Archives de catégorie : Compte rendu

LE LIVRE, ESPACE INTÉRIEUR OU INTERMONDE ?

Lorenzo Soccavo –  Prospective et Futurologie

(Pour l’illustration  )

Le livre est porteur de nombreuses métaphores et en ce sens il est bien un moyen de transport. Les livres portent, ils trans-portent du méta, à la fois de « l’au-delà de » (comme la métaphysique) et du profond (comme les métalangages ou les métadonnées).

S’interroger sur la symbolique du livre c’est donc nécessairement dépasser ses formes physiques extérieures pour nous transporter vers ce qu’il évoquerait et exprimerait au-delà des idées reçues de telle ou telle époque, la nôtre y compris.

Je parlerais donc ici du livre en tant qu’absolu, c’est-à-dire du livre porteur d’une singularité immuable et d’une raison d’être atemporelle, et non pas, par exemple, de livre imprimé ou de livre numérique.

Cependant, je suis prospectiviste et futurologue, et je ne peux m’interroger sur la symbolique du livre que dans la perspective de ce qui semble se dessiner en ce début de 3e millénaire au regard de notre chronologie commune, et où il apparaît que les œuvres de fiction tendraient de plus en plus à devenir des mondes habitables, tandis que le monde que nous qualifions de « réel » nous apparaîtrait lui de plus en plus fictionnalisé.

Ce simple constat devrait me conduire à travailler sur la double métaphore du livre comme monde, et, du monde comme livre.

Mais je veux aller plus loin, et inscrire mes pas dans le sillon d’une autre double métaphore qui me travaille de plus en plus et que je cherche à exprimer et à expliciter dans le « book in progress » : Le voyage intérieur du lecteur.

Cette double métaphore, qui interroge elle aussi pleinement la symbolique du livre, est la suivante : la lecture qui sort du bois, et, le lecteur qui entre dans la forêt.

C’est, nous le voyons d’emblée, un double mouvement, un peu comme une porte à deux battants dont chacun pour délivrer le passage devrait s’ouvrir dans le sens opposé à l’autre. Un étrange chassé-croisé.

La démarche que je propose pour documenter ce qui semble bien se structurer comme une méthode pour entrer dans les livres, pour « passer de l’autre côté du miroir » revient à considérer le livre, à la fois comme un espace intérieur, et, comme un intermonde.

Contrairement au hasard, la sérendipité et la synchronicité existent je pense, et je crois avoir trouvé une illustration à cette symbolique particulière du livre dans une peinture du 15e siècle.

En 1475, vers la fin de sa vie, un peintre sicilien du nom d’Antonello de Messine représenta sur une petite peinture à l’huile (45×34,5 cm) une des plus célèbres fictionautes de l’histoire occidentale : Marie. (Nous définirons bientôt ce qu’est un ou une fictionaute.)

Cette Vierge de l’Annonciation peinte par Antonello a ceci d’extraordinaire qu’elle sublime sa propre histoire écrite dans le texte d’un évangile (celui de Luc) pour se révéler ici sous la figure d’une jeune femme prenant conscience de la singularité de son histoire à la lecture même de l’expérience qu’elle est en train de vivre. Dans cette peinture d’apparence modeste, le peintre traduit toute l’alchimie intime, intérieure de la lecture, il en montre toute la puissance et révèle par là en quoi une lecture immersive est avant tout une expérience profondément humaine, dont le livre est le laboratoire et qui peut déboucher sur une véritable prise de conscience à même de bouleverser le cours de la vie ordinaire d’une lectrice ou d’un lecteur.

Si nous admettons l’existence de Marie comme personnage historique ou imaginaire, et en particulier ici comme lectrice, nous sommes alors là en présence d’un des cas probablement les plus intéressants de métalepse dans l’histoire de l’humanité.

Qu’est-ce qu’une métalepse ?

Sans vergogne je m’affranchirais de la linguistique et en l’occurrence des travaux de Gérard Genette pour définir simplement la métalepse narrative comme : une effraction de la frontière entre l’histoire et la réalité.

Les métalepses fictives sont nombreuses, outre le cas emblématique de don Quichotte, la plus connue en littérature est une courte nouvelle de l’auteur argentin Julio Cortázar : Continuité des parcs. Au cinéma, en 1985 le célèbre film de Woody Allen : La rose pourpre du Caire. Dans la réalité les faux-semblants sont nombreux qui témoignent de notre attraction à suivre la jeune Alice de l’autre côté du miroir (théâtre antique et initiations traditionnelles, tableaux vivants, cosplays, jeux en réalité alternée, jeux d’évasion grandeur nature et reconstiteurs de batailles napoléoniennes, etc.).

Cette représentation de l’Annonciation par Antonello de Messine va plus loin : elle nous montrerait le passage de la parole performative : quand dire c’est faire, à la lecture performative : quand lire c’est vivre. Nous pourrions passer ainsi des actes de langage à des actes de lecture, où notre lecture nous transporterait dans d’autres environnements.

C’est là le challenge du book in progress Le voyage intérieur du lecteur et je le résumerai ainsi : constatant une certaine bilocation du lecteur lisant, ce dernier ressentant en partie tout au moins les émotions des personnages fictifs du monde qu’il cogénère par sa propre lecture, je lui propose de se dédoubler consciemment entre un moi-lecteur, et, un moi-liseur. (Je prends là aussi des libertés par rapport à la notion de liseur en narratologie classique.)

Le liseur est davantage que le lecteur lisant, je le conçois comme une projection du lecteur, comme son émissaire dans le monde de la fiction. C’est la raison pour laquelle je parle de fictionaute, de voyageur dans l’imaginaire.

Nous percevons généralement l’imaginaire comme potentiellement localisable dans un espace que nous qualifions d’intérieur alors qu’aucun instrument d’observation ne révèle l’existence d’un tel espace en nous.

Mais c’est quoi un espace ? Un espace est la possibilité d’une étendue potentiellement explorable et habitable.

Un espace intérieur répondant à cette définition n’est possible que si nous le concevons mentalement comme étant lui-même le reflet d’une imagination, c’est-à-dire comme étant déjà une production psychique émanant d’un invisible centre mystérieux en nous qui ferait miroir réfléchissant et serait peut-être ce que nous appelons couramment : notre conscience.

Nous pouvons avoir la conscience d’exister dans un océan de phénomènes dont les mots ne sont pas les moindres. C’est probablement la raison pour laquelle nous entrons si facilement en résonance avec les fictions romanesques qui ne seraient peut-être que les reflets de cette effervescence des phénomènes, la part de ce que nous en traduisons en réponse à notre éternel émoi face à l’agitation de la vie. En même temps, il n’est pas impossible que ce que nous pensons comme étant la vie, « notre » vie, ne soit, en partie au moins, que le reflet des fictions que nous écoutons ou lisons depuis notre plus jeune âge. Les deux propositions (La lecture qui sort du bois, et, le lecteur qui entre dans la forêt) ne sont aucunement contradictoires : si les phénomènes jouent comme des face-à-face de miroirs, alors la pulsation, la respiration, l’animation ne viendraient que de cela : le va et vient des reflets.

Les fictions sont des intermondes dont les lecteurs seraient les frontaliers. Si le monde du lecteur est le monde physique, le monde du liseur est lui un monde imaginaire, différent à chaque lecture. C’est en ce sens que je le qualifie d’intermonde, c’est-à-dire d’espace intermédiaire entre deux mondes. Ce n’est pas véritablement un monde, mais un passage. Si notre monde est le monde réel (le contexte de notre existence) et les livres (les textes que nous lisons) des intermondes, alors il y aurait bien derrière chaque lecture la possibilité d’accès à un autre monde dans le hors-champ de la fiction.

C’est cette possibilité qui fonde pour moi la symbolique du livre.

Comme le lecteur est dans le monde physique et le liseur dans l’intermonde, ce serait donc ce dernier (le liseur) qui seul pourrait nous en transmettre les données.

En 2016, en pleine transformation systémique de l’espèce humaine, cette symbolique du livre pourrait-elle être porteuse de la clef qui ouvrirait la porte imaginaire marquant la frontière entre le monde des fictions et celui que notre équipement neurobiologique nous fait percevoir comme réel ?

Car cette porte est particulière je crois. Dans le monde dans lequel nous vivons une porte a toujours deux côtés. Nous pourrions croire qu’il va nous falloir apprendre à ne plus nous situer d’un côté ou de l’autre de cette porte, ou bien alternativement d’un côté puis de l’autre, mais, ce qui serait déjà extraordinaire, à nous tenir des deux côtés à la fois. Cependant je crois qu’il nous faut penser encore plus loin et que, pour ce qui est de cette porte-là, celle marquant la frontière entre le monde des fictions et celui que nous percevons comme réel : elle n’aurait qu’un seul côté. Nous allons je crois devoir apprendre à nous tenir en permanence sur le seuil d’une porte qui n’a qu’un seul côté.

Le web pervasif (réseau diffus d’objets interconnectés) et l’internet expérientiel (Internet d’expériences et non plus seulement d’informations et de communication) ne vont pas nous « augmenter », ils vont nous contrôler, mais, ce faisant justement, ils vont nous mettre en situation de devoir nous dépasser et précisément de dépasser la frontière du réel pour découvrir d’autres territoires, éventuellement habitables à temps partiel, ou d’où nous pourrions rapporter des solutions, de nouvelles techniques de résistance, voire des habitants. En parallèle la bio-informatique, nouveau champ de recherche multidisciplinaire qui fédère biologistes, informaticiens et neurophysiciens, pourra peut-être un jour nous équiper en implants cérébraux augmentant les capacités de notre imagerie mentale.

En conclusion, ce sera peut-être ainsi qu’au cours de ce millénaire certains membres de l’espèce humaine pourront, pour dépasser les lignes d’horizons des livres, se constituer vraiment en fictionautes.

Lorenzo Soccavo, Paris, mai 2016.

Philosophie et numérique

Compte rendu de la journée d’étude du samedi 24 mai 2014

Florian Forestier

Pourquoi la philosophie a-t-elle avec le numérique un rapport souvent plus violent que d’autres disciplines. Pourquoi, au lieu de l’intégrer comme un nouvel environnement, un nouvel enjeu, le nie-t-elle, ou y voit-elle une menace, une rupture historiale au sens de Heidegger, qui couperait littéralement en deux l’épopée de la pensée humaine ? Qu’y a-t-il dans le numérique, qui semble si étranger à la philosophie ? A quoi le numérique invite la philosophie ? Continuer la lecture de Philosophie et numérique

Un projet numérique : le serious game la « pharmacie bourquelot ».

Compte rendu de la journée d’étude du samedi 24 mai 2014

Xavier Bonnier

Courant 2010 l’université Paris Descartes décide de créer un serious game à destination des étudiants de pharmacie. Cette décision prend racine lors de la présentation en France du serious game médical américain « Pulse! » et donne un nouvel élan dans la volonté d’innovation dans le monde de l’enseignement en pharmacie à Paris Descartes. Attirée par le potentiel d’un tel outil le Professeur Brion initia le projet du serious game la « pharmacie Bourquelot ».

red-life-saver-459747-m

Qu’est-ce qu’un serious game[i]?

Redéfinissons succinctement la notion de serious game. Il s’agit d’une mise en situation virtuelle et ludique. La notion de sérieux associée à l’aspect ludique a pour vocation de véhiculer des messages et notions.

D’ailleurs selon la classification de Julian Alvarez, Damien Djaouti et Olivier Rampnoux[ii] il existe actuellement 5 classes de serious game : les edutainment, les advergaming, les edumarket game, les jeux engagés, les simulations.

Quel est le but du serious game « la pharmacie Bourquelot »?

Le projet « la pharmacie Bourquelot » faisant parti du premier groupe de serious game, les messages véhiculés sont avant tout pédagogiques. Un des objectifs premiers du serious game « la pharmacie Bourquelot » est de vérifier l’état des connaissances, des savoir-faire, et des savoir-être des apprenants, et de les confronter à leur acquis et lacunes.

Un deuxième objectif est de sensibiliser les étudiants pharmaciens aux enjeux de leur future profession, qui, rappellons-le, associe l’aspect commercial à l’aspect médical.

Donc à travers l’outil qu’est le serious game les enseignants et ingénieurs pédagogiques associés désirent impliquer toujours plus les étudiants au sein de leur formation en les rendant plus actifs, en leur donnant les outils pour leur futur métier, en les sensibilisant aux responsabilités et à la déontologie de leur profession, et en leur communiquant des connaissances actualisées.

Ceci est possible grâce à l’un des avantages dont dispose le support numérique : la répétabilité. En effet, une fois le serious game déployé les ressources nécessaires sont minimales : un étudiant peut faire et refaire le même jeu à loisir, à toute heure, sans contrainte de disponibilité d’enseignant, etc. Ceci dans le but de se perfectionner tout en s’amusant.

A quoi ressemble « la pharmacie Bourquelot »?

Dans le produit fini l’apprenant est dans le rôle d’un(e) pharmacien(ne) devant s’occuper d’un patient asthmatique présentant une ordonnance.

Tout au long du processus il aura à gérer sommairement l’aspect administratif de l’ordonnance,  l’aspect thérapeutique de l’ordonnance (pathologie détectée, absence de contre-indications, validité du traitement en fonction des recommandations),  les explications du traitement au patient, ainsi que le suivi au long cours du patient.

Afin d’apporter de la diversité et d’aborder différente types de notions médicamenteuses nous avons créé plusieurs types de patient, chacun avec leurs caractéristiques. D’une même pathologie nous avons donc décliné différents cas de figures avec des sévérités variables et les spécificités qui en découlent.

 

Comment sommes-nous parvenus à ce résultat?

C’est un projet de grande ampleur, complètement expérimental. Il a fallu se confronter à une nouvelle contrainte jusqu’alors très peu présente du système pédagogique des études de haut niveau : importer la notion de jeu dans un projet pédagogique.

Pour cela nous avons du apprendre à communiquer entre les différents acteurs qui ont contribué à la création de ce projet : pharmaciens, ingénieurs pédagogiques et développeurs informatiques ont des jargons spécifiques qu’il a fallu harmoniser et apprivoiser, grâce à un travail de collaboration intensif.

Nous avons également posé beaucoup de choix afin de créer un scénario crédible qui comporte toutes les notions que nous voulions aborder sans impacter sur le réalisme ainsi que la durée de vie du serious game.

Ce projet de grande envergure a nécessité également beaucoup de ressources, qu’elles soient d’ordre financier, matériel, humain ou même de temps. D’ailleurs pour parvenir au produit final sur support numérique, de nombreuses étapes de validation se sont déroulées grâce à un support papier. Paradoxalement en apparence du moins, un projet aussi conséquent, bien qu’aboutissant à une production du numérique, passe toujours par le papier.

 

Quelles ont été les évolutions? Quelles sont les perspectives?

Il a fallu apprendre à passer à un type de formation bien connue de type e-learning, à un nouvel outil, tout aussi sérieux mais qui ajoute une dimension ludique : le serious game.

Le support numérique permet d’avoir des contenus modifiables et donc confère au serious game une adaptabilité relative (les textes pouvant évoluer, certaines notions peuvent être modifiées afin de suivre de potentielles évolutions des recommandations de traitement). Cependant il faut relativiser ce point, étant donné que par soucis de stabilité du serious game nous avons pris ce nombreux choix qui réduisent cette malléabilité. Cependant nous pourrions envisager de nouveaux projets élaborés de manière à être encore plus évolutifs.

De plus de nouvelles orientations pourraient entraîner ce type d’enseignement toujours plus loin, toujours plus proche de l’utilisateur : passer le l’ordinateur à la poche de l’apprenant via des smartphones. Les possibilités sont aussi nombreuses que notre imagination nous permet de les appréhender.


