Pour une approche transhistorique

Compte-rendu du  14 décembre

Traces #3

  Séminaire en présence notamment de : F. Cafiero, J. B. Camps, F. Forestier, C. Girard, S. Lefebvre, M. Melot, N. Picoche, L. Soccavo, T. Zuppinger.

 

L’ampleur de la mutation

La mutation actuelle avec le numérique ne serait pas d’une ampleur comparable à celle de l’imprimerie, mais plutôt de l’ampleur de l’invention de l’écriture.

the-colours-1108379-m

L’approche transhistorique pour  Lorenzo Soccavo vise à introduire du recul, à ne pas tout penser en termes de rupture, mais plutôt de continuité. Avec les stocks de livres actuels, il y en aura encore longtemps, mais la mutation est là, même si nous ne serons pas là pour la voir. Il faut la replacer dans le contexte de l’histoire.

Nonobstant toutes les réserves ou les craintes que nous pourrions légitimement formuler, Lorenzo Soccavo insiste sur le fait que : “L’avenir du livre ne peut pas être son passé.”.

Il est important de suivre l’évolution du langage, comment il se présente selon les supports de lecture qui influence la société et comment en retour la société influence les supports de lecture. L’essentiel pour la compréhension est de recontextualiser ce que nous vivons comme mutation. Il faut suivre l’évolution depuis les débuts de l’espèce.

Les critères pour penser la mutation

Comment suivre cette mutation ? Quels aspects faire ressortir pour rendre intelligible ce qui évolue ? Michel Melot nous propose un critère : avec le numérique nous entrons dans le monde de l’image.

Aujourd’hui on peut multiplier l’image, on peut les transmettre en les reproduisant. Elle prend place dans l’écriture, elle devient codée. Par exemple, la bibliothèque du Congrès se lance dans la wiki indexation, pour indexer les millions d’images dont ils disposent.

 

Ce qui est particulièrement intéressant dans cette nouvelle démarche c’est qu’elle permet de s’attacher aux mutations de l’autorité, notamment sa manifestation.  Où est l’autorité ? Elle n’est plus chez un auteur, elle n’est pas partout, elle est dans des communautés (L Soccavo)

Présences antiques : le champs des possibles

Les tablettes numériques retrouvent la plasticité des tablettes de cire (bien que celles-ci puissent être conservées dans certains cas). On observe de la même manière ce qui semble être un anachronisme avec le retour du rouleau dans les lectures de pdf.

S’agit-il vraiment d’une régression dans la pensée ou la technique ? Il existe plusieurs solutions techniques et à chaque époque, on pioche dans les solutions existantes et éprouvées pour résoudre un problème. Cette approche transhistorique remet en cause l’idée de progrès, on se sert dans le champ des possibles du livre. (L. Brossin)

Ainsi, au cours de l’histoire, et de manière schématique, on peut observer la distribution support/contenu selon les modalités suivantes, accompagnés d’un support technique comme illustration :

Un support pour plusieurs contenus (tablette de cire)

un support pour un contenu (un livre imprimé)

un support pour plusieurs contenus (l’ordinateur personnel)

plusieurs supports pour plusieurs contenus (tablette et livres numériques)

Prospectives

De nouvelles spécialisations et rapports aux savoirs

L Soccavo souligne que l’espèce humaine s’est adaptée, elle pourra encore s’adapter. A cet égard, il cite les travaux de Stanislas Dehaene sur les neurones de la lecture, rappelant en substance que le cerveau humain n’est pas conçu pour la lecture, mais les dispositifs de lecture se sont adaptés aux capacités du cerveau.

Les spécialisations seront sans doute différentes. Si on peut craindre une perte des capacités d’orientation avec les GPS, on peut observer avec la génération « petite poucette », une nouvelle capacité à maitriser les petits claviers

Est-ce que le cerveau se désadapte de la lecture écriture pour se reconfigurer sur l’image ? Est-ce que cela va changer les manières de concevoir la preuve et la démonstration, c’est-à-dire rien de moins que les bases essentielles de ce que l’on nomme la connaissance ?

Ex : le symbolisme en mathématique

La représentation spatiale.

La représentation spatiale et sa capacité à faire preuve, sa dimension heuristique. Peut-on accepter quelque chose de l’ordre de la représentation spatiale comme une démonstration ? (Florian Forestier) Le concept de preuve est ainsi amené à être revu. Que considérer comme une preuve ? – et comme savoir justifié, comme connaissance ? La forme de la démonstration mathématique a déjà évolué depuis le XIX siècle, avec l’introduction de plus en plus forte du langage symbolique à la place de phrases grammaticales et de définitions (cf. Peirce) – évolution qui au XIX siècle suscita déjà beaucoup de discussions. L’enjeu à présent est plus vaste encore. Comme le note L. Soccavo, les fonctions de la lecture sont peut-être des détournement d’autres fonctions au sein du cerveau dont la configuration n’est pas si spontanément adapté que cela. Avec l’évolution des modes de lecture (qui ne sont plus tout à fait lectures : cf. études en occulométrie de T. Baccino : les trajets de l’oeil sur la page web ne sont pas du tout les mêmes que sur une page de livre, l’oeil saute beaucoup plus, les points de focalisation sont dispersés), ce sont peut-être de nouvelles façons de lier des pensées – de considérer comme des pensées ce que nous aurions tendance à ne considérer que comme des intuitions – contamination de plus en plus nette des fonctions expressives et indicatives, selon la lecture critique que Derrida fait de la RL1 de Husserl.

La représentation de la preuve graphique en pédagogie est souvent vu comme un support, mais de plus en plus, c’est devenu une démonstration légitime, car ce n’est plus une approximation, ce rapport à la précision graphique, on reconsidère la preuve graphique de manière universitaire.

Ex : la 4ième année de maths aux MIT –on a les moyens aujourd’hui de faire une preuve graphique satisfaisante. Le livre imprimé était dans le domaine de l’à peu près. (F. Cafiero)

Mais tout de même ; si l’écrit redevient image et se déploie dans les trois dimensions, le concept de sens est totalement à revoir – perte de l’idée de vouloir dire, passage à une pragmatique sans réel replis ou mise à l’arrêt réflexive.

Il s’agit ici de mettre en relation le thème de la compréhension du monde au travers de ses fondations avec l’idée de comprendre quel est son sens.

On essaie toujours de comprendre comment ça fonctionne, sans se poser la question du fondement du pourquoi ça fonde. Le rôle de la métaphore est justement de renvoyer au pourquoi, qui n’attend pas de réponse.

Exemple : Fréderic Kaplan, avec bookworld.Une urbanisation du langage

http://fkaplan.wordpress.com/2012/02/22/bookworld-un-monde-ou-chaque-ville-est-un-livre/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.