Autour du Manifeste des Digital Humanities (1)

Textes de référence :

Le manifeste des Digital Humanities

http://tcp.hypotheses.org/318

Jeune chercheurs et humanités numériques : un manifeste.

http://dhiha.hypotheses.org/1108

I – Portraits des Humanités digitales

 

Deux textes, deux styles, deux visées différentes.

Les premières impressions des intervenants soulignent la qualité de la rédaction du manifeste des Digital Humanities. Ce texte est particulièrement ciselé, avec l’impression que vouloir en réduire quelque chose, ce serait oublier quelque chose d’essentiel. A l’inverse y ajouter un élément, c’est s’exposer à une critique, qui imposerait d’apporter une précision supplémentaire, toujours soumis au risque d’un contre-exemple. Nous sommes face à un texte bref, synthétique et autonome. On sent que chaque phrase a été soupesée, laissant parfois un étrange sentiment de vide, ou plutôt d’un manque de prise, là où il est plus aisé de s’approprier le Manifeste des Jeunes Chercheurs, qui lance plus d’idées, et offre davantage de prises pour la discussion.

abstract-258336_640

Un manifeste pour se définir.

Quel est le statut des Humanités numériques ? Est-ce une nouvelle discipline, un ensemble de disciplines, voire même une non-discipline c’est-à-dire pas une discipline du tout ?

Soucieux de se définir, de trouver un dénominateur commun, les DH (pour Digital Humanities) emploient le terme de transdisciplinaire, plutôt qu’interdisciplinaire. Un diagramme intéressant proposé par Frédéric Clavert est disponible ici, présentant l’évolution de l’usage de ce terme :

https://books.google.com/ngrams/graph?content=transdiscipline&year_start=1960&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Ctransdiscipline%3B%2Cc0

 

Logiquement, c’est le terme « numérique » qui cristallise les tentatives de penser cette unité. Le terme renvoie à une unité de pratique et une volonté de solidarité, qui ne vise pas une communauté qui serait déjà établie mais au contraire une communauté qui se veut ou qui se cherche et  donc qui se décide et s’auto-institue. Une communauté qui converge (l’idée de convergence est peut-être une distinction à opposer à l’interdisciplinarité). Qu’est-ce qui fait l’unité des DH ? Est-ce juste l’outil ? Nous sommes confrontés à une unité problématique, avec des outils, un public et des visées différentes.

 

L’unité de cette communauté n’est toutefois pas seulement à construire. Elle existe déjà sous certains aspects. Une communauté qui adopte en particulier une posture spécifique, en abandonnant les hiérarchies du monde académique. Elle se conçoit aussi, le plus souvent, comme horizontale, le terme revient assez régulièrement. C’est également une communauté qui se fédère par les difficultés qu’elle rencontre pour être intégrée dans le champ classique des disciplines. L’enjeu derrière le manifeste c’est aussi de constituer une communauté qui apporte une visibilité et une légitimité à ceux qui s’en réclament.

Une manière évoquée durant le séminaire pour estimer la dimension pratique de ce manifeste serait de dessiner les caractéristiques d’un projet numérique en accord avec les principes du manifeste. A quoi ressemble le projet numérique idéal tel qu’il est inévitablement porté par cette note d’intention ? Sans doute un travail en équipe, employant des outils numériques, interopérables, exploitables, pérennes, fournissant une légitimité et une reconnaissance (ainsi que des revenus pérennes) à ceux qui le font vivre.

 

L’impératif d’une plus grande transparence exigée par le manifeste vise à obtenir une meilleure visibilité pour les projets entrepris, et pouvoir suivre les équipes de recherches qui peuvent changer de nom en fonction des programmes, alors que derrière il peut y avoir une plus grande stabilité des équipes, des outils et des objets d’études. C’est l’idée aussi qu’il n’y ait pas de doublon ou de projet en concurrence afin d’associer et mutualiser les efforts.

 

Arythmie sociétale

Le Manifeste des Jeunes Chercheurs laisse davantage transparaitre un sentiment de malaise par rapport à la réception du numérique dans la sphère académique.

A vrai dire, il y a peu de prospective sur la forme que pourra prendre demain les DH et peu d’interrogations sur cette unité problématique. Au contraire, le manifeste se caractérise par un ton revendicatif. L’une des priorités affichées est de rendre le travail des jeunes chercheurs moins incertains, avec l’idée de sensibiliser la société à un pan de production du savoir qui ne bénéficie pas encore d’un statut en rapport avec les productions qu’elle permet.