[i]
La définition du serious game est abordée en détail dans le chapitre 1 de la première partie de la thèse de Julian Alvarez. Celle-ci est est consultable à l’adresse suivante : http://ja.games.free.fr/These_SeriousGames/TheseSeriousGames.pdf

 

La plasticité de l’esprit à l’heure des écritures numériques

Marc-Williams DEBONO

Séminaire Cultures, Savoirs et Techniques Numériques

Ecole des Chartes, Sorbonne, 24 Mai 2014

 

Lorsque j’ai commencé à écrire ce livre, je ne me posais aucune question sur son devenir numérique, et encore moins sur les mutations socioculturelles qu’engendraient ses différents niveaux de culture. J’ignorais de même tout des humanités numériques, demeurant focalisé sur la plastique des mots et l’écriture comme épreuve de soi. Pourtant, comme tout écrivain, je subis de plein fouet la montée en puissance des cultures numériques et baigne dans un environnement spatiotemporel dont les dimensions virtuelles et transversales ont tendance à fragmenter ou disloquer l’écrit tout en lui offrant paradoxalement une nouvelle dynamique. Cela signifie-t-il que le processus ou la genèse de l’écrit se renouvellent ? Que la plasticité du cerveau s’adapte en permanence, sollicitant plus encore les aires impliquées dans le langage et la créativité ? Ou les deux ? Interrogations somme toute banales si elles n’avaient pas de conséquences directes sur le mode de pensée de l’écrivant.

ship-ropes-1261392-m

C’est en effet à la fois la préhension de l’objet-livre, son contenu et l’articulation entre la plasticité synaptique & l’environnement numérique qui ont naturellement accompagné ma démarche de plastisseur, par opposition au plasticien, autrement dit de celui qui traque l’écrit, non pas là où il se déconstruit[1], mais là où il devient matière à penser, se laisse plastir[2] à volonté… De même, c’est à double titre que la plasticité de l’esprit a conduit mes réflexions sur les processus de perception et de réaction, et par extension sur le cheminement du langage et des écritures. Celui de l’expérimentateur appréhendant chaque jour de visu la plasticité du cerveau et celui de l’épistémologue qui prend du recul, et perçoit très vite la plasticité comme une propriété fondamentale, et non purement systémique ou émergente de la matière (comme l’élasticité structurale ou la flexibilité des automates).

 

Entre matière et forme, entre conscience et expérience se situe donc l’impulsion inductrice, structurante et à même de conférer la part informelle indispensable à toute évolution singulière d’un système donné. Cet entre-deux répond au caractère foncièrement ubiquitaire et parfois mal compris de la plasticité, qui est à la fois logique et alogique (art, poétique), local et global, contenu et contenant (forme, organe), génotype et phénotype, imaginaire et réel, cerveau et esprit. Et le point commun à ces différents niveaux d’articulation de la plasticité (de la matière, du vivant, du sujet et de l’esprit), c’est la morphogenèse qui y prévaut. Elle constitue un véritable « code plastique de la vie »[3] dans la mesure où l’ensemble de l’édifice biophysique qui nous environne, la structure du cerveau et de la réalité elle-même sont éminemment plastiques et que la plasticité est une condition sine qua non à leur expansion et viabilité. Comment cela fonctionne-t-il ? Par l’établissement de complexes de plasticité[4], autrement dit de liens dynamiques, irréversibles (binding) et constitutifs de ces interfaces plastiques[5], qui ancrent et co-signifient l’expression de dimensions irréductibles les unes aux autres (cerveau/esprit, sujet/objet, etc..). Cette sémiogenèse est unique, d’où l’enjeu de nature épistémique que nous donnons au concept de plasticité.[6]

 

Il n’est donc plus possible à l’heure des transcultures, d’envisager le monde et la réalité perçue sans tenir compte de leur nature foncièrement plastique. C’est pourquoi la plasticité de l’esprit[7] décrite comme l’articulation unique entre une expérience du vécu et une matière à penser sera notre grille de lecture et d’écriture du monde post-moderne. Evolution connaissante du sujet qui en retour plastit l’esprit – autant créateur que traversé par la forme – et le monde, qui en s’interpénétrant se co-signifient. Cette plasticité active ou dynamique forge une sémiotique de nature peircienne qui ancre les traces polysémiques que l’homme laisse lorsqu’il pratique l’art ou l’échange transversal et en flux continu entre les peuples, les langages et les connaissances. Or, qu’est-ce que l’écrit sinon la représentation plastique de toute trace humaine et le théâtre d’échanges transversaux, bilatéraux et en temps réel entre la matière à penser et la matière à encrer ?

 

Partant de ce constat et de ces conséquences directes sur la société hiéroglyphique d’hier comme hyperliée d’aujourd’hui, on ne peut que s’interroger sur notre libre-arbitre et les conséquences réelles de ces mutations en cours. Michel Serres, lors de son discours inaugural pour la fondation de Paris Nouveaux Mondes (heSam), indique clairement, même si cela est décrié par certains, que l’on ne traverse pas une nouvelle période critique avec l’informatisation & la numérisation à outrance, l’accélération ou la déformation spatiotemporelle, mais que l’on vit une révolution analogue à l’invention de l’écriture. Le livre matérialisé, symbole d’une fonction et d’un savoir ancestral ne disparait pas mais tend à devenir un objet purement technologique ou à se dématérialiser. Le lecteur oscille ainsi entre le lien affectif qu’il entretient avec le livre papier et les différents supports numériques du même objet-livre, par définition plus labiles, substituables, effaçables. Pourtant, cette oscillation n’est pas neuve en soi, si l’on se réfère aux rouleaux et parchemins réinscriptibles ou au « palimpsestes des temps modernes », qui constitue un des chapitres de mon livre, en référence à la possible origine médiévale des hyperliens, des pointeurs (manicule illustrée ci-dessous) ou des smileys des parchemins anciens comme à « l’effet palimpseste » décrit dans les réseaux de neurones et l’apprentissage hebbien.

 

 

L’incomplétude structurelle de l’écriture numérique en tant qu’hypertexte ou texte au carré en perpétuel débord décrite par Jean-Philippe Pastor,[8] ne pourrait-elle pas être transcendée par « la plasticité de sa plasticité », autrement dit par un apprentissage permanent de nouveaux savoirs textuels, voire une nouvelle axiomatique hypertextuelle, extension techno-culturelle de notre plasticité cérébrale. Une plasticité métabolique dans le sens ou elle évolue naturellement dans un cyberespace construit à son échelle, entre un cerveau et une main, entre un sujet et un objet, mais surtout qui, telle Gaïa, a la capacité de relier les consciences à une échelle jamais atteinte jusqu’ici. Dès lors, on ne peut à terme qu’épouser cette nouvelle forme de plasticité noétique. Une plasticité plus immédiate, plus dynamique, plus interactive, débordant ou étendant la matière neurale vers une plage scribale inédite. Une plasticité chaotique et procognitive, lieu convergent de bifurcations et de pensées dynamiques non linéaires, de nouveaux repères scripturaux. [9]

 

Les  parchemins désormais numériques sont donc sujets à métamorphoses, transtextuels par excellence au sens de Genette, auteur des Palimpsestes,[10] pour qui la transtextualité est un objet de la poétique dans le sens où elle relie et transcende le texte avec d’autres textes, qu’ils soient explicites ou implicites, et qui définit plusieurs niveaux de relations textuelles (inter, méta, archi & transtextes) inscrivant une nouvelle mythologie. On peut penser aussi aux structures anthropologiques de l’imaginaire de Durand.[11] Une didactique inter- ou trans-textuelle s’implémentant dans la praxis, autrement dit fouillant ou s’appropriant les symboles, les espaces, les imaginaires, les niches et les signes, créant selon un processus asynchrone les labyrinthes de l’histoire littérarisée, allant selon ces chemins synaptiques qui vont cheminant – les arcanes de la pensée – afin de délivrer les éléments d’une véritable cybersémiotique.[12]

 

C’est dans ce contexte mouvant que l’écrivain s’inscrit, avec un fait nouveau : le retour de l’icône et d’une idéographie non plus statique mais dynamique que Pierre Lévy nous confirme comme une transformation majeure de la société contemporaine[13].  Société qui doit gérer de nouvelles représentations dynamiques des savoirs au sein des collectifs et des sociétés avec comme optique un changement radical des modes d’écritures émergents, des interfaces et des comportements cognitifs (plasticité numérique et réseaux intelligents, gestion des flux d’information). Et là, nous retrouvons le face à face entre la trace pensante (le cerveau) et la trace écrite (le palimpseste) dans ce rapport flagrant de coprésence, de co-signification que nous décrivons tout au long du livre.[14] Cela étant dit, le véritable changement me paraît résider beaucoup plus dans la génération de nouveaux flux de lecture/écriture du monde, en parti générationnels et dictés par une accélération technocratique du facteur temps de laquelle il devient quasiment impossible de s’extraire. Règne de l’immédiateté, de la disponibilité de jonction, de l’interactivité créative aussi. Naissance d’une nouvelle oralité, par essence éphémère, conduisant à une sémiotique singulière et pas forcément péjorative qui mène paradoxalement à plus d’empathie ou d’universalité. L’écrivant de Barthes y trouve-t-il son compte ?  Quid de la plasticité de pensée ? Est-elle formatée, normalisée, restructurée, pillée par l’accès au web et au numérique ou au contraire rendue plus fluide, ouverte, dans une démarche de défrichage de traces ?

 

« Aujourd’hui le code dépasse le signe » nous dit Lorenzo Soccavo. J’ai tendance à le suivre sur cette lancée et sur celles du courant de pensée des Digital Humanities ayant me semble-t-il bien identifié les pièges des représentations et des métaphores ou du dualisme nature/culture. Thibaud Zuppinger et son groupe décrivent parfaitement le tournant transhistorique[15] que nous vivons, à la fois spectateurs et décrypteurs ou traducteurs d’une histoire évolutive de l’humanisation en train de s’écrire dans le contexte de la numérisation. Une histoire semée d’embûches et de traces recontextualisantes, mais qui des tablettes osseuses (omoplates primitives de la chine ancienne) aux tablettes numériques s’adapte et mute en permanence. Mutation touchant autant la représentation spatiotemporelle que la généalogie scripturale, mais surtout renouant avec la pratique iconique et les langues graphiques comme nous le montrons dans un chapitre du livre traitant du berceau oriental et de la pensée chinoise.[16]

 

La plasticité du cerveau et par extension de l’esprit demeure la constante du système qui par définition s’adapte et configure en permanence de nouveaux circuits ou réseaux neuronaux, mais à qui aussi on ne demande pas seulement de lutter contre la neurodégénerescence mais plus d’inventivité. Il ne s’agit pas de la « simple » acquisition de nouveaux apprentissages ou de nouveaux savoirs, mais de la mise en œuvre d’une cybersémiotique touchant tous les pans de la connaissance. L’une des étapes cruciales dans ce cheminement étant probablement la résurgence du rôle de l’image tridimensionnelle dans notre monde hyperlettré et les éventuels changements procognitifs qu’elle induirait. A cela s’ajouterait un codex numerus ou une nouvelle approche encyclopédique du monde où les métaphores  numériques remplaceront peu à peu les connaissances livresques : la nouvelle « lisibilité du monde » selon Blumenberg[17].

 

On en revient donc à mon constat de départ : Plastir, c’est écrire. Autrement dit : plasticité et écriture sont associées depuis l’aube des temps, dans la mesure où la première est inhérente à la constitution même de la matière, à l’agencement du monde, tandis que la seconde est la trace que l’homme veut laisser des choses qui l’entourent. Or, cette trace est inscrite dans la pierre bien avant que l’humanité sache écrire, et alors même qu’elle est sous l’emprise divine des premiers mots.[18] Elle est inscrite aussi dans l’humanité même, dont le langage ferait ses armes dès le ventre rond de la mère où le bébé communique par l’interprétation de ses mouvements mués en paroles.[19]Cette parole a une valeur symbolique élevée qui est nominative et prédispose à l’écriture.[20] Ecriture qui ne fera que se consteller avec le sujet, lui donner de plus en plus prise à la plasticité du monde. Ainsi, si toute expérience se mue en trace, elle trouve toujours écho au poème de l’origine. Et cette quête millénaire, même si elle évolue dans la forme, demeure atemporelle et singulière.

 

On peut donc d’ores et déjà brosser le sort des mouvances de l’écrit moderne, prises dans le paradoxe consistant à fuir vers l’icône tout en conservant les fondements manuscrits de l’aventure humaine. Cependant, si il est évident que nos rapports avec la textualité changent, ce paradoxe nous apparaît faux si l’on pose que la civilisation de l’image tend à renouer avec la tradition des anciens qui peignaient le dit, et que les vrais créatifs sont ceux dont l’écriture est indissociable du plastir, autrement dit d’une pensée plastie comme on dirait peinte, d’une authentique plasticité de pensée.

 

Comme nous allons le découvrir, cette inséparabilité entre la plume et la pensée du poète s’exprime de façon transversale et foncièrement participative. L’écrivant fait corps au texte de même que le texte qui se déroule anime sa plasticité de pensée. Matières à écrire et matières à psyché ne font qu’unes, contiennent à la fois la forme et l’émergence de la forme, le signifiant et le signifié. Elles fondent la cohérence de la sémiogenèse dans laquelle l’expérience humaine s’est écrite et s’est mémorisée. Pôle évolutif,  auto-organisation sans lesquels nulle vie, nulle information sensée n’aurait vu le jour. Que serait en effet un monde rigide ou dénué de plasticité ? Que serait un monde sans forme ni inscription ? Que serait un monde a-créatif et sans information ? C’est tout simplement impensable.

 

C’est pourquoi la plasticité constitue la seule voie d’approche contemporaine des contenus nodaux, et le plus court chemin pour traduire ce qui se passe entre le percept et le concept, entre l’expérience et la conscience, entre la matière molle et son érection 2500 ans après les étrusques dans « L’homme qui marche » de Giacometti.[21] C’est pourquoi, nous nous proposons d’interroger sans relâche non seulement la plasticité des écritures, mais les rapports transversaux qu’entretient la plasticité au carrefour ontologique entre les sciences, les arts et les humanités.[22]

 

L’interface noologique décrit cet espace naturel de pensée au sein duquel l’infinie plasticité humaine peut se décliner sous toutes ses formes. Un espace où la plasticité de l’esprit peut s’épancher, autant synonyme du déroulement de la psyché que de connaissance et de conscience du monde.[23] Elle est liée à la métadynamique des systèmes conscients et inconscients[24]. Ne tient-on pas là une sorte de chaînon manquant entre le cerveau et l’esprit, entre la plume et l’encrier, entre l’œuf et la poule, ce qui permettrait de penser qu’il n’y a rien d’autre qu’un espace plastique entre deux états subséquents qui s’engendrent ou se chevauchent ? Un espace meuble dont l’aveuglante réalité nous a échappé du fait même de son caractère multiscalaire, transversal et omniprésent ? Un espace de pensée qui, comme dans les tableaux d’Escher, se plastit au travers d’un cerveau lui-même autoplasti ? Plastir revient ainsi à singulariser une forme. A ajuster cette forme à un corps et à un vécu (une expérience de la réalité), un espace où la plasticité co-crée l’objet, l’être ou l’esprit né de cette alternative.

