Légitimité et métaphores

Compte-rendu de la séance du  14 décembre

Traces #4

  Séminaire en présence notamment de : F. Cafiero, J. B. Camps, F. Forestier, C. Girard, S. Lefebvre, M. Melot, N. Picoche, L. Soccavo, T. Zuppinger.

La différence qui s’opère dans la mutation numérique reprend la différence qui existe déjà entre un éditeur et wikipédia. Ce n’est pas le même régime d’autorité qui s’exerce. Le livre numérique d’un éditeur a la même stabilité, la même autorité que le livre papier. Jamais wikipédia n’atteindra un objet stable.

Michel Melot remarque que l’objet ouvert perd cette stabilité, qui dépend des auteurs, Wikipédia est un éditeur de texte liquide. Wikipédia ne sera jamais terminé, car il est sans cesse réécrit.

Le projet encyclopédique : totalité et légitimité.

La qualité d’un contenu, d’une idée, dépend du circuit qui le relaie. Non pour assurer sa qualité intrinsèque, mais pour assurer sa visibilité. Mais le numérique peine, pour le moment, à transposer les circuits de la légitimé. (T Zuppinger)

On retrouve ici les grandes questions de la constitution du savoir dans l’antiquité. Pline l’Ancien par exemple rassemblait les rumeurs et les « on dit que… » sans vérification. Hérodote s’appuie également sur des témoignages.

Au début, on tâtonne, mais très vite, on arrive à des contenus vérifiés par croisement, et la discussion permet justement d’identifier les points qui font débat au lieu de les tenir pour acquis.

Le risque, si le projet de Wikipédia aboutit, est d’être une réplique parfaite du réel. C’est bien là l’enjeu de toutes les encyclopédies. Au point sans doute de pouvoir se suffire à elle-même, de créer un écran entre le réel et le sujet, en constituant un monde aussi riche et complexe que son objet, et surtout, rendu intelligible. (T. Zuppinger)

Il est à noter que Wikipédia rompt avec le projet encyclopédique de Diderot, qui était une tribune, avec un esprit militant. Sous chaque article il y a une signature, qui permet un accès à l’universel, mais dans une singularité légitime.

On retrouve la démarche scientifique, qui par approximation, erreurs, va tenter d’échafauder quelque chose qui est plus fidèle aux faits.

Michel Melot rappelle que les chercheurs dans les archives du web, ne viennent pas chercher une référence, ou une citation, ou tout autre autorité établie. Ils vont s’inscrire dans le réseau d’un travail en progrès, il s’agit de savoir qui parle avec qui, qui est connecté, combien de fois, combien de temps… Le livre, comme les objets numériques sont appréhendés comme des nœuds dans un réseau.

Métaphores numériques

Autour de Blumenberg – la lisibilité du monde.

L’encyclopédie est un projet qui a pour ambition de répliquer le monde. En ce sens, c’est l’aboutissement du projet de connaissance livresque. Blumenberg en fait un diagnostic de la modernité, notamment en interrogeant les rapports au savoir, au réel à travers l’image du livre.

Tout l’Occident s’est projeté dans le livre démontre Blumenberg. Il existe une fascination pour cet objet intelligible qui permet de comprendre le réel qui nous échappe. Le réel nous parvient, chargé de sens, au travers des livres. Complément indispensable à la connaissance du monde, ils forment aussi un écran entre le monde et nous. Le livre qui devient monde, qui coupe du monde, pour faire référence à d’autres livres. Historiquement, l’honnête homme a été construit contre le pédant ne vivant que dans ses livres.

La société, la culture, les métaphores que l’on s’échange avec une forme d’évidence, se sont engouffrés autour du livre et contribuent à lui donner cette formidable épaisseur symbolique.

Pourquoi le livre sert autant ? Ces métaphores servaient à poser les conditions de possibilités de ces entreprises de savoir. Il fallait asseoir la légitimité du livre et en parallèle postuler que le monde pouvait être un livre, c’est-à-dire intelligible et traduisible dans notre langue. Ces postulats, là est la force des métaphores, ne visent pas une vérité, mais fondent le pourquoi pour œuvre au comment.

La modernité a connu des rapports ambivalents avec l’ouvrage, mais ces refus, ou mise en cause marquent à chaque fois l’omniprésence et le poids du livre. Ainsi le développement des sciences de la nature au 19ième siècle s’est fait également contre les livres, au profit du réel, avant que ce savoir soit à son tour consigné soigneusement dans des livres, seule forme légitime de transmission du savoir fraichement acquis et consacrant de fait la puissance symbolique du livre et son lien indissoluble avec le savoir.

Bien sûr il existe des métaphores égarantes (le code génétique, pour Atlan, n’a pas à être compris comme un livre) mais il faut être attentif à leur poids, qui pèsent sur nos représentations.

Le choix des métaphores

On observe une sorte de chiasme dans les emplois des métaphores.

Au souple, au mouvant comme pratique du numérique, correspond comme support l’inerte du silice, du verre, des métaux des ordinateurs et tablettes.

Au rigide que représente le livre, moment définitif d’une pensée stabilisé, soigneusement close entre ses deux couvertures, correspond le vivant et les métaphores associées, comme le nerf du livre, ou sa composition organique, en papier, velin…

Le souple le mouvant, le fluide, renvoie principalement au monde numérique, dans sa structure, c’est-à-dire tel qu’il donne l’impression de se constituer, indépendamment de nos intentions, usages ou même capacité de compréhension. Cela se traduit dans de nombreux propos sur le numérique, par une coloration hétéronome du numérique : il se développe sans nous, c’est à l’homme de s’y adapter, de prendre le train en marche.

Il est vrai qu’il y a quelque chose de déroutant dans le mouvant, car il échappe à la stabilisation des concepts pourtant essentielle pour permettre à la pensée d’exercer une prise sur le réel.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.