Archives de catégorie : Séminaire

Les carrefours de l’édition scientifique

Le numérique, terme tellement vaste qu’il englobe des réalités bien distinctes, a introduit de profondes mutations dans l’édition. Durant cette séance, nous nous intéresserons en particulier à la question de l’édition scientifique et des contraintes qu’elle rencontre.

Si le numérique n’interdit en rien la qualité scientifique d’un ouvrage, un certain nombre d’aspects doivent être interrogés. Par exemple, comment faire droit à la citabilité, lorsque la numérotation évolue en fonction de la taille variable des caractères. Comment faire référence à telle ou telle édition si la mise à jour est silencieuse et continue ?

À ces questions techniques viennent s’ajouter des questions économiques (la mise en place d’une chaîne électronique du livre implique un savoir-faire et des investissements en termes de logiciel) et des problématiques liés à la symbolique. Comment rendre acceptable le prix d’un livre électronique quand Internet est vécu comme le pays du gratuit ? Comment rendre légitime un livre électronique quand le papier est encore vécu par beaucoup comme la reconnaissance ultime d’un travail de recherche ?

Face à ces problématiques, quelles sont les solutions mises à place par les éditeurs ? Comment relever ce triple défi économique, scientifique et symbolique ?

Le séminaire « cultures numériques » se tiendra le samedi 23 avril, de 14h à 16h, dans la Bibliothèque de la Sorbonne, (BIS) – salle de formation. La séance sera consacrée aux carrefours de l’édition scientifique avec les interventions d’acteurs directement plongés dans ces problématiques, avec des héritages et des approches différentes :

 

En présence de :

 

Claire ABRIEUX (Publishroom)

Chloé GIRARD (Droz)

Céline BARTHONNAT et Audrey ORILLARD (Publications de la Sorbonne)

 

Nouvelles socialités numériques

Le séminaire “cultures numériques” se tiendra le samedi 19 mars, de 14h à 16h, dans la Bibliothèque de la Sorbonne, (BIS) – salle de formation. La séance sera consacrée aux nouvelles socialités numériques avec les interventions suivantes :

 

LES PORTRAITS NUMERIQUES, OU LES USAGES SOCIAUX D’UNE PRATIQUE ESTHETIQUE.

Adeline WRONA – Professeure des Universités, Université Paris-Sorbonne CELSA, Directrice du GRIPIC EA 1498

HYPERACTIVITE SUR TWITTER : USAGE CONVERSATIONNEL ET SOCIALISATION »

Quentin GILLIOTE – Télécom ParisTech et Orange Labs Sense

 

Le séminaire est ouvert à tous (sur inscription en raison des consignes de sécurité) et s’adresse à tous les acteurs du monde numérique : chercheurs, étudiants, responsable de fabrication, éditeurs…

 

 

Inscription et renseignement : implications.philosophiques@gmail.com

 

Programme 2016

L’enjeu de ce séminaire est d’aborder certains grands thèmes retenus comme caractéristique des débats contemporains autour des pratiques numériques, et de les interroger à la lumière de plusieurs grilles de lecture, afin d’en examiner la portée et leurs éventuelles articulations. Ces thèmes ne sont pas choisis au hasard mais ont profondément structuré les séances précédentes de l’atelier, dont le séminaire dans sa forme actuelle constitue un prolongement des problématiques.

Les nouvelles technologies de communication, les contenus culturels et les nouvelles pratiques de recherches font maintenant partie de notre quotidien, pourtant cette familiarité latente cache une méfiance et un manque de connaissance.

Les thèmes et les invités ne sont pas retenus en fonction de leur appartenance à telles ou telles doctrines, disciplines ou posture, mais parce que tous ont quelque chose à dire, faire ou apprendre de cette culture numérique.

À la diversité des approches et des invités répond un commun souci d’ouverture et de curiosité qui n’interdit pas de maintenir une exigence méthodologique, et ce malgré la variété des thèmes et des disciplines confrontées. Cet équilibre difficile à maintenir sera le défi permanent de ce séminaire. A cet égard, une écoute ouverte et des échanges argumentés seront de précieux outils. Le séminaire propose un espace intermédiaire de confrontation, d’échanges et de frictions.