 

En découle une question importante quant à la nature du lien entre plasticité et écriture. En effet, on peut se demander jusqu’à quel point nous sommes dépendants de la plasticité du cerveau ? Qu’elle soit à la source du langage écrit et parlé et le siège de reconfigurations dynamiques incessantes influant sur nos représentations, cela ne fait aucun doute. En revanche, on peut s’interroger sur ces réelles capacités d’induction dans l’acte créatif, en particulier lorsqu’il s’inscrit dans le cyberespace. Où le jeu du déterminisme cognitif s’arrête-t-il et où commence le libre arbitre de la pensée ? Où la spontanéité, les niveaux sub-perceptifs puisent-ils leur substantifique moelle ?[25] Ces interfaces plastiques accompagnent l’évolution connaissante du sujet, la co-signifie sa vie durant en ancrant de façon définitive le processus plastique au sein même de son cerveau, de ses actes et de ses mémoires. D’où l’importance, au détour de toute trace synaptique durable[26] de la détection d’une empreinte « sigillaire » transcrite au sein des oculistes de la modernité par le sceau de l’écriture numérique.[27]

 

Cette mémoire des traces est fondamentale. Elle s’adosse à plusieurs hypothèses d’école dont l’existence d’une pensée sans langage de Laplane[28] et la nécessité absolue de l’oubli des langues (décrite par Heller-Roazen[29] dans le phénomène d’écholalie) comme de leur métissage (langues archipéliques, créolisation de Glissant).[30] Pour nous, cette plasticité noétique et synesthète est inscrite dans un sujet qui a été capable de gérer ses propres contradictions en se forgeant une éthique ternaire au sens de Lupasco.[31] Une éthique ayant saisit la primauté de toute symbolique et la tierceité des « hommes-signes » de Pierce.[32] Une éthique enfin qui distille ce lien ténu entre la nature et la connaissance, clef de voûte du langage universel. Ce sont donc ces plastisseurs,[33] ces hommes comme langue vivante qui sont les artisans de la plasticité humaine et nous faisons donc ici officiellement la proposition aux amoureux de la langue d’inscrire la plasticité du langage (en parti numérique aujourd’hui), et donc notre héritage plastique cérébral, au patrimoine de l’humanité ![34]

Cette plasticité de la pensée, sous-jacente à tout ce que nous décrivons ici par le biais de l’écriture, mais plus généralement attachée au déploiement de l’esprit lui-même,[35] ne peut en effet que s’épanouir ou trouver de nouvelles expressions dans un tel système dynamique ouvert, laissant libre cours à tous les courants entrants, qu’ils soient ou non formalisés, les facilitant ou les réprimant selon le cas, les amenant à délivrer le sujet de toute emprise matérielle pour laisser cours au déroulement de son libre-penser. Ainsi, la plasticité de l’écriture, incluant aujourd’hui l’iconoplastie, l’e-lecture, l’e-écriture, la poésie numérique[36] indiquent clairement une réceptivité nouvelle vis-à-vis de l’avalanche d’objets méta-textués, voire d’i-poèmes[37]qui inondent les milliers de pages virtuellement à écrire. Une langue plastie dans l’instant, saisissant au vol les champs nodaux ou « l’épissure des mots »,[38] qui, si on en revient aux origines de l’écriture, renoue idéographiquement avec l’image-concept mais à n dimensions cette fois. Une transculture, une translittérature naissent qui inscrivent dans une réalité meuble, éminemment plastique, un imaginaire élevé au carré et tout vécu singulier cherchant à communiquer.

 

Cette cyberculture qui s’installe, loin de laisser la part belle à l’oisiveté, tend à briser le rempart des intelligences scripturales.  Elle étend le champ cognitif de l’écrit et du dit en créant des espaces virtuels de mémoire, d’accès à des zones tampon capables de générer à la fois un texte acquis et une pensée en cours d’acquisition. Ainsi l’hyperlivre de la nouvelle Babel dont les icônes et les langages seraient infiniment transposables, dont la bibliothèque virtuelle accueillerait à la fois l’instantanéité des créations et le renouvellement perpétuel des textes, se lirait dans plusieurs champs de la réalité. Des champs aujourd’hui nécessairement de nature transdisciplinaire, touchant à la fois à la métaplasticité, à l’oralité et à la cognition.

 

C’est donc bien la forme, c’est à dire la plasticité du rapport entre l’écrit et son support qui change. Une plasticité acquérant un caractère de plus en plus dynamique, de plus en plus transversal, de plus en plus liant au fur et à mesure qu’elle interagit avec cet environnement. Une plasticité interfaçant directement l’écriture en tant qu’expérience et la conscience en tant que pensée en action. Et cela a son importance, sachant que les différents niveaux d’interaction entre la production finale d’un texte et sa gestation à proprement parler sont aujourd’hui nécessairement pluriels, qu’ils vont de la mise en page sur l’écran à la composition typographique, qu’ils font aussi bien appel à des mémoires iconoplastiques construites qu’à des instantanés ou des flashs sur ce qui a été entrevu de façon subconsciente. L’étape Gutenberg laisse lentement place à une alphabétique transfuge et une écriture réinventée. Est-ce là son nouveau destin ? Est-ce le choc de l’iceberg idéographique, du support numérique, du percept visuel immédiat qui va briser l’écueil poétique du troisième millénaire ? On peut se poser la question. La plasticité de l’argile du palimpseste demeure. Elle s’est muée en e-plasticité[39].

Sur le même sujet, on peut lire :

ECRITURE ET PLASTICITÉ DE PENSÉE

Marc-Williams DEBONO

AnimaViva multilingüe Publishing House, Principauté d’Andorre

Préface de Michel CAZENAVE, Collection Essais

 

ePub:

ISBN 978-99920-68-19-9

ISSN 2311-3936

Dépôt légal : AND-430-2013

 

Mobi-Kindle / AZW :

ISBN : 978-99920-68-28-1

ISSN : 2311-3936

Dépôt légal : AND.674-2013

 

 


[1] Allusion à l’approche philosophique post-hégélienne de Catherine Malabou (L’avenir de Hegel, plasticité, temporalité, dialectique », Vrin, 1996) qui se situe dans la déconstruction de Derrida et aborde plus récemment la plasticité destructrice. (Les nouveaux blessés – De Freud à la neurologie, Penser les traumatismes contemporains», Bayard, 2007).

[2] L’origine étymologique de l’ancien verbe plastir issu du grec plassein signifie depuis l’Antiquité façonner, modeler la matière. Il apparaît avec des variantes comme  plassare ou plasmare en France au 12e siècle dans le sens de former ou de forger selon le dictionnaire de Greimas ou le lexique de Godefroy où il est notamment cité dans le Roman d’Alexandre, avant d’acquérir à partir du 19e le don de réciprocité (capacité de donner et de recevoir la forme). On peut en effet déjà y déceler plus que le simple art de modeler puisque les sens figurés de plastir liés à la part feinte, imaginaire et humaniste du terme fleurissent chez les anciens (notamment Platon et Aristote), sont enrichis par la scolastique qui leur attribue « la puissance de former », avant de prendre leur véritable essor à la Renaissance. Aujourd’hui adjectivé en plastique ou plastic, faussement synonyme d’élastique, il a disparu en tant que verbe. Nous souhaitons le réhabiliter pour donner son plein sens au concept moderne de plasticité. PLASTIR est le nom qui a été donné à la Revue Transdisciplinaire de Plasticité Humaine qui est dirigée par l’auteur depuis 2005 (parution bilingue trimestrielle).

[3] M-W Debono, « Le code plastique de la vie » dans Transdisciplinarité, Actes du 1er congrès international de transdisciplinarité, Editions Hugin, Lisbonne, 1999.

[4] M-W Debono : « Le complexe de plasticité »  in COSMOPOLIS, 2008/2. Les complexes plastiques essentiels [espace-temps-plasticité (ETP), sujet-objet-plasticité (SOP), neural-mental-plasticité (NMP)] ainsi définis ne représentent en aucun cas des états plus complexifiés, mais des états agrégés ou liés (bound states). Le terme avait été utilisé dans le sens de Complexio, emprunté au latin classique (« assemblage », « complexion ») composé du préfixe con– (« avec ») et de la racine plexus issue du participe passé du verbe plectere (« nouer », « tisser »). Cependant, plasticité et complexité étant deux caractéristiques complémentaires et distinctes du vivant, les assembler peut induire des contresens. C’est pourquoi nous nous en tiendrons plus volontiers aujourd’hui à la notion d’interfaces plastiques et de liage dynamique.

[5] M-W Debono, « Etat des lieux de la plasticité » Partie 1 Les interfaces plastiques, Implications Philosophiques, édition du 2 Mars 2012. Lire également « Le concept de plasticité : une approche résolument transculturelle »  in COSMOPOLIS, Encyclopédie de l’Agora 2007/1 et : « Le complexe de plasticité : état des lieux et immersion », in PLASTIR n°18, 2010/3.

[6] M-W Debono, « Le concept de plasticité : un nouveau paradigme épistémologique », article de référence paru dans DOGMA, 02/2005.

[7] M-W Debono, La plasticité de l’esprit, Implications philosophiques, Mai 2012.

[9] M-W Debono, Ecriture et Plasticité de Pensée, Editions AnimaViva, Coll. Essais, 2013 (plan détaillé à la fin du document).

[10] Gérard Genette, Palimpsestes, Le Seuil, coll. Poétique, Paris, 1982.

[11] G. Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, P.U.F., 1960.

[12] Métadiscipline ne se limitant pas aux signes écrits mais couvrant l’ensemble des champs informationnels, cognitifs et phénoménologiques (voir notamment les travaux de Luhman et de Soren Brier publié dans PLASTIR 26, 03/12).

[13] Pierre Lévy : « L’idéographie dynamique : vers une imagination artificielle ? » Ed. La Découverte, 1991.

[14] Ibid 8.

[15] http://ecultures.hypotheses.org/102

[16] Léon Vandermeersch, Les deux raisons de la pensée chinoise, Divination & idéographie, Nrf, Gallimard, 2014.

[17] Hans Blumenberg, La lisibilité du monde », Editions du Cerf, 2007.

[18] Vandermeersch (Réf. 14) montre parfaitement que si l’idéographie chinoise a été inventée au 13ème siècle avant notre ère, des systèmes d’équations divinatoires précédant la langue graphique ont cohabité pendant plusieurs siècles tout en se différenciant clairement de la langue parlée. L’écriture idéographique de cette langue parlée naissant au 8ème siècle serait quant à elle issue de cette langue graphique.

[19] Les premières lectures de traces concernent très vraisemblablement les empreintes de pattes d’animaux dans le sol. Quant aux premiers écrits, ils servaient à transcrire les signes divins ou les oracles en mots. On en trouve en particulier des traces très anciennes supplantant les idéogrammes chez les sumériens (IVe millénaire avant l’ère chrétienne).

3  Selon Joël Clerget : « L’enfance et l’écriture », Editons Erès, 2006.

 

[21] Allusion à l’exposition récente sur ce sujet de la Pinacothèque de Paris, Sept. 2011- Janv. 2012.

[22] L’auteur a fondé dans ce but « Le groupe des plasticiens » ou GDP en 1994 qui a fédéré plusieurs binômes de recherche autour de sujets à caractère transdisciplinaire et organisé des colloques ainsi que les conférences du GDP qui ont reçu des invités prestigieux comme Pierre Karli ou René Thom. Ce réseau transdisciplinaire poursuit aujourd’hui différemment son action au sein de l’association Plasticités Sciences Arts créée en 2000 qui traite des rapports croisés entre les sciences, les arts et les humanités.

[23] En cela, comme nous l’avons déjà précisé, nous nous opposons aux positions par trop fixistes des tenants de philosophie ou de la théorie de l’esprit et avons défini au colloque Jung et les Sciences de 2009 « La plasticité de l’esprit » comme une nouvelle façon d’aborder la problématique. Consulter la référence 12 et les publications citées en 54.

[24] Métaplasticité décrite dès le niveau synaptique et à fortiori opérante au niveau structurel (zones cérébrales impliquées dans les grandes fonctions) et par extension dans les strates de l’inconscient.

[25] Ibid 8

[26] Trace biomoléculaire parfaitement détectable au niveau de plusieurs structures cérébrales dont notamment l’hippocampe, impliquée dans la mémoire, ou le gyrus cingulaire impliqué dans les affects.

[27] Ibid 8. Extraits successifs du Prologue de l’ouvrage.

[28] Dominique Laplane : « Penser, c’est-à-dire ? », Armand Colin, 2005. Cet auteur, qui est neurologue, se base notamment sur les observations cliniques d’aphasiques montrant une forme de pensée préformée qui s’exprime sans mots.

[29] Daniel Heller-Roazen, « Echolalies Essai sur l’oubli des langues ». Trad. Justine Landau, Le Seuil, 2007.

[30] Allusion au bio-programme concernant les langues créoles proposé par Derek Bickerton dans le livre « Roots of langage » Ar-bor : Karoma Editions, 1981. Il s’agit pour lui, comme pour William Calvin, de tenir compte des fondements biologiques de la représentation symbolique et de son impact sur l’évolution cérébrale. A consulter également les archives de David Dwyer, Michigan State University, et celles du groupe de recherche de l’Illinois. Concernant la créolisation de Glissant, se référer au chapitre du livre consacré aux écritures archipéliques.

[31] Les références des ouvrages à consulter sur l’œuvre de l’épistémologue Stéphane Lupasco sont données dans le livre de l’auteur.

[32] C.-S. Pierce, « Ecrits sur le signe« , traduction et commentaires de G. Deleballe, Ed. Le Seuil, 1978.

[33] Néologisme utilisé avec bonheur par le poète Jean-Pierre Desthuilliers distillant « la plasticité dans la langue » dans PLASTIR 30, 03/2013. Plastir se conjuguant comme bâtir ou pétrir, les plastisseurs comme les bâtisseurs ou les pétrisseurs s’opposeraient aux tenants de la plasturgie industrielle nommés plasticiens au même titre que les artistes.

[34] Projet en cours d’élaboration à destination de l’UNESCO. Contacter l’auteur.

[35] Ce que nous appelons la plasticité de l’esprit à plusieurs reprises dans ce livre et qui sera développé dans un futur ouvrage indique trois voies de recherche à explorer : celle du cerveau en tant qu’organe s’autoplastissant lui-même, celle de l’interface entre le plastir neural et le plastir mental qui en en se complexant ouvre la psyché ou l’« esprit » à un déploiement unique du sujet dans l’espace-temps, et enfin celle de la plasticité de l’esprit en tant que modèle transdisciplinaire se différenciant de la théorie de l’esprit et de la philosophie de l’esprit (Debono, La plasticité des mémoires, in Actes du Colloque Jung et les Sciences, Université libre de Bruxelles, 2009). L’article de Mai 2012 La plasticité de l’esprit publié dans Implications Philosophiques précédemment cité fait un point récent sur l’évolution de ce concept.

[36] Note de Cécile Debary à propos « l’histoire de la poésie numérique » sur le site web de L’Amourier éditions. De nombreux liens captivants sur les sites expérimentaux d’e-écriture, la technologie ALTX et les métatextes, les écritures scripturales, la génération de textes aléatoires. Y sont délivrés, montrant la richesse de la créativité contemporaine dans le domaine des e-écritures.

[37] Preuve en sont ces nouvelles matrices du web, ces réseaux sociaux parallélisés, ces nœuds métatextués et autres transtextes inondant la toile, jouant sur les deux plasticités – la cérébrale et la mentale voir réseau social I-poèmes.

[38] « L’épissure des mots » est le titre d’un recueil de poésie publié par l’auteur aux éditions l’Harmattan, Paris, 2008.

[39] A mémoire infiniment remplaçable et liée à toutes sortes de supports, notamment numériques (e-écritures). Deux millions de documents (livres, revues, manuscrits, cartes, images, partitions musicales) sont ainsi numérisés dans le fonds Gallica de la BNF (Bibliothèque Nationale de France) lié aux réseaux sociaux, à des blogs et téléchargeables sur les tablettes. Il en est de même pour les œuvres cinématographiques. Ce nouveau corpus intéresse nous seulement les universitaires, mais aussi les e-distributeurs.

