Traces – Ouvert, gratuit, légitime #2

Usages du numérique – Cultures numériques

 

Quand des grosses structures s’imposent sur le marché du libre, comment contrôler ce qu’elles font ? Pourquoi les grands acteurs du numériques prennent le contrôle de la culture, quelle légitimité ? Apple n’avait aucune raison d’être un acteur majeur de la musique. Google ouvre des centres culturels, mais pourquoi Google aurait de fait un tel pouvoir sur la culture (Kaufman).

abstract-267054_640

Internet donne des possibilités : quelle légitimité avait Alexis Kauffman, professeur de mathématiques, de fonder Framasoft ? D’entrer dans l’édition ? La légitimité vient de l’écho de chaque engagement : un projet intéresse d’autres personnes qui proposent des prolongements, etc. C’est un mode de participation beaucoup plus souple, basé sur la  contribution et pas sur le CV (A. Kaufman)

 

Maintenant Framasoft a des visiteurs et des contributeurs dans tous pays (AK est régulièrement invité en Afrique, etc.) La francophonie s’empare de ces outils. Le grand problème de l’Afrique c’est la connexion : en Afrique, l’installation de versions offlines de Wikipédia permet de rendre des versions locales de Wikipédia accessibles.

 

Cependant, si n’importe qui peut lancer un projet (Zuppinger), il faut gagner une légitimité pour le pérenniser. L’importance de la confiance est primordiale : il faut gagner une crédibilité, être une « marque » : si c’est publié chez Framabook, ce n’est pas/plus n’importe quoi. La légitimité vient avec le temps.

 

Kaufmann. On peut décrire deux modèles : la cathédrale et le bazar. Le libre est un bazar, opposé à la cathédrale, structure verticale et hiérarchisée, modèle de la plupart des grandes entreprises. La tension existe même dans Framabook : publier le meilleur produit fini possible, ou « release early », laisser d’autres s’emparer d’un produit et l’améliorer. Publier tôt ou tard ?

 

C’est la même chose que lorsqu’on publie sur wikipédia. Lorsqu’un article est insuffisant, on le corrige, on l’améliore (le premier article du wikipédia francophone a été la pomme, et la première phrase, la pomme est un fruit). Wikipedia procède d’une culture de l’intervention qui n’est pas toujours développée.  Les gens vont ils avoir le réflexe de cliquer pour intervenir sur les articles, de ne pas en être les récepteurs passifs.

 

Wikipédia s’est développé en différentes phases. Une première phase a surtout réuni des geeks, d’ou la présence de toutes sortes d’articles issus de la culture geek. Nous sommes maintenant dans une deuxième phase qui voit l’action de nombreux universitaires. Il est difficile donc de savoir quel peut être l’avenir de wikipedia.Wikipédia est encore tout jeune (Kaufman) ; pas à l’échelle du web, cependant (Zuppinger)

 

Forestier : Tout ce modèle de la contribution présuppose cependant une bonne foi, une capacité d’écoute, etc. Le libre dans son ensemble relève d’une vision de la société. Il présuppose une certaine confiance préalable, une phidia. Il faut donc tout un tissu social permettant aux co-auteurs de partager les mêmes pratiques, le même ethos. Dans les domaines techniques, il y a cette culture commune, et les règles sont utilisées de manière raisonnée. Dans d’autres domaines, il manque le terreau commun pour que la discussion soit fécondes. Sur Wikipedia, les règles appliquées sont en elles-mêmes insuffisantes sans une forme de bonne volonté et de confiance réciproque. C’est même un des principes de Wikipedia ; présupposer la bonne foi. De la même façon, il faudrait idéalement que celui qui est peu informé soit conscient d’être peu informé et accepte l’idée que celui qui s’oppose à lui peut avoir raison, indépendamment des stricts préceptes. Cela marche très bien dans les domaines scientifiques, ou dans les domaines liés à la culture geek, parce qu’il y a ou bien une auto-censure de ceux qui ne se jugent pas légitimes, ou bien un fond de connaissances communes qui permet à la discussion d’avancer, de ne pas être un dialogue de sourd. C’est beaucoup plus compliqué dans certains domaines de la culture contemporaine, ou l’opinion, le préjugé, la connaissance fondée ne se distinguent pas toujours.

 

N’importe quelle personne passée dans une émission de TV, tout footballer en D2 mérite sa notice, mais les critères sont beaucoup plus stricts dans d’autres domaines (biaisé en faveur de la notoriété médiatique). Un chercheur n’est éligible que s’il a écrit un ouvrage majeur, alors qu’il suffit de faire partie de la culture populaire pour être objet d’article. Donc il y a déjà une espèce de légitimité imposée, implicite, qui est celle de la notoriété (Forestier). Est-ce que la neutralité revendiquée par wikipédia est vraiment possible ? Est-ce que cette neutralité n’est pas un faux-semblant, qu’elle n’est pas déjà biaisée par des valeurs implicites, des prises de position implicites ?

 

Certes, il y a un ensemble de mesures anti-buzz (la suppression de l’article Nabilla qui devait d’abord faire l’épreuve du temps est un bon exemple), mais tout ce dont on parle pendant un temps mérite-t-il d’être wikifié ? Ce dont on parle peu ne le doit-il pas ? N’y a-t-il pas une illusion d’objectivité dans certains critères (être cité dans un journal national : oui, mais ce sont des êtres humains qui écrivent les articles ; pour avoir occupé une position de légitimation à la BnF, je peux attester de tout ce qu’il y a de contextuel, d’occasionnel, de circonstanciel dans le choix de mettre tel auteur en avant, tel thème, etc).

 

Cf. Lyotard : la pluralité des discours, ce qu’il faut éviter c’est un discours qui écrase les autres. Or, le discours libéral écrase les autres sous couvert de la préserver : il les écrase parce que la forme de neutralité intellectuelle qu’il semble préconisé masque les jeux de pouvoir économiques et financiers qui sont derrière. Etre neutre, cela risque aussi de défendre par redondance le point de vue de Disney ou de Lagardère, le point de vue dominant par les faits.

 

A. Kaufman : Wikipedia cherche ses critères, ses normes, qui sont à inventer, déterminer peu à peu selon ce qui est rencontré, au sein de controverses.

 

Question : Pourquoi parlons-nous à chaque fois de wikipédia ?  Pourquoi ce retour ? Est-ce parce que wikipédia est l’exemple de ce qui remet le plus en cause nos modèles d’autorité ?

 

T. Zuppinger : wikipedia peut-il être la revue de demain ? « Un wiki génial qui pourrait non pas être une encyclopédie mais le lieu de production de la recherche, avec des articles de pointes qui seront de toute façon lisibles, compris et modifiables par une communauté bien identifiée” C Masuti

C. Girard : Des projets de natures différentes peuvent utiliser les wikis. On n’a pas besoin d’en demander trop à Wikipedia, qui est ce qu’il est, mais d’autres projets éditoriaux peuvent être pensés (comme le modèle bibliopédia, des bibliothécaires). On peut très bien envisager un système dans lequel chacun se créerait son propre wikipédia (Soccavo).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.