Programme :

Samedi 19 mars  14h- 16h / Les nouvelles socialités

Samedi 23 avril 14h-16h  / Les carrefours de l’édition scientifique

Samedi 21 mai 10h- 12h / La symbolique du livre

Samedi 18 juin 2016 14h- 16h / Interactions et accompagnements numériques

Les nouveaux paradigmes de la culture numérique

La première séance de l’année du séminaire “cultures numériques” se tiendra le samedi 13 février, de 14h à 16h, dans la Bibliothèque de la Sorbonne, (BIS) – salle de formation.

Le séminaire est ouvert à tous (sur inscription en raison des consignes de sécurité) et s’adresse à tous les acteurs du monde numérique : chercheurs, étudiants, responsable de fabrication, éditeurs…

Inscription et renseignement : implications.philosophiques@gmail.com

Les nouveaux paradigmes de la culture numérique

Samedi 13 février – 14h – 16h

Les écrivains du web : une littérature en mutation

Valérie BEAUDOUIN, chercheur à Telecom Paris-Tech

 

Grandes mutations de paradigmes : l’impact des dispositifs d’écriture-lecture sur nos représentations du monde

Lorenzo SOCCAVO, chercheur associé au programme de recherche « Éthiques et Mythes de la Création » à l’Institut Charles Cros. Prospectiviste du livre et de la lecture à Paris.

Organisation : Thibaud Zuppinger

Canular et édition scientifique

Séance exceptionnelle du séminaire « cultures numériques »

 Le samedi 18 avril, de 14h à 18h, à Paris 8 – IEE – A242

Anne-Marie Autissier (MCF – sociologie de la culture – Directrice de l’IEE) – Mot d’introduction.

Clara Lévy (Professeur – sociologie de la culture – Paris 8) – Les procédures de sélection éditoriale dans les revues de sociologie.

Thibaud Zuppinger (Philosophe, directeur de la revue Implications philosophiques) – L’édition entre réalité et imaginaire. La question de l’hospitalité.

Alexandre Moatti (Chercheur associé à l’université Paris-VII) – L’alterscience, canular permanent ? Le cas et les méthodes des revues et sites créationnistes

Le monde de l’édition scientifique est à nouveau ébranlé par un canular : un article intentionnellement biaisé mais suffisamment travaillé pour passer les filtres de sélection.

Le procédé a eu son heure de gloire avec ce qui est maintenant connu comme l’affaire Sokal et Bricmont, et connaît depuis quelques nouveaux faits d’armes. On se souvient de la fausse étude sur le cancer[1], qui visait spécifiquement les revues en ligne. Dernièrement, c’est la revue Société qui a été visée[2], avec la publication de l’article Automobilités postmodernes[3].

Par son effet médiatique, les canulars connaissent un grand succès, et semblent apporter une preuve irréfutable. Mais une preuve de quoi  au juste ? Que vise le canular ? En effet, il ne s’agit que rarement ou jamais d’un acte gratuit, purement ludique. Le canular cherche à démontrer quelque chose, et sa publication vaut démonstration – que ce soit le manque d’expertise des relecteurs, la faillibilité des procédures de sélection, ou de manière plus ciblée la dénonciation d’un auteur et de sa pensée.

Au delà de l’aspect ludique, le canular doit nous amener à nous interroger sur ce qu’il dénonce, et la manière dont il le fait. Cette journée d’étude portera spécifiquement sur ce procédé et cherchera à examiner les points suivants :

