Autour du Manifeste des Digital Humanities (2)

 

II Produire et diffuser

 

Textes de référence :

Le manifeste des Digital Humanities

http://tcp.hypotheses.org/318

Jeune chercheurs et humanités numériques : un manifeste.

http://dhiha.hypotheses.org/1108

Contexte et portée.

Rédigé lors du ThatCamp 2012, le manifeste des DH n’est pas simplement une profession de foi, oublié dans le consensus général avant même que l’encre ne soit sèche. En témoigne le récent regain d’intérêt autour de ce texte sur la liste de diffusion [DH] (janvier 2014). Cette discussion a notamment porté sur la question de la genèse et en particulier l’importance du choix des mots.

abstract-258338_640

Porte d’entrée directe aux problématiques posées par le manifeste, comment faire référence de manière scientifique à cette discussion ? Pourtant c’est par des listes de diffusions que des chercheurs s’engagent, produisent, échangent.

Or aujourd’hui nous éprouvons des difficultés à proposer une référence à cette discussion. Ce sont précisément ces questions qui intéressent le manifeste des jeunes chercheurs. Comment les intégrer dans le circuit de la référérencialité scientifique ? Comment prendre en compte l’engagement d’un chercheur dans une liste de diffusion ? Peut-on assimiler un mail de réponse ayant demandé un long temps de recherche à une publication ?

 

J.B. Camps attire l’attention, dans le manifeste des jeunes chercheurs, sur le passage suivant « établir des principes justes et des règles claires, pour évaluer la pertinence des recherches, établir des critères de reconnaissance scientifique et institutionnelle. » Initiative louable mais qui n’indique en rien quels sont les critères que l’on peut poser pour évaluer l’activité scientifique numérique ?

 

On en vient alors à se poser la question de l’évaluation propre aux humanités numériques telle qu’elle est vivement encouragée par les deux textes. Faut-il un traitement spécifique des résultats dans les humanités numériques, avec une reconnaissance à obtenir par les chercheurs plus traditionnels ? Quelle serait cette méthodologie, ces critères ?

 

Cette approche, selon T. Zuppinger, met l’accent sur la dimension scientifique de ces travaux et par extension touche à d’autres critères propres à ces exigences scientifiques, comme la répétabilité et la mise en place éventuelle de méthodologies génériques. J. B. Camps propose de distinguer deux aspects qui sont liés à cette question : d’une part vérifier la recherche (ce qui rejoint la problématique de l’open access) et la volonté de mettre à disposition les sources et les matériaux, éventuellement même les logiciels.

 

Plus profondément, la question est surtout : peut-il y avoir une méthodologie d’évaluation des travaux numériques ? A-t-on réellement besoin de modes d’évaluation différents des résultats classiques ?  De quelle façon faut-il les considérer de manières différentes des résultats obtenus par une autre méthode ?

 

Évidemment ces questions ne doivent pas faire oublier les résistances méthodologiques (J. B. Camps) : on ne peut pas se contenter de calculer sur des textes, le texte ne se limite pas à ce qu’en dit l’approche métrique. Il est important de séparer nettement ce qui est de l’ordre de la science et ce qui est de l’ordre de la compréhension, d’une approche créative. La science a besoin de preuve, et le numérique peut parfois apporter une rigueur qui parfois peut manquer aux sciences humaines.

 

Confusion ou unité d’une pratique productrice ?

Comment produire et diffuser du savoir avec le numérique ? Cette question reprise par les deux textes en réalité repose sur un amalgame : un travail de recherche produit numériquement n’est pas mécaniquement appelé à être diffusé numériquement. Comme le souligne T. Zuppinger, que sont les Digital Humanities et que peuvent-elles êtres ? S’agit-il d’un usage du numérique ou d’un projet numérique à proprement parler ?

Quel rapport y a-t-il au juste entre la production et la diffusion du savoir ? Elles sont évidemment liés dans les DH mais sont disjoints dans l’évolution de la recherche.

 

Les deux textes regroupent ces deux dimensions qui sont consubstantielles certes, mais l’analyse demande de les distinguer. D’une part nous avons la question de la diffusion de la valorisation, et de l’autre la question du numérique. Et parfois en corollaire la diffusion auprès d’un public non académique mais ce n’est la même chose que la production numérique du savoir. La production n’influence pas sur la diffusion.

 

Nouveau, vraiment ?

La question qui surgit de ces interrogations prend alors la forme suivante : s’agit-il de changements disciplinaires réels ?

Le numérique peut demander des pratiques et des exigences déontologiques qui peuvent être spécifiques au numérique.

 

Bien sûr,  on peut rester sceptique sur les moyens intellectuels et conceptuels développés par les deux textes pour pouvoir déceler de profonde innovations qui interviendraient dans ces disciplines. Ici on reste dans une approche classique des disciplines. Il n’y a pas vraiment de place pour l’innovation ou pour une nouvelle discipline, les DH, c’est faire par le numérique ce que l’on fait déjà mais autrement.

