Traces – Ouvert, gratuit, légitime #1

Pertinence des termes

 

(ouverutre problématique : Thibaud Zuppinger)

Qu’est ce qu’être légitime aujourd’hui ? Pourquoi le gratuit n’est pas sérieux ? En quoi la gratuité peut-elle signifier une perte de légitimité ?

abstract-267056_640

Lorenzo Soccavo : le raisonnement est surprenant, pourquoi faudrait-il lier gratuité et illégitimité ? S’il y a un lien, il est plutôt dans le sens contraire, il faudrait dire que  ce qui est nécessaire devrait être gratuit, c’est ce qu’il faut rendre gratuit, et la problématique du gratuit dans le numérique le reconnaît en partie, c’est que désormais les livres sont devenus des biens communs vitaux, que le libre accès aux contenus numériques doit être un droit pour tous. La dimension numérique et la dimension gratuite n’ont en elles-mêmes rien à voir avec la question de la légitimité.

Pour aller plus loin :

http://www.implications-philosophiques.org/semaines-thematiques/ledition-numerique/la-demarchandisation-du-savoir/

 

 

Le libre

 

Alexis Kaufman rappelle que le libre n’est pas le gratuit, qu’il y a un glissement terminologique à éviter. Le logiciel libre accorde la liberté aux utilisateurs des logiciels et fonctionne sans droits d’auteurs ; il donne le droit d’utiliser, d’étudier les logiciels, fonctionne par un système de diffusion, de copie, de dissémination, mais cette différence par rapport aux circuits traditionnels ne veut pas dire que le libre est gratuit. On dit souvent que le libre est gratuit quand il a été payé ; une fois les couts de conception (temps de travail, etc.) réglés, le logiciel libre ne coute plus rien. Le libre ne veut plus imposer une logique de rareté, mais contribuer à une logique d’abondance : il ne s’agit plus de créer de la rareté et de la valeur par la rareté par toutes sortes de restrictions (limiter le nombre d’accès, le nombre de téléchargements, etc.), mais de considérer que c’est l’abondance et la diffusion qui créeront au contraire cette valeur (qu’elle soit de caractère économique ou non). Le logiciel libre propose-t-il alors un modèle en rupture avec la logique «économique et capitaliste, dont le premier moteur est toujours la rareté, l’économie étudiant traditionnellement la logique des transactions et des choix dans un univers caractérisé par la rareté des ressources et l’illimitation des envies .

 

Libre et ouvert : que veut dire open?

La charte du libre oblige de garder 4 libertés fondamentales la liberté d’utiliser le logiciel, la liberté de copier le logiciel, la liberté d’étudier le logiciel, la liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées

 

Cela étant, il y a différents modèles du libre. Dans le cas des publications sur internet, on distingue plusieurs voies vers le libre. Une voie verte, une voie dorée, etc. (Jb Camps) Dans certains cas, tout est libre. Dans la voie Gold, les auteurs paient pour publier et que leurs publications soient gratuites (publication universitaire). Dans le modèle premium, une partie est libre et partie restreinte est payante avec des services supplémentaires. Le service d’accès libre sert alors de produit d’appel Les modèles de licences s’inspirent toutes du libre.

 

Le modèle de Framabook  est tout à fait ouvert. Il est basé sur une notion de common décence qui exclut a priori tout usage abusif de ce qui est mis à disposition. Liée à Framasoft, la maison d’édition Framabook qui vend aussi les livres papier : 500 livres vendus. Les deux modèles ne semblent pas se cannibaliser, il y a environ 100 téléchargements pour un livre acheté. Les premiers livres traitaient plutôt de logiciels, mais Framabook s’est constitué pour apporter la même valeur ajoutée qu’un éditeur classique dans l’accompagnement et le suivi du travail de l’auteur. Les collaborateurs sont surtout des enseignants et des gens de l’édition. Un milieu techno geek, très instructif pour les non geeks.

 

Quel modèle économique ? Certains projets ont lieu grâce à des souscription Framasoft mène actuellement le projet Opengolberg édition : payer un pianiste professionnel pour un enregistrement des variations Goldberg et le mettre dans le domaine public. La souscription servira à payer le pianiste. Il s’agit bien d’une souscription, pas de mécénat. Peut-on alors parler de causes ? (Thibaud Zuppinger)

 

On cherche à montrer qu’il y a un modèle économique dans Framabook. Plus on télécharge, plus on vend. Cependant il faut bien voir que les très grandes audiences que le numérique permet d’atteindre ne procurent pas nécessairement de gros revenus : moins de 0,01% des connectés répondent aux collectes de fonds, et les arguments qui l’emportent le plus sont souvent les arguments d’urgence (sans vos dons, nous risquons de fermer ; sans vos dons, Wikipédia risque de devoir admettre des publicités, etc.).

 

Framasoft fonctionne avec un budget de 140000 euros, et  3 permanents. Il représente surtout un état d’esprit : prendre soin d’Internet. L’évolution conduit les participants à  devenir toujours plus militant pour se faire entendre dans le débat, développant des compétences permettant de comprendre les lois à Bruxelles, d’en connaître tous les enjeux et de s’y faire entendre (à travers des associations comme la quadrature du net)

 

Le libre peut-il être un modèle autre que marginal ? Sachant qu’il demande du temps ? Peut-on vraiment se priver de structures pérennes faites pour résister et survivre à leurs animateurs ? (Florian Forestier)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.