  • Quelle scientificité dans l’édition scientifique ? En effet, au delà de la revue ciblée, c’est toujours une remise en cause des processus de sélection censés précisément éliminer les articles non-pertinents. Le canular renforce la méfiance envers les auteurs au dépend d’un principe de bienveillance.
  • Le canular comme démonstration ? que vaut, de fait, la publication d’un canular ? Quel type de preuve apporte-t-il ? quelles conclusions peut-on en tirer une fois qu’il est rendu public ?
  • L’intention de l’auteur donne-t-elle la qualité de l’article ? Le canular est sciemment conçu pour à la fois être publiable, et ridicule une fois publié. Pourtant, il se doit de présenter un aspect sérieux, et la publication survient souvent après une véritable évaluation. Le thème de l’article qui a permis de le retenir, l’intérêt éventuel que l’on peut y trouver peut-il résister à l’intention de l’auteur de saboter son travail ?
  • Editer, vérifier, sélectionner, diffuser ? Le travail de l’édition scientifique n’a jamais été simple. Dès lors qu’elle s’attache à diffuser des idées nouvelles, ou différentes, l’édition scientifique prend le risque de déplaire. Ressort essentiel d’une liberté d’expression et d’une diffusion des idées, l’édition scientifique, notamment numérique, se doit d’affronter la disqualification de son support et la menace des canulars. Quelles menaces pèsent sur l’édition scientifique ?

[1] http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/10/04/edition-scientifique-la-preuve-par-le-canular_3490120_3232.html

[2] http://www.lemonde.fr/education/article/2015/03/10/la-revue-societes-piegee-par-deux-sociologues_4590914_1473685.html

[3] L’article est accessible à cette adresse : https://www.cairn.info/publications-de-Tremblay-Jean-Pierre–130773.htm

Séance Manifeste des Digital Humanities

Nous avons le plaisir de vous convier le samedi 22 février dans la grande salle de l’école des Chartes pour une séance exceptionnelle du séminaire Cultures, savoirs et techniques numériques consacrée à examiner la portée, les intentions et l’impact d’un texte majeur pour notre domaine de recherche : le manifeste des Digital Humanities, rédigé lors du ThatCamp de 2010.

Ce texte marque une étape décisive dans la constitution de ce domaine d’étude que sont les Digital Humanities en prenant la peine de cristalliser, de mettre en mots les engagements et les aspirations de cette communauté.
Au cours de cette séance, il s’agira autant de mesurer l’impact de cette déclaration, que d’en évaluer les éventuelles limites ou flous qui pouraient apparaitre quatre ans après sa rédaction.

En complément de ce manifeste, que vous pourrez trouver à cette adresse : http://tcp.hypotheses.org/318

la séance s’attachera également au manifeste des jeunes chercheurs dans le numérique.

Ce texte est disponible ici : http://dhiha.hypotheses.org/1108

indications pratiques

De 10h30 à 12h30

Lieu : Ecole des Chartes (porte à gauche de la chapelle)

Grande salle (1er étage)

Métro St Michel, Odéon

RER Cluny ou Luxembourg

Séance 5 – Vitesse/changement/critères

Samedi 15 mars 10h30 – 12h30

 

 

De l’archive au journalisme, comme trier, quels critères proposer ?

Le numérique et la confiance : comment instaurer de nouveaux systèmes de légitimité. Nous chercherons à reposer cette question en reformulant la notion de critère.  Afin de ne pas rester au niveau théorique, nous chercherons à interroger ces exigences dans deux contextes opposés.

La folie de l’archive. Le  fou est celui que l’on écoute pas qui n’a pas l’attention. Or précisément, les archives ne font pas encore sens, et ne recueillent que peu d’attention pour le moment. Après tout, les archives ne travaillent pas pour demain, mais pour après-demain. Les archives sont donc un matériau en attente d’être informé par des attentes, des recherches, des problématiques, des grilles de lectures. Pourtant, pour l’archiviste collectant l’existant, la question du critère se pose. Et elle se pose en lien étroit avec les capacités techniques. Comment archiver le plus et le mieux possible ?

Pour le journalisme, on peut dire que la problématique est inverse : il y a déjà de l’attente qui met en forme le matériau, voire on cherche le matériau répondant à l’attente. La technologie a accéléré l’accès à l’information, transformant le métier de journaliste qui se trouve pris entre l’exigence de réactivité et de vérification, amenant à reposer à nouveaux frais la question des critères.

Séance 4 – Ouvert/Gratuit/Légitime

 

Est-il possible de mettre à distance et de voir fonctionner les clichés et les amalgames qui touchent les ressources libres qui sont assimilés à des contenus gratuits. Nous interrogerons dans un premier temps le couple ouvert/gratuit, et dans un second temps, le couple gratuit/légitime.