 

Les Humanités Numériques se situent dans la continuité des humanités mais par d’autres outils qui permettent tout simplement  de faire plus rapidement ce que l’on produisait déjà. Dans ce contexte, le numérique permet avant tout de changer d’échelle et de traiter des corpus plus vastes.

 

A suivre la pensée de J. B. Camps, il ne faudrait plus parler d’humanités numériques mais d’humanités en général, et trouver un autre terme pour l’ancienne conception des humanités. Aujourd’hui, toutes les humanités sont quasiment numériques ; le numérique est intégré et partie prenante des nouvelles pratiques. De fait, ce sont celles qui ne sont pas numériques qui ont tendance à se distinguer.

 

Stéphane Pouyllaud propose de penser les humanités numériques comme science auxiliaire au sens classique. Les Humanités numériques représentent un champ en grande partie méthodologique comme la bibliographie ou la paléographie, qui va  apporter des outils nouveaux à d’autres disciplines plutôt qu’une définition par leur contenu propre. Cette définition par l’unité se jouerait alors sur la méthodologie.

 

Le changement d’outils ne révolutionnent pas nécessairement la discipline, mais peut l’accompagner naturellement. Par exemple, rappelle J.B. Camps la stylométrie est une discipline à mémoire courte où l’on réinvente constamment la poudre. Dès le 19ième, on trouve des chercheurs qui s’interrogent sur le passé et l’avenir de la stylométrie et on faisait déjà des comptages des occurrences dans les textes. La stylométrie se considère comme un domaine toujours émergeant, notamment avec l’apparition de nouveaux outils qui renouvellent les capacités de recherche, comme le traitement automatique du langage dans les années 70. Est-il forcément pertinent d’y voir à chaque fois l’émergence d’une nouvelle discipline plutôt qu’une évolution en fonction des outils utilisés ?

 

Quelles nouveautés dans l’analyse ?

 

La question devient alors à partir de quand ne s’agit-il plus seulement d’expérimentations isolées mais qu’il s’y substitue une volonté de définir un champ d’études qui puisse être défini par le terme humanités numériques ? D’ailleurs, quels sont les critères retenus pour atteindre une masse critique : le nombre de chercheurs, les organes de publications, la formation, etc. ?

En effet, les recherches et les résultats ne sont pas toujours orientés vers la possibilité de ménager des retours ou une continuité. Cela entraine une multiplication de tentatives isolées, sans forcément définir un nouveau champ d’étude. Peut-on atteindre, par les DH, une masse critique, qui permettent une continuité ?

 

J.B. Camps : « Théoriquement, on peut tout faire avec un ordinateur, mais il faut bien des moyens pour le développer, donc, il faut des développeurs, des ingénieurs, etc. » D’autant qu’il faut distinguer les contraintes internes et les contraintes externes : on peut limiter un langage pour garantir son interopérabilité mais ce n’est pas une contrainte interne à l’objet scientifique que l’on étudie. Il est souvent nécessaire de devoir trancher entre finesse et accessibilité.

 

Peut-on parler d’une reconfiguration disciplinaire demande Florian Forestier ? Est-ce que les disciplines vont vraiment changer de visage et changer la manière de faire ? Est-ce qu’un archiviste deviendra un codeur ?

A cette question, Jean-Baptiste Camps précise qu’aujourd’hui déjà il y a des ruptures, car il ne viendrait plus à l’esprit des archivistes de faire des choses à la main, en particulier tout ce qui est de l’ordre des comptages.

Dès qu’un ordinateur est impliqué, est-ce automatiquement des humanités numériques ?

Tout simplement, même si c’est secondaire, on n’écrit plus ses articles à la main. Cela change profondément les choses dans la chaine éditoriale. Ce que l’on ne peut plus faire par ordinateur, pourrait-on dire, n’appartient plus à la discipline. On en est arrivé à un point où on fait abstraction de ce qui n’est plus modélisable dans l’outil numérique. La pratique de la recherche dans les humanités s’approchent de plus en plus de ce modèle : les gens vont cumuler une approche quantitative et une approche individuelle des phénomènes. Il s’agit de faire dialoguer le numérique et l’approche traditionnelle, cumulative.

 

Bien sûr, on peut perdre en finesse d’analyse, celle que l’on possède au contact avec l’objet étudié, mais il semble que l’orientation actuelle soit dans la convergence. On observe surtout des recherches qui articulent le quantitatif et une étude individuelle des phénomènes. Ainsi, en pratique, et c’est bien là que se joue les choses, il y a un dialogue entre le numérique et l’approche de la discipline.

 

De la production à la visualisation. Nouvelle pratique et nouvelle forme de connaissance.

 

Le numérique n’est pas qu’un outil de production, il peut aussi être un outil de visualisation, permet de mettre en forme des résultats pour les rendre visuel.

Faut-il réduire les humanités numériques aux sciences humaines écrites ?

 

Il n’y a pas que l’écriture et le traitement de corpus, il existe par exemple un projet de numérisation de la culture orale au niveau européen, permettant une visualisation des mouvements de la langue dans certains chants traditionnels.

Si on n’avait pas le modèle numérique pour modéliser, ce serait tout simplement impossible de posséder ce savoir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.