Présentation

Depuis deux ans, la revue Implications philosophiques organise un atelier qui se donne pour tâche de se confronter aux problématiques de la culture numérique, en mettant en dialogue philosophes, sociologues, journalistes, responsables de fabrication, archivistes, bibliothécaires. Nous avons le plaisir de vous annoncer que pour l’année 2013-2014 l’atelier se transforme en séminaire, qui se tiendra à l’Université Paris 8.

L’enjeu de ce séminaire est d’aborder certains grands thèmes retenus comme caractéristique des débats contemporains autour des pratiques numériques, et de les interroger à la lumière de plusieurs grilles de lecture, afin d’en examiner la portée et leurs éventuelles articulations. Ces thèmes ne sont pas choisis au hasard mais ont profondément structuré les séances précédentes de l’atelier, dont le séminaire dans sa forme actuelle constitue un prolongement des problématiques.

 

Les nouvelles technologies de communication, les contenus culturels et les nouvelles pratiques de recherches font maintenant partie de notre quotidien, pourtant cette familiarité latente cache une méfiance et un manque de connaissance.

 

Les thèmes et les invités ne sont pas retenus en fonction de leur appartenance à telles ou telles doctrines, disciplines ou posture, mais parce que tous ont quelque chose à dire, faire ou apprendre de cette culture numérique.

À la diversité des approches et des invités répond un commun souci d’ouverture et de curiosité qui n’interdit pas de maintenir une exigence méthodologique, et ce malgré la variété des thèmes et des disciplines confrontées. Cet équilibre difficile à maintenir sera le défi permanent de ce séminaire. A cet égard, une écoute ouverte et des échanges argumentés seront de précieux outils. Le séminaire propose un espace intermédiaire de confrontation, d’échanges et de frictions.

 

Les exigences formulées peuvent se résumer comme une mise au clair des présupposés en jeu, des débats existants, des arguments et des modes d’argumentations mobilisés. Le format retenu n’est donc pas celui de l’intervention formelle d’une personnalité, présentant un travail achevé et maitrisé, mais repose davantage sur le modèle d’un groupe de recherche informel qui échangerait de façon libre en confrontant les regards et les connaissances autour d’un ordre du jour relativement large. Autant que possible il s’agit ici de risquer des hypothèses, de les soumettre aux expériences, aux difficultés pratiques, et de mesurer les influences réciproques entre le faire et le penser. Loin d’une opposition théorie/pratique, la question est d’appréhender l’intrication des deux : comment le travail de recherche sur un domaine particulier, contribue à le faire émerger puis évoluer. Ce séminaire est avant tout un atelier expérimental, ou les élements théroiques surgissent pour appréhender ce qui se fait, plutôt que de vouloir les forger apriori et les coller sur le terrain.

 

 

Afin de proposer une première structuration des interrogations, deux axes ont été retenus : anthropologique et économique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Investigation économico-anthropologique en milieu numérique.