Nouvelles pratiques de lectures et nouvelles formes d’oralités en milieux numériques

Compte rendu de la journée d’étude du samedi 24 mai 2014

 

Lorenzo Soccavo – Chercheur en prospective du livre

Texte en ligne sur : http://ple-consulting.blogspot.fr/2014/05/de-nouvelles-formes-doralites-en.html

 

Bien au-delà de l’informatique, les technosciences nous invitent à une conversion du regard anthropologique (trop souvent anthropocentriste), nous incitent à un véritable mouvement de pensée qui remet en question la superstructure fictionnelle de ce que nous appelons du nom, du « beau nom grave » d’univers, puits et source de l’imaginaire, l’uni-vers, réservoir et résurgence, comme Cervantès pouvait qualifier Don Quichotte de : « miroir et lumière de toute la chevalerie errante », et comme nous pouvons voir un Frère de Don Quichotte dans la gravure de Dürer : Le Chevalier, la Mort et le Diable.

blue-background-1198417-m

Ainsi, nous pouvons assez facilement concevoir comment les dispositifs de lecture, par leur maniabilité, et ce qu’elle impose aux lecteurs comme contraintes à résoudre, influencent les pratiques de lecture. Marcel Mauss en 1934 dans Les techniques du corps contribue à l’élucidation des « actes traditionnels efficaces » (c’est ainsi qu’il définissait les techniques) qui se transmettent par l’éducation. Malheureusement il n’y est pas question des dispositifs de lecture, et il n’en est pas question non plus dans l’essai plus récent (1989) de Jacques Perriault sur La logique de l’usage, essai sur les machines à communiquer, approche ethnotechnologique, qui met en évidence des détournements d’innovations vers des logiques dictées par les usagers. Le livre, comme dispositif de lecture, est pourtant bien « une machine à communiquer » et « une technologie de l’illusion ».

On ne lit ni avec la même intention ni avec la même attention, ni dans la même posture physique ni dans le même état d’esprit, une stèle porteuse d’inscriptions gravées, une tablette d’argile recouverte de caractères cunéiformes, un rouleau de papyrus, un parchemin manuscrit, un livre imprimé, un livre de poche, un livre numérisé sur une “liseuse”, un livre numérique dit “augmenté”, “enrichi” d’audio et de vidéo sur une tablette numérique, tactile et connectée, un livre-application sur un smartphone dans le métro, un site web sur un écran d’ordinateur, des informations sur l’écran de sa montre ou de ses lunettes connectées.

Alors que depuis le 1er siècle de notre ère nous lisions ordinairement sur l’interface du codex : feuilles pliées, réunies en cahiers reliés et protégés par une couverture, depuis la fin du siècle précédent et la désolidarisation des messages et de leurs supports, le nombre de dispositifs de lecture a été en moins de dix ans multiplié par dix (au moins). Potentiellement, toute surface pouvant afficher du texte devient de fait un dispositif de lecture, sans pour autant être un livre cependant.

Ces nouveaux dispositifs de lecture, réinscriptibles à loisirs, induisent inévitablement de nouvelles pratiques de lecture. Ces dernières se signalent par un certain nombre de caractères que nous pouvons rapidement lister de la façon suivante, quoique sans doute cavalière : fragmentation, connexion (téléchargement, streaming…), partages et commentaires, d’anciennes pratiques parfois aussi du temps des manuscrits et que nous redécouvrons.

 

Je considère la révolution des dispositifs et des pratiques de lecture comme anthropologique, dans le sens où deux landmarks (des points de repère) qui nous apparaissaient comme éternels : d’une part, le lien indéfectible du message écrit et de son support, et, d’autre part et concomitamment, l’espace circonscrit d’inscription de la page, sont désormais désunis.

J’ai précédemment évoqué en filigrane dans le survol historique la dé-liaison, le divorce, ce dé-lire, du texte et de son plan d’écriture. La métamorphose des livres en tant que contenants, et, la volatilité du livre en tant que contenus, s’inscrit en creux dans le désencrage et le “désancrage” de la parole écrite. La notion de page, elle, comme espace rectangulaire délimité et saisissable par le regard, sur le modèle d’un vignoble, à l’œuvre sur les tablettes d’argile, les colonnes d’écriture des rouleaux, les feuilles des livres et les écrans successifs des sites web, est remise en question par quatre facteurs. Tout d’abord, les liens hypertextes (dont était précurseur en 1501 le dispositif de la roue à livres conçu par l’ingénieur italien Agostino Ramelli), puis, nous avons rapidement retrouvé sur nos écrans d’ordinateurs l’habitude du multifenêtrage (que nous avions perdu avec la normalisation de l’espace introduite par l’imprimerie à partir du 16e siècle), ensuite, des applications de lecture séquentielle (les mots y apparaissent au regard du lecteur successivement et rapidement un à un : le premier logiciel de ce type fut conçu à partir de 1996 par l’architecte designer strasbourgeois, Pierre Schweitzer, il s’appelait Mot@mot et a été breveté en avril 2001), enfin, l’infinite scroll inauguré par les réseaux sociaux (un réglage permettant au contenu des pages web de se charger progressivement et sans fin pendant que nous descendons la barre de défilement vertical). Alors devons-nous tourner la page de vingt siècles d’organisation spatiale de l’écriture-lecture ?

Gardons-nous cependant de tout sensationnalisme dicté par les technophiles. Les observations, notamment oculométriques du Laboratoire des Usages en Technologies d’Information Numériques (Cité des sciences et de l’industrie, Paris), par exemple, ou les travaux du neurobiologiste Stanislas Dehaene, démontreraient que ce n’est pas le cortex cérébral qui au cours de l’évolution se serait modifié pour que nous puissions un jour lire des textes écrits, mais, les hommes qui ont dû adapter leurs systèmes d’écriture pour que la lecture leur soit plus facile et moins ambiguë. Nous devrons faire de même. Cette part d’accommodation humaine serait cependant soutenue par une certaine plasticité de nos circuits neuronaux aptes à répondre à de nouveaux besoins comme, par exemple, passer de la reconnaissance d’objets au déchiffrage d’écritures. Historiquement, les pratiques de lecture ont toujours évolué dans le temps conjointement à l’évolution des supports et des dispositifs de lecture, dont les lecteurs adaptaient progressivement l’usage à leurs possibilités cognitives.

Aujourd’hui, le sensationnel n’est pas au niveau des outils numériques, mais, au niveau d’usages naissant, c’est-à-dire dans ce que j’appelais dans mon titre : “de nouvelles formes d’oralités en milieux numériques”.

La notion de “milieux numériques”, au pluriel, fait référence, à la fois, à la multiplicité des autres lieux possibles (dont ceux imaginaires ou fictionnels simulés numériquement), et, à l’hybridation de plus en plus criante entre territoires physiques et espaces numériques, métissage favorisé par l’internet des objets, la réalité augmentée, la géolocalisation, l’expansion galopante du métavers (monde-miroir et hyper-monde virtuels en 3D immersive engendrés par des programmes informatiques).

Dans ce mille-feuille de mondes parallèles, forme de stratification du réel en couches fictionnelles, les nouveaux dispositifs de lecture, tant ambiants qu’embarqués par les lecteurs, entretiennent en permanence la possibilité de nouvelles formes de conversation. Aux nouvelles pratiques de lecture se conjuguent de nouvelles formes d’oralités. C’est, je pense, de leurs noces, que pourraient naitre de nouvelles formes de narration, de nouvelles manières de faire récit, d’entretenir nos mythes et de nourrir notre légende, celle d’une « espèce fabulatrice » (Nancy Huston), d’un « animal lecteur » (Alberto Manguel), les paraboles et hyperboles de notre condition humaine.

 

L’apparition et le développement de la faculté du langage articulé au sein de notre espèce restent des mystères, faute de transmission orale et de traces écrites. Pour ce qui est de la lecture, nous nous rappelons l’étonnement de Saint-Augustin la première fois où il surprit son maitre Saint-Ambroise à lire silencieusement.

Passerions-nous, après l’oralité, après l’écriture, à une autre étape mixant langage oral et langage écrit ?

Dans les transports en commun les personnes qui communiquent par SMS, textos, les tweets, les courriels (mails) et les smileys, les tchats-texts, l’application Snapchat qui limite le temps d’affichage…, entretiennent une conversation sur le mode et le rythme de l’oralité en utilisant des codes de l’écrit et une écriture parfois phonétique. Le métavers permet à des internautes avatarisés de recourir à des échanges vocaux ou écrits, en mode public ou privé, dans les conditions du présentiel alors qu’ils peuvent être physiquement éloignés de milliers de kilomètres. De nouvelles formes de temporalités s’organisent, porteuses de nouveaux contrats de confiance.

 

Le langage articulé aurait surgi lorsque nos ancêtres purent communiquer entre eux sur des choses qui n’étaient pas, qui n’étaient plus, à porter de leurs regards, qui relevaient du passé. C’est quand a pu s’opérer ce découplage qu’ils commencèrent véritablement à pouvoir parler. Bien plus tard les écritures abstraites leurs auraient ouvert la voie à la pensée abstraite (j’entendais récemment Marek Halter affirmer au sujet de l’émergence des monothéismes : « sans alphabet abstrait pas de Dieu abstrait »). Autre découplage par rapport aux écritures idéographiques.

Supports des paroles écrites, avant les tablettes d’argiles, les bulles-enveloppes étaient peut-être des projections de la cavité buccale (3300 av. EC., voir Les trois écritures, langue, nombre, code, de Clarisse Herrenschmidt).

Aujourd’hui, en 2014, un nouveau diabole opère, encore embryonnaire, la séparation des mots écrits et de leurs supports, la dissolution de la page dans…, dans notre espace mental peut-être et les différents plans de conscience auxquels les codes numériques pourraient nous donner accès.

Depuis que la lecture est sortie du bois, elle n’a pas cessé d’avancer. En accédant à la volatilité de la parole, l’écrit (et ses pouvoirs — Cf. Histoire et pouvoirs de l’écrit, de Henri-Jean Martin) accède à de nouvelles formes d’essaimage, de pollinisation, de viralité, lesquelles, si nous nous référons à l’hypothèse Sapir-Whorf (années 1930) qui postule que : « les représentations mentales dépendent des catégories linguistiques, autrement dit que la façon dont on perçoit le monde dépend du langage » (Wikipédia), lesquelles donc vont façonner notre vision de l’univers pour les siècles à venir.

 

 

Livre liquide/livre solide.

Compte rendu de la journée d’étude du samedi 24 mai 2014

Chloé Girard.

La notion de livre liquide touche à la question de l’intégrité du texte. Elle ne tient pas à la fréquence de publication, mais à l’altération du texte dans une publication donnée, sans avertissement. Un article de journal va rapidement être remplacé par une nouvelle publication sur le même sujet mais chacun des articles est à priori archivé en l’état. Au contraire, un contenu de guide touristique va être mis à jour sans formalités ni indication de date. Une page Wikipédia est par essence toujours ouverte en écriture mais chacune des modifications est bien répertoriée.

water-texture-1308006-m

Dans chacun de ces cas la maléabilité la plus grande est possible. C’est le cas, nativement, de tout document numérique, qu’il soit « contenu web » ou fichier « détachable » (ePUB, PDF, etc): ils peuvent être ou rester (ré)ouverts en écriture, être remplacés par une version modifiée ou intégrer des contenus dynamiques générés par des outils liés. La liquéfaction n’est donc pas une question d’outil, tout les outils numériques la permettent, mais une question éditoriale.

Il existe une liquéfaction passive et une liquéfaction active. La première tient à l’absence de prise de conscience, ou de déontologie, c’est selon, des éditeurs : elle consiste par exemple à corriger des coquilles dans un livre numérique tel qu’un ePUB, et à le reverser sur les plateformes de diffuseurs et libraires sans l’identifier comme une nouvelle édition. Au-delà de quel nombre de coquilles corrigées le livre n’est plus le « même » ? Et d’ailleurs qu’est-ce qu’une « coquille » : une erreur ortho-typographique, un argument mal formulé ? Ou s’arrêter ?

La liquéfaction comme projet éditorial est assez bien représentée dans le genre du guide de voyage ou en général dans le guide pratique. Ce type de discours s’y prête bien, sa raison d’être consistant dans un rôle de conseil pratique. À quoi bon donner des conseils et références obsolètes ? Le guide en ligne ne présente la plupart du temps aucune date puisque l’on part du principe qu’il est « à jour ». Et la version téléchargeable ne dispose que d’une date du fichier et non d’un millésime de version. Mais seuls peut-être les historiens seront-ils nostalgiques de ces éditions datées bourrées de données disparues…

Quels sont les autres genres éditoriaux liquides ? Ils semblent peu nombreux, si l’on excepte les « sites web », forme de discours indéfinie mais que l’on peut ici utiliser par opposition au « livre » qui constitue notre sujet (et dont la définition reste également floue !).
Wikipédia, l’archétype du genre « livre-wiki », n’est pas liquide. Elle a conservé de manière très forte le souci de la référence. Les pages sont certes constamment ouvertes en écriture (à l’exception de quelques articles de référence ou particulièrement sensibles) mais chaque version du texte, correspondant à une modification, est archivée et identifiée, définissant ainsi une « édition ». On peut les consulter et les citer de façon très précise, jusqu’à la date de dernière modification et au numéro de version du texte, chacune se trouvant à une URL pérenne. Wikipédia multiplie les versions solides d’un même texte, organisant ainsi une véritable traçabilité éditoriale.

Pourquoi s’embarrasse-t-elle de telles préoccupations ? Parce que nous savons que toute culture, toute histoire, est basée sur un socle commun de références. Sans elles le dialogue prend fin. Comment discuter des arguments d’un texte ou de la poésie d’un autre si nous ne sommes pas sûrs de parler de la même édition ? Quelle version fait-elle « preuve » ? Le livre doit rester un recours et peu d’éditeurs un tant soit peu cohérents ne l’oublient.
Convenons, sans dénigrer son intérêt, qu’un projet éditorial comme Wikipédia, basé sur un outil toujours ouvert en rédaction, complexifie considérablement le dialogue en multipliant les éditions.

Dans le cas de la recherche, le livre liquide ne peut exister, la référence à la « source » en étant la brique fondamentale. Pas de source identifiée, pas de crédibilité et par conséquent pas de recherche. En sciences appliquées une expérience doit pouvoir être réitérée en suivant une méthodologie donnée. Sans quoi la découverte est proprement invalidée. Et ne parlons pas de la nécessaire traçabilité en matière de droit…

La liquéfaction générale du livre semble peu probable, si l’on y prend garde, et la plupart des éditeur ne peuvent se permettre de négliger la question. Mais elle reste peu discutée et les écarts sont faciles et semble-t-il nombreux, ne serait-ce que par insoucience.

Dans le monde de l’édition numérique des mécanismes de garantie de localisation et de citation sont mis en place : de la pose de balises dans le texte (n° de paragraphe ou de quelque autre élément du discours) à l’achat de DOI, en passant par les résolveur d’URL et les EAN. Cependant l’identification et la localisation ne sont pas synonymes d’intégrité du texte. Cette dernière ne peut être garantie que par une signature électronique, un chiffrement numérique, lequel est largement exploité dans le contexte de documents officiels et juridiques. Dans le domaine du livre beaucoup plus est fait en la matière à des fins commerciales qu’à des fins de référencement ! C’est le cas de certains types de DRM qui relèvent de la cryptographie.