Cette séance sera aussi l’occasion d’aborder la question éminemment complexe de la légitimité, qui touche les réalisations numériques. En effet, le gratuit souffre parfois d’un manque de légitimité, le gratuit ne vaut rien, alors même que les habitudes sur internet ont rendu le gratuit comme évident. L’effet de ces représentations est double : d’un côté les ressources gratuites, et communautaires, manquent de légitimité, et de l’autre, l’absence de modèle économique établi pour les contenus culturels.

 

Lieu : Ecole des Chartes

Grande Salle – 1er étage.

Metro St Michel, Odéon
RER Cluny ou Luxembourg

 

Séance 3 – Livre et représentations

le samedi 14 Décembre de 10h30 à 12h30
Lieu : Sorbonne
Salle Delisle, Galerie Dumas, esc R – 4ième étage.

Metro St Michel, Odéon
RER Cluny ou Luxembourg

L’accès à la Sorbonne se fait par le 1 rue Victor Cousin jusqu’à midi, ainsi que, toute la journée, par le 19 rue de la Sorbonne ou le 14 rue Cujas.

Télécharger le programme qui vaut invitation pour se rendre en Sorbonne :

séance 3

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations.

Présentation

 

Symbole occidental du savoir, le livre est bien plus qu’un objet fonctionnel. Chargé d’un poids de représentations, le livre est un témoin particulièrement significatif des bouleversements opérées dans les mentalités par le numérique. En cherchant à cerner les points de frictions et les lieux de cristallisations du débat, nous nous efforcerons de comprendre les attachements, les représentations et les métaphores qui accompagnent les évolutions économiques et techniques du livre.

volutes-1109441-m

Bibliographie :

 

H. Blumenberg, La lisibilité du monde, Le Cerf, 2007

M. Melot, Livre, l’œil neuf édition, 2006.

 

 

# 2 Le livre électronique

Séance 2 – Samedi 16 novembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (1)

 

Les mutations engendrées par les nouvelles technologies ont profondément touché les modèles de création, de diffusion et de vente du savoir, dont le circuit du livre était le principal représentant. Si le secteur économique du livre est en crise, proclamer sa mort est plus que prématuré. Au cours de cette séance il s’agira d’enquêter sur les ressources et les potentialités qu’offrent le livre numérique. Pris entre la problématique de son poids symbolique dans la société et les contraintes économiques de sa fabrication et de sa diffusion, face à des alternatives faisant le pari du gratuit, de gré ou de forces (piratage) le livre numérique représente une réponse adaptative à un paysage particulièrement complexe.

#1 Ouverture

Séance 1 – Samedi 19 octobre 10h30 – 12h30

 Les anthropologies numériques : le défi de l’interdisciplinarité. 

 

Présentation du programme du séminaire, l’articulation entre les thèmes et des approches qui seront déployées.

Élargissant la question des Humanités digitales, il s’agit de se placer entre les media-studies et l’anthropologie numérique. La grille de lecture anthropologique permet de proposer une première approche, en permettant de prendre en compte le poids des représentations et de l’imaginaire qui conduit et oriente les projets et les développements technologiques. Il ne s’agit pas de condamner les représentations, préjugés et clichés, mais de réussir à les mettre en lumière, les isoler et comprendre leurs influences sur nos manières de penser et d’agir. Ce faisant, nous rappellerons que le numérique n’est pas une sphère indépendante de l’humain. Il n’y a pas à sauver l’homme contre le numérique, ni à le poser face à lui. Les deux sont liés. L’homme trouve dans la technique un moyen de satisfaire les besoins de sa nature, réaliser ses désirs et pallier ses manques. La technique prolonge l’humain et en retour, joue sur son évolution, sur ce qui la définit. Poser l’un face à l’autre est donc absurde.

Programme

Programmation du séminaire « Cultures, savoirs et techniques numériques »

 

Lieu : Paris 8 – Salle A 242.

Metro St Denis-Université – Ligne 13

Université Paris 8 (2, rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis)

 

– Séance 1 – Samedi 19 octobre 10h30 – 12h30 :

Ouverture – Les anthropologies numériques : le défi de l’interdisciplinarité.

