Traces – Ouvert, gratuit, légitime #3

Sphères de légitimité – des institutions aux personnes

 

Le libre implique-t-il une remise en cause du concept de prestige ? La question de la légitimité est-elle déplacée ? Ce n’est plus seulement Gallimard qui accorde seulement la légitimité, et les instances se multiplient. Kaufman : il faut apprendre à jouer d’instances multiples, selon ses interlocuteurs, il mettra plutôt en avant ses passages sur France Culture, l’article dans le Monde qui lui est consacré, ou ses réalisations dans le libre proprement dit.

abstract-267053_640

La question des critères est difficile à poser. Il faut des critères, mais est-ce que ce sont les critères en eux-mêmes qui assurent la légitimité. Etre chez Gallimard ou chez Framabook, est-ce si différent ? Ca dépendra pour qui (différents cercles) On sait qu’il y a autant de déviations possibles dans une institution ancienne que dans une neuve, une prestigieuse n’est pas préservée de jeux de pouvoirs, de mode, de déformation.

 

La question de la subjectivité est importante : encore une fois, ce sont des gens qui prennent des décisions, et à partir du moment où les critères avec lesquels ils jugent ne sont plus clairs, à partir du moment où on ne peut plus reconnaître une idéalité objective du jugement critique, le risque du simple caprice, du préjugé  est présent partout (une institution peut être colonisée par des personnes ayant des visions du monde compatibles, être totalement gangrénée par quelque chose qui n’a plus aucun fondement, et tourne sur soi-même.

 

En quelque sorte, il y a un glissement : on n’accorde moins de confiance aux institutions, aux marques extérieures (grand éditeur, grand poste universitaire, grand concours, etc.), et plus aux personnes. On a confiance dans le travail de tel ou tel parce qu’il a fait ses preuves (Forestier)

 

Il y a même quelque chose de cet ordre chez Wikipedia dans le noyau dur des contributeurs anciens, mais ça se dilue bien sûr dès que le cercle s’agrandit (Kaufman)

 

A.-M. Autissier suggère de consulter les travaux de N Heinich consacrés à la question de la notoriété chez les artistes contemporains, à la façon dont celle-ci peut être transposée, contribuer à construire une légitimité de type sociale. On se fait connaître d’une certaine façon, et on utilise la notoriété comme une forme de transfert de légitimité. Est-ce vraiment de la légitimité dans ce cas ? Quel est le statut de celui qui présente son opinion comme opinion, mais qui la diffuse parce qu’il est connu ? Qu’est-ce que le prestige ? Est-ce que le prestige d’une publication implique nécessairement la reconnaissance d’une légitimité de son auteur ? Quel lien entre la façon dont quelque chose s’impose dans l’horizon, devient ce par rapport à quoi on se situe, on prend position, et l’estime réelle qu’on a pour elle. Se situer intellectuellement par rapport à Zemmour ou Soral, cela implique-t-il qu’on reconnaisse une légitimité intellectuelle à ces personnes ? Ou les coordonnées de visibilité sociale et celles de respect intellectuel ne diffèrent-elles pas ?

 

Le grand public se positionne d’une certaine façon par rapport aux marques, le public cultivé d’une autre, l’amateur expert encore d’une autre (Girard).  Je peux avoir différents référents pour l’idée d’auteur. J’ai une forme de reconnaissance pour l’auteur Gallimard ou le professeur à la Sorbonne, tout en en ayant une autre pour l’auteur de petite maison provinciale, ou l’autodidacte qui présente ses pensées. Je peux considérer que la philosophie de l’autodidacte est plus intéressante et profonde que celle du professeur à la Sorbonne sans cesser de reconnaître celle-ci comme le modèle de la philosophie, parce que je ne reconnais pas seulement un travail, mais ce que la société reconnaît comme tel.

 

Il n’y a pas contradictions entre des processus de reconnaissances divers. Ce n’est pas parce que je reconnais de la légitimité à l’un que je n’en reconnais pas aux autres, ni même que ces légitimités sont étrangères les unes aux autres, antithétiques. Le soubassement social de ces modalités d’autorité est impossible de distinguer totalement de leurs motivations intellectuelles (Forestier)

 

L. Soccavo : les audiences se comportent-elles comme des foules ? Y a-t-il des études sur la façon dont se diffuse la notoriété sur le web ? Y retrouve-t-on les mêmes mécanismes que dans les mouvements de foule ? Peut-on parler d’une “foule internet”, d’une sorte d’effet de co-présence similaire à celui d’une foule ?

 

Beaucoup d’études on été faites sur le devenir des personnes et groupes qui se sont fait connaître sur le web dans le domaine de la musique (n’émanent pas forcément d’universitaire, aussi de sociétés, comme Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, Irma, etc. Les circuits ne sont pas les mêmes pour le livre ou la musique, ce n’est pas la meme temporalité de diffusion. En littérature, le genre qui se diffuse le mieux en numérique c’est l’érotique et ça se comprend (Girard) Dans tous les cas, le web permet de lancer, la carrière ne se poursuit pas forcément dessus. A partir du moment où ça apparaît légitime, ça passe sur le papier (50 nuances de Grey).

 

D’un autre côté, il y a aussi un mouvement en retour. France Culture est devenue beaucoup plus célèbre grâce à ses podcasts : France culture est la plus téléchargée des chaines de radio (Autissier). Les podcasts suscitent à leur tour un flux continuel d’interactions qui peut amener des auditeurs fidèles aux émissions, voire à la chaine elle-même.

 

Edition et le libre

 

Chloé Girard veut inciter l’édition à s’approprier le libre. Les logiciels sont des outils de fabrication dont il faut garder la maîtrise, s’habituer à travailler avec des informaticiens pour  rester maître de l’outil et des fonctionnalités, mais il y a de nombreux obstacles. Les éditeurs qui développent leur outil veulent le garder, ce qui ne permet pas toujours de suivre le modèle du libre. L’outil est un avantage commercial, il est un outil de service vendu. Mais la mutualisation peut se défendre d’un point de vue économique. Par exemple, en ce moment, la Bibliothèque de Genève veut récupérer l’outil de Droz et le diffuser en suisse. Logiciel libre dynamique lié à la recherche

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.