C’est peut-être là un nouveau sujet sur lequel se pencher et pour lequel développer des outils accessibles à tous. La difficulté réside dans le fait que le chiffrement, comme les DRM, repose nécessairement sur des outils et architectures fermées et centralisées avec les dérives possibles que cela suppose, notamment en matière de censure ou d’intrusion dans les supports de lecture clients.

À moins que ? Existe-t-il des moyens techniques de validation de l’intégrité d’un contenu numérique dans un système libre ? Ceci est un appel aux développeurs spécialistes de ces questions !

Dans cette attente la réponse à la liquéfaction possible du livre repose sur la responsabilité des éditeurs. Un pari intéressant et pas si simple à tenir face à la « légèreté » de nos processus de re-production actuels.

Critères, vitesse, sélection (3/3)

Temps et espaces des mythes numériques

Pérennité des critères. (Temps)

 

Comment intégrer cette question de la temporalité des critères dans une ligne du temps ? Comment ces critères, y compris ceux qui ont un aspect temporel, peuvent-ils s’intégrer, agir, survivre au temps ?

paint-357149_150

La notoriété est-elle un critère soluble dans le temps ?

Cette question se pose aussi pour la complexité ; est-elle soluble dans le temps ? On peut songer aux mystères qui se jouaient au Moyen-Age, avons-nous encore aujourd’hui les moyens de saisir leur profondeur, les échos internes et les correspondances avec la culture contemporaine de leur création ? Il faut sans doute concéder que non.

 

De fait, même le journalisme de recul ne résiste pas au temps, en tout cas au temps long. La pertinence des scandales de la IIIème république s’estompe aujourd’hui. Si les révélations du Watergate restent en mémoire, c’est qu’un passage hors du journalisme et de la révélation proprement dite s’est opéré.

 

Une temporalité disloquée ?

Aujourd’hui, on peut mettre en dialogue des auteurs, dans une logique différente de l’accumulation du savoir. Darwin peut directement être mis en dialogue avec Platon, sans respect de la chronologie. De même sur Facebook, on met ensemble des gens rencontrés au cours d’une vie. On observe une mise à plat de la sédimentation.

Cette temporalité disloquée amène à repenser le critère de l’histoire, de la chronologie. Aujourd’hui il existe un télescopage de l’histoire.

 

Avec le numérique on peut vivre après sa mort.  On pourrait ainsi imaginer un Nachlasss numérique, proposé par des sites. Une page facebook posthume qui continuerait à publier régulièrement des informations.

 

Afin de mieux saisir l’ampleur de ce qui se joue sous nos yeux, on pourrait presque parler de l’accès à une nouvelle civilisation. Si on reprend le paradigme de la découverte, on peut évoquer la découverte de la philosophie par le Japon (cf : les philosophes du néant) qui a représenté l’intégration et donc la navigation au sein de l’ensemble du corpus, d’un coup.

 

Le recours à cette référence au Japon est riche à plus d’un sens, et permet d’intégrer d’autres références proches dans la réflexion, notamment de l’intérêt de creuser en direction des cultures orientales beaucoup moins alphabétiques : peut-on y voir le développement de la culture tel que le numérique semble nous y engager ?

 

Cela est vrai aussi pour des pays en développement. L’Afrique opère un passage au numérique par les téléphones. Ils se développent ex nihilo, et peuvent éventuellement nous retourner des pratiques et des usages précurseurs de nos propres usages futurs, ou nous indiquer des voix.

 

Critères et méta critères topographique. (Espace)

Peut-on être dans la sphère et avoir un regard sur le numérique, en lui-même, adopter une vision topographique ? Existe-il seulement un regard en surplomb sur le web ? Le Web est plissé, il s’appréhende notamment avec la question de la topographie.  (Comment adopter des prises sur le Web pris non plus comme le réceptacle de ces flux, mais comme un objet ?)

Il y a une balkanisation de l’internet

 

Est-ce que le paradigme de la rupture est le plus juste pour appréhender la diffusion du numérique ? Au cours des séances du séminaire, contre cette idée du passage brutal d’un monde à l’autre, a émergé l’image de la spirale, réarticuler les différents systèmes. il ne faut pas opposer les trois sphères que sont la graphosphère, la logosphère et la videosphère ou numérisphère.

il est plus fécond de chercher à les articuler, voire les penser en spirale, sous l’angle d’un enrichissement réciproque.

 

 

 

Bibliographie

 

V. Flusser Does writing have a future

Letters of the alphabet

P. Levy Les technologies de l’intelligence.

 

U. Eco, J. C. Carrère N’espérez pas vous débarrasser des livres.

 

A Leroi-Gourhan Le geste et la parole .

 

 

Critères, vitesse, sélection (2/3)

Un nouveau monde qui surgit

 

 

L’accélération est une réalité, notamment dans la production de donnée : Aujourd’hui en 18 mois elle est équivalente à ce qu’à produit le monde jusqu’au 18ième  siècle.  Par exemple, sur wikipédia, une erreur sera corrigée en 1min 40. Mais constater l’accélération ne permet pas de poser la question de ce qui compte.

paint-345297_150

Cette accélération pose la question de la sélection, et renvoie à l’idée de conscience, il faut pouvoir  se mobiliser, adopter une posture et non pas simplement subir. Comment repenser des frontières et des domaines dans ce qui a été numérisé ? Comment être sensible à ce qui se différencie, non par le support, mais par nos interactions et qui se reconstruit comme un monde, dont nous n’avons pas encore les mots.

 

Penser le monde

Cette notion de critères que cette séance s’emploie à isoler au sein du monde numérique  renvoie à la question de la pensée critique, qui constitue le paradigme de notre rationalité, et elle renvoie aussi à celle de prise, de saillie, permettant de saisir les jointure du monde, et d’en comprendre ses articulations.

Les critères permettent de distinguer plus finement le monde.

L’expansion du numérique invite à repenser les modes de productions du savoir. Le numérique, avec la question des critères reconduit à nouveaux frais l’articulation problématique du langage et du réel. Nous observons un changement de statut de l’intention. Elle est à penser comme une émergence. Ce n’est pas elle qui est à la racine. Elle véhicule avec, elle chemine. Ainsi, on peut avancer que ce n’est pas l’intention qui est maitresse du sens, elle contribue à le préciser.

 

Alphabet et image

 

Les travaux en neuro-sciences de Stanislas Dehaene démontrent l’importance de l’image dans le cerveau. L’expansion de la numérisation du monde signifie-t-elle la fin de l’alphabet ? Aujourd’hui et de plus en plus, la preuve se fait par le symbole, l’image remplace le mot. Le monde de l’alphabet est le modèle de la conscience (la conscience peut être définie comme capacité de faire des sélections, des pauses, dans la continuité des informations.)

 

Est-ce que le modèle alphabétique va être remplacé par un autre modèle ? Il est encore difficile à saisir, mais de nombreux philosophes travaillent autour de cette idée. Il semble plus que probable que l’image va certainement jouer un rôle plus important. T Baccino a déjà montré que des évolutions avaient eu lieu. Le regard sur l’écran est différent d’un support papier, les mouvements de l’œil ne se focalisent plus de la même manière. En effet, les fonctions cérébrales utilisées pour l’écriture sont des fonctions détournées, greffées sur des aires dédiées aux images, donc on pourrait penser qu’il ne s’agirait pas d’une déperdition de la pensée. Cela étant notre capacité à faire émerger un réel que l’on affronte dans son extériorité est tiré de la concentration, liée à la lecture par support fixe.  L’attention dressée est une condition essentielle de la pensée.

C’est un ressort de la pensée de ne pas avoir un rapport flou, onirique au monde, mais de rester concentré. Avec l’image on peut penser moins loin, et on ne peut plus aussi facilement les articuler comme on le fait dans la pensée rationnelle. On observe une baisse de la capacité à articuler une pensée si on revient aux images.

Le risque d’une civilisation de l’image c’est d’entretenir un rapport flou et flottant au monde, on perd une prise. Comment maintenir cette prise sur le réel ?

 

Rupture ou transition ?

Sommes nous à l’aube d’une nouvelle forme d’oralité ? Pour certains auteurs, nous sommes en train de vivre une mutation bien plus importante que celle de l’imprimerie, une révolution qui serait, en termes d’intensité, comparable au passage de la culture orale à la culture écrite.

 

Pourquoi en Europe, ces mutations sont-elles perçues comme fondamentale ? Il n’y a rien d’évident à cela. Par exemple au Japon ou en Corée, cela semble une évolution naturelle, notamment parce qu’il y a une ontologie déjà là, ce qui offre une capacité d’absorption et d’adaptation plus élevé.

 

On note que les civilisation orientales sont moins modelées par l’écrit et elles possèdent une prise et une finesse d’appréhension du monde qui n’est en rien en retrait de la pensée occidentale, rationnelle, articulée autour et par des concepts.

 

Mythologies numériques.

Si on compare les utopies au Japon et aux Etats-Unis, on observe des différences avec des rapports différentes au temps et à l’histoire.

 

L’imaginaire américain produit par exemple le post-humain, l’idée d’une conquête, qui s’invente et se réinvente.  Le numérique est lui aussi pensé comme une conquête, mais cette fois hors de la pensée spatiale.

Les Etats-Unis ont une structure fantasmée, toujours proche de l’apocalypse. Il y existe un fort fond pessimiste. On retrouve souvent les traces d’une table rase pour une nouvelle génération, à venir. On peut penser notamment aux  imaginaires des nouveaux mondes.

 

Au Japon, le numérique réactive plutôt les mythes traditionnels, dont la forme actuelle peut rappeler l’imaginaire américain, mais avec des motivations radicalement différentes sur le fond.

 

Une inscription dans un mythe permet d’offrir une forme de résistance. Est-ce que le numérique est, en lui-même, un mythe ? De quoi le numérique est-il le mythe ? de l’intelligible ? du calcul universel ? de la prévisibilité dans un monde incertain ? des réunions d’intelligences ?

 

Au sein même du séminaire, de manière réflexive, il serait intéressant de s’interroger sur le poids symbolique et mythologique que cristallise l’exemple de Wikipédia.

Critères, vitesse, sélection (1/3)

 

 

Présentation

 

En guise d’introduction à cette séance du séminaire cultures, savoirs et techniques numériques, nous posons que dans le rapport au savoir et à l’information, il existe deux pôles conceptuels que l’on peut isoler pour l’analyse : l’instant et le patrimoine.

A l’opposé de l’instant se trouve la volonté d’archiver, et dans le cas particulier du web, où  il s’agit de tout saisir, sans critère. Non pour aujourd’hui, ni même pour demain mais pour plus tard. Son ambition, c’est la totalité sans critère et sans le diktat de l’actualité.

paint-345296_150-2

De ce premier travail de clarification des dynamiques à l’œuvre dans le traitement et la production de l’information par le biais du numérique, on distingue deux pôles, avec des similitudes formelles, mais une visée qui est largement différente : informer ou stocker.

 

Avec le développement du numérique la vitesse de transmission des informations a connu une accélération formidable. Le but de cette séance du séminaire est d’interroger l’impact de cette accélération sur notre capacité à sélectionner des éléments dans un flux, et de tenter de discerner les critères qui sont impliqués dans ce processus de sélection.

 

L’instantané

La question des critères retenus pour développer une prise sur les flux numériques est essentielle. Le premier des deux pôles est donc tourné vers l’instant,  l’actualité chaude, il désigne notamment le journalisme pris dans une course à la réactivité. Il s’agit d’être le premier à traiter un sujet où qu’il soit dans le monde. Ainsi, un mail, un tweet, peut faire le tour du monde avant même d’être vérifié.

 

“Dans son étude sur le journalisme numérique, Oriella montre que plus de la moitié (55%) des journalistes interrogés de par le monde (+ de 600) utilisent les médias sociaux, Facebook et Twitter, à la fois pour « sourcer » leurs informations, mais également pour vérifier ces dernières (43% le font).”

Source : http://blog.websourcing.fr/infographie-journalistes-sourcing-medias-sociaux/

 

Être réactif s’oppose en cela à une démarche d’investigation. Bien sûr, les deux peuvent cohabiter, mais on observe une méfiance envers le journalisme chaud, qui devient la tentation à tout traiter, sans recul, à tellement vouloir coller à l’actualité qu’il devient difficile de distinguer l’information de son traitement. Le bombardement constant des flux d’informations fait que le manque de recul semble être une nécessité. Qu’est-ce qui est important, qu’est-ce qui ne l’est pas ? Bien souvent cette question de l’importance est remplacée par la question quantitative de la reprise – plus cela circule, plus cela est important.

 

Si on chausse les lunettes anthropologiques, on s’aperçoit qu’une lassitude s’opère, ce qui ne remet pas en cause l’existence ou la conviction partagée que tout ne se vaut pas. Personne (ou presque) ne dit que tout se vaut, mais dans les faits, les choses finissent par s’égaliser dans la conscience.

 

L’épaisseur ou l’importance ne prennent plus le temps de se déposer. On peut ainsi proposer l’équivalence mécanique suivante : les effets d’accumulation et la sollicitation permanente entrainent une forme de lassitude, ou pour reprendre les analyses de Simmel sur le citadin qui s’habitude aux sollicitations perpétuelles, cela produit in fine une indifférence aux différences et le citoyen numérique se transforme en un blasé ne réagissant plus qu’à l’extraordinaire.

 

Si tout fini par se valoir, ce n’est pas la perte d’une hiérarchie et un énième spectre du nihilisme, mais c’est un sentiment qui est  à l’œuvre, celui qui opère des distinctions entre les informations qui se perd. En effet, les flux sont incessants et se renouvellent sans cesse, pointant au paroxysme vers un perpétuel éphémère.

 

 

Nouvelles formes de journalisme : analyse et prospective.

Face, ou en complément du journalisme de l’instant, le journalisme de recul semble appelé comme un équilibre essentiel. Aujourd’hui l’information est traitée par des machines. (La machine est alors utilisée comme un symbole avec une charge négative comme si la précision de algorithme ne pouvait pas être le fruit d’un humain ) – le journalisme de qualité est vu comme un journalisme humain, d’experts et de spécialistes, mais il est bien illusoire de vouloir un retour à une sorte d’artisanat du journalisme. Le numérique et la technique sont déjà des rouages essentiels de la production, de la sélection et de la diffusion de l’information.

 

Le premier tri de l’info est principalement mécanisé, il est opéré par des machines ou du personnel non formé à une analyse en profondeur de ce qu’il traite, ce qui génère en retour, une demande très forte pour un journalisme de recul et de qualité. Cela se manifeste notamment avec des journaux américains qui commencent à développer une version premium à destination d’un cercle étroit et payant, créant des clubs d’initiés prêts à payer. De fait cette solution, viable économiquement, viendrait porter un coup à l’idéal démocratique de l’information sur internet. Cela équivaudrait en quelque sorte à renier les idéaux de départ.

 

Les pratiques numériques engagent de nouveaux usages,  et il convient de les prendre en compte dans la distribution de l’information. Cela signifie par exemple cibler le type d’information en fonction des moments de la journée, et en fonction des supports (brèves, papier… ) et se poser la question de savoir quand il est adéquat d’envoyer de l’instantané, ou de la longue durée.

 

 

Typologie des critères.

 

En confrontant, approfondissant et mélangeant les horizons et les expériences, plusieurs critères sont apparus. Nous avons essayé de les rassembler ici, avant d’entamer une investigation de ces critères et leur articulation :

 

  • Instant / longue durée : ce critère recouvre d’une part la question de la visée au moment de la rédaction et d’autre part l’usage qui en est fait : sur le long terme ou rapidement oublié.