– Séance 2 – Samedi 16 novembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (1)

– Séance 3 – Samedi 14 décembre 10h30 – 12h30

Le livre numérique, entre contraintes économiques et poids des représentations. (2)

– Séance 4 – Samedi 18 janvier 10h30 – 12h30

Ouvert/Gratuit/Légitime

– Séance 5 – Samedi 15 mars 10h30 – 12h30

Vitesse/changement/critères

– Séance 6 – Samedi 19 avril 10h30 – 12h30

Les mondes numériques, entre sous-cultures, attachements et dépendances.

– Séance 7 – samedi 17 mai 10h30 – 12h30

Les nouvelles formes de créativités numériques.

 

Information : t.zuppinger@implications-philosophiques.org

 

Présentation

Depuis deux ans, la revue Implications philosophiques organise un atelier qui se donne pour tâche de se confronter aux problématiques de la culture numérique, en mettant en dialogue philosophes, sociologues, journalistes, responsables de fabrication, archivistes, bibliothécaires. Nous avons le plaisir de vous annoncer que pour l’année 2013-2014 l’atelier se transforme en séminaire, qui se tiendra à l’Université Paris 8.

L’enjeu de ce séminaire est d’aborder certains grands thèmes retenus comme caractéristique des débats contemporains autour des pratiques numériques, et de les interroger à la lumière de plusieurs grilles de lecture, afin d’en examiner la portée et leurs éventuelles articulations. Ces thèmes ne sont pas choisis au hasard mais ont profondément structuré les séances précédentes de l’atelier, dont le séminaire dans sa forme actuelle constitue un prolongement des problématiques.

 

Les nouvelles technologies de communication, les contenus culturels et les nouvelles pratiques de recherches font maintenant partie de notre quotidien, pourtant cette familiarité latente cache une méfiance et un manque de connaissance.

 

Les thèmes et les invités ne sont pas retenus en fonction de leur appartenance à telles ou telles doctrines, disciplines ou posture, mais parce que tous ont quelque chose à dire, faire ou apprendre de cette culture numérique.

À la diversité des approches et des invités répond un commun souci d’ouverture et de curiosité qui n’interdit pas de maintenir une exigence méthodologique, et ce malgré la variété des thèmes et des disciplines confrontées. Cet équilibre difficile à maintenir sera le défi permanent de ce séminaire. A cet égard, une écoute ouverte et des échanges argumentés seront de précieux outils. Le séminaire propose un espace intermédiaire de confrontation, d’échanges et de frictions.

 

Les exigences formulées peuvent se résumer comme une mise au clair des présupposés en jeu, des débats existants, des arguments et des modes d’argumentations mobilisés. Le format retenu n’est donc pas celui de l’intervention formelle d’une personnalité, présentant un travail achevé et maitrisé, mais repose davantage sur le modèle d’un groupe de recherche informel qui échangerait de façon libre en confrontant les regards et les connaissances autour d’un ordre du jour relativement large. Autant que possible il s’agit ici de risquer des hypothèses, de les soumettre aux expériences, aux difficultés pratiques, et de mesurer les influences réciproques entre le faire et le penser. Loin d’une opposition théorie/pratique, la question est d’appréhender l’intrication des deux : comment le travail de recherche sur un domaine particulier, contribue à le faire émerger puis évoluer. Ce séminaire est avant tout un atelier expérimental, ou les élements théroiques surgissent pour appréhender ce qui se fait, plutôt que de vouloir les forger apriori et les coller sur le terrain.

 

 

Afin de proposer une première structuration des interrogations, deux axes ont été retenus : anthropologique et économique.

 

Cultures numériques

Élargissant la question des Humanités digitales, il s’agit de se placer entre les media-studies et l’anthropologie numérique. La grille de lecture anthropologique permet de proposer une première approche, en permettant de prendre en compte le poids des représentations et de l’imaginaire qui conduit et oriente les projets et les développements technologiques. Il ne s’agit pas de condamner les représentations, préjugés et clichés, mais de réussir à les mettre en lumière, les isoler et comprendre leurs influences sur nos manières de penser et d’agir. Ce faisant, nous rappellerons que le numérique n’est pas une sphère indépendante de l’humain.