pas de bibliographie avec le manifeste.

 

5. Proposer une enquête sur les DH en partant de la dimension juridique Avec les évolutions du droit on constate que les DH et le numérique de manière générale n’est pas seulement une redite avec d’autres outils des disciplines, mais oblige à appréhender de manières nouvelles des questions qui émergent. Notamment autour de la question des droits d’auteurs, et de la liberté de diffusion des idées. Par exemple les licences créatives. En ce sens, la sociologie serait redoublée par le prisme du droit pour dessiner les contours de ce nouvel espace.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.