 

  • Notoriété / anonymat : ce couple de critères est traité comme l’indice d’autre chose. (la confiance, la qualité) rappelant notamment que toute production est symbolique. La puissance d’élaboration n’est pas partout pareil, et il y a un travail de construction de l’image auquel il faut être attentif car il est structurant pour notre compréhension du monde.

 

  • Qualité / opportunisme : on est dans un rapport plus ou moins immédiat au symbole, avec tout un arrière plan mythologique, qui structure le langage. Comment définir la qualité de ce qui est recherché ? Le critère de qualité est toujours opérationnel dans une configuration numérique, mais quels sont les traits qu’il emprunte au monde papier ? Comment le définir ? une piste avancée pour rendre compte de la qualité d’une information, serait l’épaisseur, le feuilletage. L’homme cultivé donne plus d’épaisseur à ce qu’il perçoit. Ce couple de critères, comme les précédents, nous renseigne sur quelque chose de propre à la société contemporaine et non propre au numérique. Comment, pour ce qui est mis sur un seul plan, repenser de la profondeur ? La question de la temporalité. La qualité de l’œuvre demande du temps. Celui de se laisser pénétrer par l’œuvre. Que son épaisseur se diffuse. Par exemple suffit-il de faire jouer la simplicité contre la complexité. Ou faire intervenir le concept d’épaisseur.  Est ce qu’ils se rejoignent ? Est ce que les imaginaires se rejoignent ?

 

  • Multiple / l’un. A l’ère numérique, la question de ‘l’unité des références, des objets référencés est évidemment problématique, quand on constate que les technologies comme le peer to peer permet une démultiplication et une délocalisation des fichiers. L’idée de source unique devient illusoire.
  • Confiance / méfiance
  • Légitime /légalité. Parfois le numérique et le légitime outrepasse la question de la légalité (Wikileaks ou Snowden.)
  • Profane / initié, la pratique et la circulation des idées sur internet ne se jouent pas seulement sur les modèles économiques mais sur les compétences acquises par les acteurs pour savoir où trouver et comment exploiter une information. C’est une logique de sélection qui est différente de celle qui entend conserver l’information pour un cercle.

 

 

L’identification de la source a été également proposée comme critère, mais rapidement, à l’analyse, ce critère est reconduit comme une procédure davantage qu’un critère en soi.

Autour du Manifeste des Digital Humanities (3)

III – De nouveaux horizons, par delà les Digital Humanities.

 

Diversité, normalisation et créativité.

 

On peut facilement modéliser ce qui est syntaxique et sémantique, mais dès que l’on est dans la pragmatique, dans la performance, cela devient beaucoup plus compliqué, car il y a une contextualité à intégrer. (Florian Forestier) L’attachement d’un mot à un concept est très facile sans le numérique, mais pose problème dans le numérique. Le numérique consiste  vraiment dans l’ouverture d’un autre régime de la connaissance où produire de la connaissance, faire sens n’est plus lié au passage à l’écriture. La manipulation, le schéma fait sens dans un horizon intersubjectif déterminé – il compte comme preuve.  (F. Forestier).

abstract-267058_640

 

Dans le code, il n’y a pas une approche unifiée ou unificatrice. En fonction des usages, les encodages sont différents, que ce soit de la recherche très précise ou l’édition qui soit la finalité. Sémantiser des phénomènes que l’on n’aurait pas sémantisé,  augmente aussi la quantité de code. (dilemme entre la finesse d’analyse et la commodité de l’emploi)

L’interopérabilité peut conduire parfois à simplifier pour rendre la chose plus visible. Par exemple pour étudier des phénomènes visibles, mais sur des corpus très vaste, on va s’orienter vers le plus de simplicité possible, au contraire si on veut utiliser des phénomènes plus fins, il faudra une approche et des outils spécifiques, qui ne pourront pas être utilisé dans d’autres contextes.
Ce n’est pas vraiment un standard ou un format unique. Il y a une créativité de l’outil de production ce qui entraine une évolution des encodages qui est très rapide. Les changements de pratiques vont engendrer de nouveaux usages.

 

C’est pourquoi il émerge presque naturellement un besoin de fixer, et cela se manifeste par une volonté de normalisation des encodages. Par exemple dans le domaine de l’encodage de la musique entre le XML qui règne en France et le monde qui a adopté le MEI. Dès que l’on est dans une optique de diffusion à une grande échelle, il faut une normalisation des outils d’encodage.

 

Mais la normalisation n’est pas la panacée. Une fois un langage d’encodage défini, on a une énorme variété d’approche selon l’usage disciplinaire qui est fait. La diversité émerge d’un corpus commun. Il y a de la variété  même au sein d’outils communs. Certes, il y a une perte de la standardisation qui permet que cela fonctionne sur tout les corpus, mais dans un autre sens, c’est aussi une richesse.

Cela permet de retranscrire la diversité – on adapte l’encodage à sa propre approche disciplinaire. Historiquement, on part d’un langage unique qui a voulu se spécifier dans différents domaines pour rendre compte de la richesse spécifique, mais dans un second temps ne revient-on pas vers une unification ou une standardisation ?

 

En ce sens on peut postuler que la diversité est un problème lié à la jeunesse de l’outil numérique et que avec le temps, on va tendre vers une uniformisation d’un outil souple. Toutefois, à l’heure actuelle, on est incapable de percevoir la logique d’évolution des langages informatiques.

 

Le problème de l’Open source : chacun peut ajouter sa pierre sous forme de bibliothèque, mais comment faire ensuite un état des lieux.  C’est collaboratif, en fonction des usages et des besoins de chacun. Ça évolue encore beaucoup trop vite. Les objets sur lesquels on s’entend émergent du consensus, et de l’usage.

Quelle approche peut-on utiliser pour comprendre ces évolutions ?

 

Les contraintes du numérique.

 

En mettant l’accent sur l’évolutivité et l’aspect collaboratif du XML, on a souligné sa souplesse et son adaptabilité. Pourtant il ne faut pas négliger les contraintes propres au numérique : « il rend plus forte les questions de contraintes technique » cette remarque tiré du Manifeste affronte l’imaginaire que la technique est précisément là pour permettre une libération des potentiels humains.

 

Si l’élément spécifique n’est pas défini, on ne peut pas écrire une partition, etc. Ensuite la recherche est là pour améliorer, introduire plus de plasticités ;

Dans les  bases de donnée on doit répondre à beaucoup plus de contrainte de donnée qu’avant. Par exemple, en respectant les impératifs des bases de données relationnelles alors que pendant trente ans on avait des bases de données non-relationnelles. La TEI a précisément été créée pour assouplir l’outil de base.

 

Les limites et les représentations.

Parmi les exigences et les guides de bonnes pratiques numériques édictés par le manifeste, on trouve la formulation suivante : « Données interopérables conceptuellement », est-ce que ça a un sens ? (Thibaud Zuppinger). Que les données puissent être interopérables, d’un codage à l’autre, d’un travail à l’autre, d’une structure à l’autre, on comprend l’intérêt, mais comment garantir que les concepts qui ont présidé à l’encodage puissent être interopérables ?

Autre point qui reste relativement dans l’ombre des préoccupations du manifeste, la question de la pérennité. Cette dimension n’apparaît pas ou peu dans le manifeste des DH. Or un site oublié disparu des moteurs de recherche est beaucoup plus difficile à trouver qu’un livre qui n’est plus édité

Dernier point relevé au cours du séminaire, la référence à d’« authentique moyens de communication numérique ». La formulation, une fois encore, est quelque peu vague. Qu’est-ce que la communication scientifique ? Est-ce que cela renvoie aux listes de diffusion, à publier des billets sur un blog. Certes, aujourd’hui, l’influence d’un chercheur sur une liste de diffusion n’est absolument pas pris en compte. Mais la formulation vague qui peut être nuisible car elle peut faire référence à une activité sur des forums comme une communication scientifique.

 

Des directions d’enquêtes qui émergent :

 

Aux termes de  ce séminaire, plusieurs chantiers de recherches futures et de problématisations ont émergé, qui se trouvent rassemblés ci-dessous :

 

1) Les langages informatiques évoluent-ils selon les usages ? Y a-t-il une linguistique des langages informatiques ? (Thibaud Zuppinger)

Peut-on étudier les évolutions d’un langage informatique comme on peut étudier les évolutions d’une langue ?

 

2 ) Un dépassement possible, dans un programme plus ambitieux, des fins défendus par les deux textes étudiés ici serait de faire des humanités numérique un traitement par le numérique de l’humanité dans son ensemble. (JB Camps)

 

3) Il serait intéressant d’étudier la genèse et les évolutions de la TEI. Observer la manière dont des groupes d’intérêts se formant à l’intérieur du consortium de la TEI, création d’extensions à part peu à peu intégrées à la TEI. Par exemple autour de la question de l’apparat critique.

Rendre compte du trajet des choses progressivement créer à part puis intégrer dans la TEI. Des extensions qui amènent des évolutions. Il serait intéressant de savoir comment comment se prend la décision ? Pourquoi un élément pour encoder les filigranes des manuscrits, et pas pour encoder d’autre éléments ?

 

4. Projet de cartographie des projets de Humanités numériques ?

Comment se lient-elles? On possède des outils de recensement des initiatives numériques, mais pas encore d’annuaire recensant ces recensements.

Des sites recensent les initiatives numériques critiques à l’échelle internationale, mais il manque encore des recensements des outils et des méthodes utilisées

D’ailleurs, on observe qu’il n’y a pas de bibliographie avec le manifeste.

 

5. Proposer une enquête sur les DH en partant de la dimension juridique Avec les évolutions du droit on constate que les DH et le numérique de manière générale n’est pas seulement une redite avec d’autres outils des disciplines, mais oblige à appréhender de manières nouvelles des questions qui émergent. Notamment autour de la question des droits d’auteurs, et de la liberté de diffusion des idées. Par exemple les licences créatives. En ce sens, la sociologie serait redoublée par le prisme du droit pour dessiner les contours de ce nouvel espace.

 

 

Autour du Manifeste des Digital Humanities (2)

 

II Produire et diffuser

 

Textes de référence :

Le manifeste des Digital Humanities

http://tcp.hypotheses.org/318

Jeune chercheurs et humanités numériques : un manifeste.

http://dhiha.hypotheses.org/1108

Contexte et portée.

Rédigé lors du ThatCamp 2012, le manifeste des DH n’est pas simplement une profession de foi, oublié dans le consensus général avant même que l’encre ne soit sèche. En témoigne le récent regain d’intérêt autour de ce texte sur la liste de diffusion [DH] (janvier 2014). Cette discussion a notamment porté sur la question de la genèse et en particulier l’importance du choix des mots.

abstract-258338_640

Porte d’entrée directe aux problématiques posées par le manifeste, comment faire référence de manière scientifique à cette discussion ? Pourtant c’est par des listes de diffusions que des chercheurs s’engagent, produisent, échangent.

Or aujourd’hui nous éprouvons des difficultés à proposer une référence à cette discussion. Ce sont précisément ces questions qui intéressent le manifeste des jeunes chercheurs. Comment les intégrer dans le circuit de la référérencialité scientifique ? Comment prendre en compte l’engagement d’un chercheur dans une liste de diffusion ? Peut-on assimiler un mail de réponse ayant demandé un long temps de recherche à une publication ?

 

J.B. Camps attire l’attention, dans le manifeste des jeunes chercheurs, sur le passage suivant « établir des principes justes et des règles claires, pour évaluer la pertinence des recherches, établir des critères de reconnaissance scientifique et institutionnelle. » Initiative louable mais qui n’indique en rien quels sont les critères que l’on peut poser pour évaluer l’activité scientifique numérique ?

 

On en vient alors à se poser la question de l’évaluation propre aux humanités numériques telle qu’elle est vivement encouragée par les deux textes. Faut-il un traitement spécifique des résultats dans les humanités numériques, avec une reconnaissance à obtenir par les chercheurs plus traditionnels ? Quelle serait cette méthodologie, ces critères ?

 

Cette approche, selon T. Zuppinger, met l’accent sur la dimension scientifique de ces travaux et par extension touche à d’autres critères propres à ces exigences scientifiques, comme la répétabilité et la mise en place éventuelle de méthodologies génériques. J. B. Camps propose de distinguer deux aspects qui sont liés à cette question : d’une part vérifier la recherche (ce qui rejoint la problématique de l’open access) et la volonté de mettre à disposition les sources et les matériaux, éventuellement même les logiciels.

 

Plus profondément, la question est surtout : peut-il y avoir une méthodologie d’évaluation des travaux numériques ? A-t-on réellement besoin de modes d’évaluation différents des résultats classiques ?  De quelle façon faut-il les considérer de manières différentes des résultats obtenus par une autre méthode ?

 

Évidemment ces questions ne doivent pas faire oublier les résistances méthodologiques (J. B. Camps) : on ne peut pas se contenter de calculer sur des textes, le texte ne se limite pas à ce qu’en dit l’approche métrique. Il est important de séparer nettement ce qui est de l’ordre de la science et ce qui est de l’ordre de la compréhension, d’une approche créative. La science a besoin de preuve, et le numérique peut parfois apporter une rigueur qui parfois peut manquer aux sciences humaines.

 

Confusion ou unité d’une pratique productrice ?

Comment produire et diffuser du savoir avec le numérique ? Cette question reprise par les deux textes en réalité repose sur un amalgame : un travail de recherche produit numériquement n’est pas mécaniquement appelé à être diffusé numériquement. Comme le souligne T. Zuppinger, que sont les Digital Humanities et que peuvent-elles êtres ? S’agit-il d’un usage du numérique ou d’un projet numérique à proprement parler ?

Quel rapport y a-t-il au juste entre la production et la diffusion du savoir ? Elles sont évidemment liés dans les DH mais sont disjoints dans l’évolution de la recherche.

 

Les deux textes regroupent ces deux dimensions qui sont consubstantielles certes, mais l’analyse demande de les distinguer. D’une part nous avons la question de la diffusion de la valorisation, et de l’autre la question du numérique. Et parfois en corollaire la diffusion auprès d’un public non académique mais ce n’est la même chose que la production numérique du savoir. La production n’influence pas sur la diffusion.

 

Nouveau, vraiment ?

La question qui surgit de ces interrogations prend alors la forme suivante : s’agit-il de changements disciplinaires réels ?

Le numérique peut demander des pratiques et des exigences déontologiques qui peuvent être spécifiques au numérique.

 

Bien sûr,  on peut rester sceptique sur les moyens intellectuels et conceptuels développés par les deux textes pour pouvoir déceler de profonde innovations qui interviendraient dans ces disciplines. Ici on reste dans une approche classique des disciplines. Il n’y a pas vraiment de place pour l’innovation ou pour une nouvelle discipline, les DH, c’est faire par le numérique ce que l’on fait déjà mais autrement.

 

Les Humanités Numériques se situent dans la continuité des humanités mais par d’autres outils qui permettent tout simplement  de faire plus rapidement ce que l’on produisait déjà. Dans ce contexte, le numérique permet avant tout de changer d’échelle et de traiter des corpus plus vastes.

 

A suivre la pensée de J. B. Camps, il ne faudrait plus parler d’humanités numériques mais d’humanités en général, et trouver un autre terme pour l’ancienne conception des humanités. Aujourd’hui, toutes les humanités sont quasiment numériques ; le numérique est intégré et partie prenante des nouvelles pratiques. De fait, ce sont celles qui ne sont pas numériques qui ont tendance à se distinguer.

 

Stéphane Pouyllaud propose de penser les humanités numériques comme science auxiliaire au sens classique. Les Humanités numériques représentent un champ en grande partie méthodologique comme la bibliographie ou la paléographie, qui va  apporter des outils nouveaux à d’autres disciplines plutôt qu’une définition par leur contenu propre. Cette définition par l’unité se jouerait alors sur la méthodologie.