Il n’y a pas un ennemi identifié, mais un obstacle symbolique, dans la société, auquel se heurte les DH, et c’est sans doute cet obstacle qui serait le dénominateur commun des DH.

L’ensemble du manifeste possède un ton militant presque syndical soulignant qu’il n’y a pas assez de débouchés institutionnels. Autre grief, l’insuffisante prise en compte un travail qui n’est pas suffisament reconnu dans l’évolution d’une carrière, qui n’est pas comptabilisé comme scientifiquement signifiant.

En résumé, pour Thibaud Zuppinger, les deux manifestes font le constat à demi-mot d’une arythmie de la société, une discordance des temps, qui engendre un sentiment de malaise.

 

La douloureuse question de l’évaluation

Cette discordance des temps s’incarne notamment dans la question de l’évaluation du travail numérique et sa reconnaissance, nécessaire pour une carrière. Or on observe un schisme entre les pratiques collaboratives et les modalités d’évaluation qui restent sur un ancien modèle. Les deux textes posent la question des instances d’évaluation, relevant en commun qu’elles fonctionnent davantage sur le modèle d’une concurrence entre les chercheurs, laissant de la sorte peu de place pour valoriser un travail d’équipe, intégré dans un projet.

Il devient nécessaire d’introduire une reconnaissance des différents types de collaborations, par exemple sur le modèle de ce qui se passe en science où il y a une obligation de mentionner les ingénieurs codeurs.

 

Diplôme et pédagogie.

La création de diplômes spécifiques est demandée. Mais dans le détail quelle forme leur donner concrètement ? Il n’y a pas pour le moment de diplôme humanité numérique, qui ne soit accolé à une discipline existante, ou plutôt un diplôme classique, avec une mention Digital Humanities.

 

J. B. Camps rappelle la formation à l’école des Chartes ; une année d’histoire, puis une année de technologies numériques appliqué à l’histoire impliquant notamment les technologies XML, la publication web, la création de bases de données, orientées vers les objets patrimoniaux.

 

Les DH commencent à se diffuser dans l’enseignement, mais le numérique reste encore bien souvent à la porte des méthodes de pédagogie. Il existe une forme de refus du corps enseignant à se tourner vers les outils numériques.

Dans l’enseignement classique, il existe un mépris envers le numérique, on y vient de plus en plus mais c’est le fait des nouvelles générations de professeurs qui ont grandi avec. Il faut garder à l’esprit que les supports numériques n’ont pas à être imposés. Il demeure toujours un problème avec les outils numériques qui est la question de l’expertise. Même si les outils numériques sont simples, il faut une connaissance. Ce qui se joue ici, c’est la finesse et spécialisation vs. simplicité et démocratie des outils numériques.

 

Financement et développement – la question économique.

 

Dans le manifeste des jeunes chercheurs, il est critiqué la courte durée des différents financements et la continuité des projets n’est pas assurée. (N. Picoche). L’idée dominante est que toute ces initiatives sont fragiles et peuvent s’arrêter définitivement, entrainant un retard dans la recherche.

On observe un désengagement de l’État, qui oblige à trouver des fonds auprès de structures privées. Est-ce le but de la recherche de ne pas faire d’entrée d’argent ?

« Soyez visible ! » est le nouvel impératif, vital,  pour trouver des financements par les entreprises, « arrangez-vous pour capter des sous ».

Un projet sur les troubadours c’est évidemment plus vendeur que la grammaire médio-latine en vers qui pourtant peut avoir la même légitimité scientifique mais risque de trouver plus difficilement des financements, donc il faut que la recherche soit aidée par l’État et pas simplement conditionnée par des profits et l’espoir de retours sur investissement.  (J. B. Camps)

Derrière les projets de constitution des bases de données actuelles il y a des projets que l’on ne perçoit pas encore. On peut être surpris par les applications de la recherche pour des cas pratiques.

 

Des migrations des financements, par crowfunding, permettent de passer outre l’aveuglement ou l’imprévisibilité de la recherche numérique.

Avec le crowfunding on peut avoir l’impression de collaborer à quelque chose qui pourra faire émerger d’autres finalités. A condition, bien entendu, que le résultat se trouve dans une base de donnée qui est accessible à tous. Les bases de données peuvent tout à fait être fermée, close, et à accès payant. C’est pourquoi il est essentiel d’accompagner les productions numériques d’un souci pour le commun afin de définir et d’encourager les bonnes pratiques du numérique qui visent justement à juger la production numérique avec des critères d’ouverture.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.