 

Le changement d’outils ne révolutionnent pas nécessairement la discipline, mais peut l’accompagner naturellement. Par exemple, rappelle J.B. Camps la stylométrie est une discipline à mémoire courte où l’on réinvente constamment la poudre. Dès le 19ième, on trouve des chercheurs qui s’interrogent sur le passé et l’avenir de la stylométrie et on faisait déjà des comptages des occurrences dans les textes. La stylométrie se considère comme un domaine toujours émergeant, notamment avec l’apparition de nouveaux outils qui renouvellent les capacités de recherche, comme le traitement automatique du langage dans les années 70. Est-il forcément pertinent d’y voir à chaque fois l’émergence d’une nouvelle discipline plutôt qu’une évolution en fonction des outils utilisés ?

 

Quelles nouveautés dans l’analyse ?

 

La question devient alors à partir de quand ne s’agit-il plus seulement d’expérimentations isolées mais qu’il s’y substitue une volonté de définir un champ d’études qui puisse être défini par le terme humanités numériques ? D’ailleurs, quels sont les critères retenus pour atteindre une masse critique : le nombre de chercheurs, les organes de publications, la formation, etc. ?

En effet, les recherches et les résultats ne sont pas toujours orientés vers la possibilité de ménager des retours ou une continuité. Cela entraine une multiplication de tentatives isolées, sans forcément définir un nouveau champ d’étude. Peut-on atteindre, par les DH, une masse critique, qui permettent une continuité ?

 

J.B. Camps : « Théoriquement, on peut tout faire avec un ordinateur, mais il faut bien des moyens pour le développer, donc, il faut des développeurs, des ingénieurs, etc. » D’autant qu’il faut distinguer les contraintes internes et les contraintes externes : on peut limiter un langage pour garantir son interopérabilité mais ce n’est pas une contrainte interne à l’objet scientifique que l’on étudie. Il est souvent nécessaire de devoir trancher entre finesse et accessibilité.

 

Peut-on parler d’une reconfiguration disciplinaire demande Florian Forestier ? Est-ce que les disciplines vont vraiment changer de visage et changer la manière de faire ? Est-ce qu’un archiviste deviendra un codeur ?

A cette question, Jean-Baptiste Camps précise qu’aujourd’hui déjà il y a des ruptures, car il ne viendrait plus à l’esprit des archivistes de faire des choses à la main, en particulier tout ce qui est de l’ordre des comptages.

Dès qu’un ordinateur est impliqué, est-ce automatiquement des humanités numériques ?

Tout simplement, même si c’est secondaire, on n’écrit plus ses articles à la main. Cela change profondément les choses dans la chaine éditoriale. Ce que l’on ne peut plus faire par ordinateur, pourrait-on dire, n’appartient plus à la discipline. On en est arrivé à un point où on fait abstraction de ce qui n’est plus modélisable dans l’outil numérique. La pratique de la recherche dans les humanités s’approchent de plus en plus de ce modèle : les gens vont cumuler une approche quantitative et une approche individuelle des phénomènes. Il s’agit de faire dialoguer le numérique et l’approche traditionnelle, cumulative.

 

Bien sûr, on peut perdre en finesse d’analyse, celle que l’on possède au contact avec l’objet étudié, mais il semble que l’orientation actuelle soit dans la convergence. On observe surtout des recherches qui articulent le quantitatif et une étude individuelle des phénomènes. Ainsi, en pratique, et c’est bien là que se joue les choses, il y a un dialogue entre le numérique et l’approche de la discipline.

 

De la production à la visualisation. Nouvelle pratique et nouvelle forme de connaissance.

 

Le numérique n’est pas qu’un outil de production, il peut aussi être un outil de visualisation, permet de mettre en forme des résultats pour les rendre visuel.

Faut-il réduire les humanités numériques aux sciences humaines écrites ?

 

Il n’y a pas que l’écriture et le traitement de corpus, il existe par exemple un projet de numérisation de la culture orale au niveau européen, permettant une visualisation des mouvements de la langue dans certains chants traditionnels.

Si on n’avait pas le modèle numérique pour modéliser, ce serait tout simplement impossible de posséder ce savoir.

Autour du Manifeste des Digital Humanities (1)

Textes de référence :

Le manifeste des Digital Humanities

http://tcp.hypotheses.org/318

Jeune chercheurs et humanités numériques : un manifeste.

http://dhiha.hypotheses.org/1108

I – Portraits des Humanités digitales

 

Deux textes, deux styles, deux visées différentes.

Les premières impressions des intervenants soulignent la qualité de la rédaction du manifeste des Digital Humanities. Ce texte est particulièrement ciselé, avec l’impression que vouloir en réduire quelque chose, ce serait oublier quelque chose d’essentiel. A l’inverse y ajouter un élément, c’est s’exposer à une critique, qui imposerait d’apporter une précision supplémentaire, toujours soumis au risque d’un contre-exemple. Nous sommes face à un texte bref, synthétique et autonome. On sent que chaque phrase a été soupesée, laissant parfois un étrange sentiment de vide, ou plutôt d’un manque de prise, là où il est plus aisé de s’approprier le Manifeste des Jeunes Chercheurs, qui lance plus d’idées, et offre davantage de prises pour la discussion.

abstract-258336_640

Un manifeste pour se définir.

Quel est le statut des Humanités numériques ? Est-ce une nouvelle discipline, un ensemble de disciplines, voire même une non-discipline c’est-à-dire pas une discipline du tout ?

Soucieux de se définir, de trouver un dénominateur commun, les DH (pour Digital Humanities) emploient le terme de transdisciplinaire, plutôt qu’interdisciplinaire. Un diagramme intéressant proposé par Frédéric Clavert est disponible ici, présentant l’évolution de l’usage de ce terme :

https://books.google.com/ngrams/graph?content=transdiscipline&year_start=1960&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3&share=&direct_url=t1%3B%2Ctransdiscipline%3B%2Cc0

 

Logiquement, c’est le terme « numérique » qui cristallise les tentatives de penser cette unité. Le terme renvoie à une unité de pratique et une volonté de solidarité, qui ne vise pas une communauté qui serait déjà établie mais au contraire une communauté qui se veut ou qui se cherche et  donc qui se décide et s’auto-institue. Une communauté qui converge (l’idée de convergence est peut-être une distinction à opposer à l’interdisciplinarité). Qu’est-ce qui fait l’unité des DH ? Est-ce juste l’outil ? Nous sommes confrontés à une unité problématique, avec des outils, un public et des visées différentes.

 

L’unité de cette communauté n’est toutefois pas seulement à construire. Elle existe déjà sous certains aspects. Une communauté qui adopte en particulier une posture spécifique, en abandonnant les hiérarchies du monde académique. Elle se conçoit aussi, le plus souvent, comme horizontale, le terme revient assez régulièrement. C’est également une communauté qui se fédère par les difficultés qu’elle rencontre pour être intégrée dans le champ classique des disciplines. L’enjeu derrière le manifeste c’est aussi de constituer une communauté qui apporte une visibilité et une légitimité à ceux qui s’en réclament.

Une manière évoquée durant le séminaire pour estimer la dimension pratique de ce manifeste serait de dessiner les caractéristiques d’un projet numérique en accord avec les principes du manifeste. A quoi ressemble le projet numérique idéal tel qu’il est inévitablement porté par cette note d’intention ? Sans doute un travail en équipe, employant des outils numériques, interopérables, exploitables, pérennes, fournissant une légitimité et une reconnaissance (ainsi que des revenus pérennes) à ceux qui le font vivre.

 

L’impératif d’une plus grande transparence exigée par le manifeste vise à obtenir une meilleure visibilité pour les projets entrepris, et pouvoir suivre les équipes de recherches qui peuvent changer de nom en fonction des programmes, alors que derrière il peut y avoir une plus grande stabilité des équipes, des outils et des objets d’études. C’est l’idée aussi qu’il n’y ait pas de doublon ou de projet en concurrence afin d’associer et mutualiser les efforts.

 

Arythmie sociétale

Le Manifeste des Jeunes Chercheurs laisse davantage transparaitre un sentiment de malaise par rapport à la réception du numérique dans la sphère académique.

A vrai dire, il y a peu de prospective sur la forme que pourra prendre demain les DH et peu d’interrogations sur cette unité problématique. Au contraire, le manifeste se caractérise par un ton revendicatif. L’une des priorités affichées est de rendre le travail des jeunes chercheurs moins incertains, avec l’idée de sensibiliser la société à un pan de production du savoir qui ne bénéficie pas encore d’un statut en rapport avec les productions qu’elle permet.

Il n’y a pas un ennemi identifié, mais un obstacle symbolique, dans la société, auquel se heurte les DH, et c’est sans doute cet obstacle qui serait le dénominateur commun des DH.

L’ensemble du manifeste possède un ton militant presque syndical soulignant qu’il n’y a pas assez de débouchés institutionnels. Autre grief, l’insuffisante prise en compte un travail qui n’est pas suffisament reconnu dans l’évolution d’une carrière, qui n’est pas comptabilisé comme scientifiquement signifiant.

En résumé, pour Thibaud Zuppinger, les deux manifestes font le constat à demi-mot d’une arythmie de la société, une discordance des temps, qui engendre un sentiment de malaise.

 

La douloureuse question de l’évaluation

Cette discordance des temps s’incarne notamment dans la question de l’évaluation du travail numérique et sa reconnaissance, nécessaire pour une carrière. Or on observe un schisme entre les pratiques collaboratives et les modalités d’évaluation qui restent sur un ancien modèle. Les deux textes posent la question des instances d’évaluation, relevant en commun qu’elles fonctionnent davantage sur le modèle d’une concurrence entre les chercheurs, laissant de la sorte peu de place pour valoriser un travail d’équipe, intégré dans un projet.

Il devient nécessaire d’introduire une reconnaissance des différents types de collaborations, par exemple sur le modèle de ce qui se passe en science où il y a une obligation de mentionner les ingénieurs codeurs.

 

Diplôme et pédagogie.

La création de diplômes spécifiques est demandée. Mais dans le détail quelle forme leur donner concrètement ? Il n’y a pas pour le moment de diplôme humanité numérique, qui ne soit accolé à une discipline existante, ou plutôt un diplôme classique, avec une mention Digital Humanities.

 

J. B. Camps rappelle la formation à l’école des Chartes ; une année d’histoire, puis une année de technologies numériques appliqué à l’histoire impliquant notamment les technologies XML, la publication web, la création de bases de données, orientées vers les objets patrimoniaux.

 

Les DH commencent à se diffuser dans l’enseignement, mais le numérique reste encore bien souvent à la porte des méthodes de pédagogie. Il existe une forme de refus du corps enseignant à se tourner vers les outils numériques.

Dans l’enseignement classique, il existe un mépris envers le numérique, on y vient de plus en plus mais c’est le fait des nouvelles générations de professeurs qui ont grandi avec. Il faut garder à l’esprit que les supports numériques n’ont pas à être imposés. Il demeure toujours un problème avec les outils numériques qui est la question de l’expertise. Même si les outils numériques sont simples, il faut une connaissance. Ce qui se joue ici, c’est la finesse et spécialisation vs. simplicité et démocratie des outils numériques.

 

Financement et développement – la question économique.

 

Dans le manifeste des jeunes chercheurs, il est critiqué la courte durée des différents financements et la continuité des projets n’est pas assurée. (N. Picoche). L’idée dominante est que toute ces initiatives sont fragiles et peuvent s’arrêter définitivement, entrainant un retard dans la recherche.

On observe un désengagement de l’État, qui oblige à trouver des fonds auprès de structures privées. Est-ce le but de la recherche de ne pas faire d’entrée d’argent ?

« Soyez visible ! » est le nouvel impératif, vital,  pour trouver des financements par les entreprises, « arrangez-vous pour capter des sous ».

Un projet sur les troubadours c’est évidemment plus vendeur que la grammaire médio-latine en vers qui pourtant peut avoir la même légitimité scientifique mais risque de trouver plus difficilement des financements, donc il faut que la recherche soit aidée par l’État et pas simplement conditionnée par des profits et l’espoir de retours sur investissement.  (J. B. Camps)

Derrière les projets de constitution des bases de données actuelles il y a des projets que l’on ne perçoit pas encore. On peut être surpris par les applications de la recherche pour des cas pratiques.

 

Des migrations des financements, par crowfunding, permettent de passer outre l’aveuglement ou l’imprévisibilité de la recherche numérique.

Avec le crowfunding on peut avoir l’impression de collaborer à quelque chose qui pourra faire émerger d’autres finalités. A condition, bien entendu, que le résultat se trouve dans une base de donnée qui est accessible à tous. Les bases de données peuvent tout à fait être fermée, close, et à accès payant. C’est pourquoi il est essentiel d’accompagner les productions numériques d’un souci pour le commun afin de définir et d’encourager les bonnes pratiques du numérique qui visent justement à juger la production numérique avec des critères d’ouverture.

Traces – Ouvert, gratuit, légitime #3

Sphères de légitimité – des institutions aux personnes

 

Le libre implique-t-il une remise en cause du concept de prestige ? La question de la légitimité est-elle déplacée ? Ce n’est plus seulement Gallimard qui accorde seulement la légitimité, et les instances se multiplient. Kaufman : il faut apprendre à jouer d’instances multiples, selon ses interlocuteurs, il mettra plutôt en avant ses passages sur France Culture, l’article dans le Monde qui lui est consacré, ou ses réalisations dans le libre proprement dit.

abstract-267053_640

La question des critères est difficile à poser. Il faut des critères, mais est-ce que ce sont les critères en eux-mêmes qui assurent la légitimité. Etre chez Gallimard ou chez Framabook, est-ce si différent ? Ca dépendra pour qui (différents cercles) On sait qu’il y a autant de déviations possibles dans une institution ancienne que dans une neuve, une prestigieuse n’est pas préservée de jeux de pouvoirs, de mode, de déformation.

 

La question de la subjectivité est importante : encore une fois, ce sont des gens qui prennent des décisions, et à partir du moment où les critères avec lesquels ils jugent ne sont plus clairs, à partir du moment où on ne peut plus reconnaître une idéalité objective du jugement critique, le risque du simple caprice, du préjugé  est présent partout (une institution peut être colonisée par des personnes ayant des visions du monde compatibles, être totalement gangrénée par quelque chose qui n’a plus aucun fondement, et tourne sur soi-même.

 

En quelque sorte, il y a un glissement : on n’accorde moins de confiance aux institutions, aux marques extérieures (grand éditeur, grand poste universitaire, grand concours, etc.), et plus aux personnes. On a confiance dans le travail de tel ou tel parce qu’il a fait ses preuves (Forestier)

 

Il y a même quelque chose de cet ordre chez Wikipedia dans le noyau dur des contributeurs anciens, mais ça se dilue bien sûr dès que le cercle s’agrandit (Kaufman)

 

A.-M. Autissier suggère de consulter les travaux de N Heinich consacrés à la question de la notoriété chez les artistes contemporains, à la façon dont celle-ci peut être transposée, contribuer à construire une légitimité de type sociale. On se fait connaître d’une certaine façon, et on utilise la notoriété comme une forme de transfert de légitimité. Est-ce vraiment de la légitimité dans ce cas ? Quel est le statut de celui qui présente son opinion comme opinion, mais qui la diffuse parce qu’il est connu ? Qu’est-ce que le prestige ? Est-ce que le prestige d’une publication implique nécessairement la reconnaissance d’une légitimité de son auteur ? Quel lien entre la façon dont quelque chose s’impose dans l’horizon, devient ce par rapport à quoi on se situe, on prend position, et l’estime réelle qu’on a pour elle. Se situer intellectuellement par rapport à Zemmour ou Soral, cela implique-t-il qu’on reconnaisse une légitimité intellectuelle à ces personnes ? Ou les coordonnées de visibilité sociale et celles de respect intellectuel ne diffèrent-elles pas ?

 

Le grand public se positionne d’une certaine façon par rapport aux marques, le public cultivé d’une autre, l’amateur expert encore d’une autre (Girard).  Je peux avoir différents référents pour l’idée d’auteur. J’ai une forme de reconnaissance pour l’auteur Gallimard ou le professeur à la Sorbonne, tout en en ayant une autre pour l’auteur de petite maison provinciale, ou l’autodidacte qui présente ses pensées. Je peux considérer que la philosophie de l’autodidacte est plus intéressante et profonde que celle du professeur à la Sorbonne sans cesser de reconnaître celle-ci comme le modèle de la philosophie, parce que je ne reconnais pas seulement un travail, mais ce que la société reconnaît comme tel.

 

Il n’y a pas contradictions entre des processus de reconnaissances divers. Ce n’est pas parce que je reconnais de la légitimité à l’un que je n’en reconnais pas aux autres, ni même que ces légitimités sont étrangères les unes aux autres, antithétiques. Le soubassement social de ces modalités d’autorité est impossible de distinguer totalement de leurs motivations intellectuelles (Forestier)

 

L. Soccavo : les audiences se comportent-elles comme des foules ? Y a-t-il des études sur la façon dont se diffuse la notoriété sur le web ? Y retrouve-t-on les mêmes mécanismes que dans les mouvements de foule ? Peut-on parler d’une “foule internet”, d’une sorte d’effet de co-présence similaire à celui d’une foule ?

 

Beaucoup d’études on été faites sur le devenir des personnes et groupes qui se sont fait connaître sur le web dans le domaine de la musique (n’émanent pas forcément d’universitaire, aussi de sociétés, comme Centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles, Irma, etc. Les circuits ne sont pas les mêmes pour le livre ou la musique, ce n’est pas la meme temporalité de diffusion. En littérature, le genre qui se diffuse le mieux en numérique c’est l’érotique et ça se comprend (Girard) Dans tous les cas, le web permet de lancer, la carrière ne se poursuit pas forcément dessus. A partir du moment où ça apparaît légitime, ça passe sur le papier (50 nuances de Grey).

 

D’un autre côté, il y a aussi un mouvement en retour. France Culture est devenue beaucoup plus célèbre grâce à ses podcasts : France culture est la plus téléchargée des chaines de radio (Autissier). Les podcasts suscitent à leur tour un flux continuel d’interactions qui peut amener des auditeurs fidèles aux émissions, voire à la chaine elle-même.

 

Edition et le libre

 

Chloé Girard veut inciter l’édition à s’approprier le libre. Les logiciels sont des outils de fabrication dont il faut garder la maîtrise, s’habituer à travailler avec des informaticiens pour  rester maître de l’outil et des fonctionnalités, mais il y a de nombreux obstacles. Les éditeurs qui développent leur outil veulent le garder, ce qui ne permet pas toujours de suivre le modèle du libre. L’outil est un avantage commercial, il est un outil de service vendu. Mais la mutualisation peut se défendre d’un point de vue économique. Par exemple, en ce moment, la Bibliothèque de Genève veut récupérer l’outil de Droz et le diffuser en suisse. Logiciel libre dynamique lié à la recherche

 

Traces – Ouvert, gratuit, légitime #2

Usages du numérique – Cultures numériques

 

Quand des grosses structures s’imposent sur le marché du libre, comment contrôler ce qu’elles font ? Pourquoi les grands acteurs du numériques prennent le contrôle de la culture, quelle légitimité ? Apple n’avait aucune raison d’être un acteur majeur de la musique. Google ouvre des centres culturels, mais pourquoi Google aurait de fait un tel pouvoir sur la culture (Kaufman).

abstract-267054_640

Internet donne des possibilités : quelle légitimité avait Alexis Kauffman, professeur de mathématiques, de fonder Framasoft ? D’entrer dans l’édition ? La légitimité vient de l’écho de chaque engagement : un projet intéresse d’autres personnes qui proposent des prolongements, etc. C’est un mode de participation beaucoup plus souple, basé sur la  contribution et pas sur le CV (A. Kaufman)

 

Maintenant Framasoft a des visiteurs et des contributeurs dans tous pays (AK est régulièrement invité en Afrique, etc.) La francophonie s’empare de ces outils. Le grand problème de l’Afrique c’est la connexion : en Afrique, l’installation de versions offlines de Wikipédia permet de rendre des versions locales de Wikipédia accessibles.

 

Cependant, si n’importe qui peut lancer un projet (Zuppinger), il faut gagner une légitimité pour le pérenniser. L’importance de la confiance est primordiale : il faut gagner une crédibilité, être une « marque » : si c’est publié chez Framabook, ce n’est pas/plus n’importe quoi. La légitimité vient avec le temps.

 

Kaufmann. On peut décrire deux modèles : la cathédrale et le bazar. Le libre est un bazar, opposé à la cathédrale, structure verticale et hiérarchisée, modèle de la plupart des grandes entreprises. La tension existe même dans Framabook : publier le meilleur produit fini possible, ou « release early », laisser d’autres s’emparer d’un produit et l’améliorer. Publier tôt ou tard ?

 

C’est la même chose que lorsqu’on publie sur wikipédia. Lorsqu’un article est insuffisant, on le corrige, on l’améliore (le premier article du wikipédia francophone a été la pomme, et la première phrase, la pomme est un fruit). Wikipedia procède d’une culture de l’intervention qui n’est pas toujours développée.  Les gens vont ils avoir le réflexe de cliquer pour intervenir sur les articles, de ne pas en être les récepteurs passifs.

 

Wikipédia s’est développé en différentes phases. Une première phase a surtout réuni des geeks, d’ou la présence de toutes sortes d’articles issus de la culture geek. Nous sommes maintenant dans une deuxième phase qui voit l’action de nombreux universitaires. Il est difficile donc de savoir quel peut être l’avenir de wikipedia.Wikipédia est encore tout jeune (Kaufman) ; pas à l’échelle du web, cependant (Zuppinger)

 

Forestier : Tout ce modèle de la contribution présuppose cependant une bonne foi, une capacité d’écoute, etc. Le libre dans son ensemble relève d’une vision de la société. Il présuppose une certaine confiance préalable, une phidia. Il faut donc tout un tissu social permettant aux co-auteurs de partager les mêmes pratiques, le même ethos. Dans les domaines techniques, il y a cette culture commune, et les règles sont utilisées de manière raisonnée. Dans d’autres domaines, il manque le terreau commun pour que la discussion soit fécondes. Sur Wikipedia, les règles appliquées sont en elles-mêmes insuffisantes sans une forme de bonne volonté et de confiance réciproque. C’est même un des principes de Wikipedia ; présupposer la bonne foi. De la même façon, il faudrait idéalement que celui qui est peu informé soit conscient d’être peu informé et accepte l’idée que celui qui s’oppose à lui peut avoir raison, indépendamment des stricts préceptes. Cela marche très bien dans les domaines scientifiques, ou dans les domaines liés à la culture geek, parce qu’il y a ou bien une auto-censure de ceux qui ne se jugent pas légitimes, ou bien un fond de connaissances communes qui permet à la discussion d’avancer, de ne pas être un dialogue de sourd. C’est beaucoup plus compliqué dans certains domaines de la culture contemporaine, ou l’opinion, le préjugé, la connaissance fondée ne se distinguent pas toujours.

 

N’importe quelle personne passée dans une émission de TV, tout footballer en D2 mérite sa notice, mais les critères sont beaucoup plus stricts dans d’autres domaines (biaisé en faveur de la notoriété médiatique). Un chercheur n’est éligible que s’il a écrit un ouvrage majeur, alors qu’il suffit de faire partie de la culture populaire pour être objet d’article. Donc il y a déjà une espèce de légitimité imposée, implicite, qui est celle de la notoriété (Forestier). Est-ce que la neutralité revendiquée par wikipédia est vraiment possible ? Est-ce que cette neutralité n’est pas un faux-semblant, qu’elle n’est pas déjà biaisée par des valeurs implicites, des prises de position implicites ?

 

Certes, il y a un ensemble de mesures anti-buzz (la suppression de l’article Nabilla qui devait d’abord faire l’épreuve du temps est un bon exemple), mais tout ce dont on parle pendant un temps mérite-t-il d’être wikifié ? Ce dont on parle peu ne le doit-il pas ? N’y a-t-il pas une illusion d’objectivité dans certains critères (être cité dans un journal national : oui, mais ce sont des êtres humains qui écrivent les articles ; pour avoir occupé une position de légitimation à la BnF, je peux attester de tout ce qu’il y a de contextuel, d’occasionnel, de circonstanciel dans le choix de mettre tel auteur en avant, tel thème, etc).

 

Cf. Lyotard : la pluralité des discours, ce qu’il faut éviter c’est un discours qui écrase les autres. Or, le discours libéral écrase les autres sous couvert de la préserver : il les écrase parce que la forme de neutralité intellectuelle qu’il semble préconisé masque les jeux de pouvoir économiques et financiers qui sont derrière. Etre neutre, cela risque aussi de défendre par redondance le point de vue de Disney ou de Lagardère, le point de vue dominant par les faits.

 

A. Kaufman : Wikipedia cherche ses critères, ses normes, qui sont à inventer, déterminer peu à peu selon ce qui est rencontré, au sein de controverses.

 

Question : Pourquoi parlons-nous à chaque fois de wikipédia ?  Pourquoi ce retour ? Est-ce parce que wikipédia est l’exemple de ce qui remet le plus en cause nos modèles d’autorité ?

 

T. Zuppinger : wikipedia peut-il être la revue de demain ? « Un wiki génial qui pourrait non pas être une encyclopédie mais le lieu de production de la recherche, avec des articles de pointes qui seront de toute façon lisibles, compris et modifiables par une communauté bien identifiée” C Masuti

C. Girard : Des projets de natures différentes peuvent utiliser les wikis. On n’a pas besoin d’en demander trop à Wikipedia, qui est ce qu’il est, mais d’autres projets éditoriaux peuvent être pensés (comme le modèle bibliopédia, des bibliothécaires). On peut très bien envisager un système dans lequel chacun se créerait son propre wikipédia (Soccavo).

 

Traces – Ouvert, gratuit, légitime #1

Pertinence des termes

 

(ouverutre problématique : Thibaud Zuppinger)

Qu’est ce qu’être légitime aujourd’hui ? Pourquoi le gratuit n’est pas sérieux ? En quoi la gratuité peut-elle signifier une perte de légitimité ?

abstract-267056_640

Lorenzo Soccavo : le raisonnement est surprenant, pourquoi faudrait-il lier gratuité et illégitimité ? S’il y a un lien, il est plutôt dans le sens contraire, il faudrait dire que  ce qui est nécessaire devrait être gratuit, c’est ce qu’il faut rendre gratuit, et la problématique du gratuit dans le numérique le reconnaît en partie, c’est que désormais les livres sont devenus des biens communs vitaux, que le libre accès aux contenus numériques doit être un droit pour tous. La dimension numérique et la dimension gratuite n’ont en elles-mêmes rien à voir avec la question de la légitimité.

Pour aller plus loin :

http://www.implications-philosophiques.org/semaines-thematiques/ledition-numerique/la-demarchandisation-du-savoir/

 

 

Le libre

 

Alexis Kaufman rappelle que le libre n’est pas le gratuit, qu’il y a un glissement terminologique à éviter. Le logiciel libre accorde la liberté aux utilisateurs des logiciels et fonctionne sans droits d’auteurs ; il donne le droit d’utiliser, d’étudier les logiciels, fonctionne par un système de diffusion, de copie, de dissémination, mais cette différence par rapport aux circuits traditionnels ne veut pas dire que le libre est gratuit. On dit souvent que le libre est gratuit quand il a été payé ; une fois les couts de conception (temps de travail, etc.) réglés, le logiciel libre ne coute plus rien. Le libre ne veut plus imposer une logique de rareté, mais contribuer à une logique d’abondance : il ne s’agit plus de créer de la rareté et de la valeur par la rareté par toutes sortes de restrictions (limiter le nombre d’accès, le nombre de téléchargements, etc.), mais de considérer que c’est l’abondance et la diffusion qui créeront au contraire cette valeur (qu’elle soit de caractère économique ou non). Le logiciel libre propose-t-il alors un modèle en rupture avec la logique «économique et capitaliste, dont le premier moteur est toujours la rareté, l’économie étudiant traditionnellement la logique des transactions et des choix dans un univers caractérisé par la rareté des ressources et l’illimitation des envies .

 

Libre et ouvert : que veut dire open?

La charte du libre oblige de garder 4 libertés fondamentales la liberté d’utiliser le logiciel, la liberté de copier le logiciel, la liberté d’étudier le logiciel, la liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées

 

Cela étant, il y a différents modèles du libre. Dans le cas des publications sur internet, on distingue plusieurs voies vers le libre. Une voie verte, une voie dorée, etc. (Jb Camps) Dans certains cas, tout est libre. Dans la voie Gold, les auteurs paient pour publier et que leurs publications soient gratuites (publication universitaire). Dans le modèle premium, une partie est libre et partie restreinte est payante avec des services supplémentaires. Le service d’accès libre sert alors de produit d’appel Les modèles de licences s’inspirent toutes du libre.

 

Le modèle de Framabook  est tout à fait ouvert. Il est basé sur une notion de common décence qui exclut a priori tout usage abusif de ce qui est mis à disposition. Liée à Framasoft, la maison d’édition Framabook qui vend aussi les livres papier : 500 livres vendus. Les deux modèles ne semblent pas se cannibaliser, il y a environ 100 téléchargements pour un livre acheté. Les premiers livres traitaient plutôt de logiciels, mais Framabook s’est constitué pour apporter la même valeur ajoutée qu’un éditeur classique dans l’accompagnement et le suivi du travail de l’auteur. Les collaborateurs sont surtout des enseignants et des gens de l’édition. Un milieu techno geek, très instructif pour les non geeks.

 

Quel modèle économique ? Certains projets ont lieu grâce à des souscription Framasoft mène actuellement le projet Opengolberg édition : payer un pianiste professionnel pour un enregistrement des variations Goldberg et le mettre dans le domaine public. La souscription servira à payer le pianiste. Il s’agit bien d’une souscription, pas de mécénat. Peut-on alors parler de causes ? (Thibaud Zuppinger)

 

On cherche à montrer qu’il y a un modèle économique dans Framabook. Plus on télécharge, plus on vend. Cependant il faut bien voir que les très grandes audiences que le numérique permet d’atteindre ne procurent pas nécessairement de gros revenus : moins de 0,01% des connectés répondent aux collectes de fonds, et les arguments qui l’emportent le plus sont souvent les arguments d’urgence (sans vos dons, nous risquons de fermer ; sans vos dons, Wikipédia risque de devoir admettre des publicités, etc.).

 

Framasoft fonctionne avec un budget de 140000 euros, et  3 permanents. Il représente surtout un état d’esprit : prendre soin d’Internet. L’évolution conduit les participants à  devenir toujours plus militant pour se faire entendre dans le débat, développant des compétences permettant de comprendre les lois à Bruxelles, d’en connaître tous les enjeux et de s’y faire entendre (à travers des associations comme la quadrature du net)

 

Le libre peut-il être un modèle autre que marginal ? Sachant qu’il demande du temps ? Peut-on vraiment se priver de structures pérennes faites pour résister et survivre à leurs animateurs ? (Florian Forestier)