Traces

notes éparses de la première séance

 

Support, média, environnement

Louise Merzeau propose l’assemblage conceptuel suivant : le support, les médias et l’environnement.

Le premier terme renvoie à un premier changement de support, une première conception du numérique, où on a pensé le transfert des contenus d’un support à un autre. Le Web a ensuite été vu comme un média concurrent des autres mdias. Aujourd’hui, le numérique nous enveloppe : il est pervasif et clairement re-matérialisé.

Soucieux de ne pas céder à la tentation simpliste de la coupure historique du numérique, avec sa division matériel/dématérialisé, plutôt que de voir la rupture, on peut considérer que la vie elle même est connectée, d’où l’idée de l’environnement.

La distinction se fera plutôt sur les usages, entre la consommation active ou passive.

 

Matériaux

Pour retrouver le document où l’assemblage est présenté, argumenté et explicité avec l’exemple du dispositif d’éditorialisation collaborative des ENMI : http://enmi12.org/

Cet exemple concret permet de se rendre compte de l’apparition de points nodaux d’outils existants sur le web 2.0, renforçant l’idée que ce sont les usages qui assembleront les outils. Voir aussi les liens déjà mis en ligne dans les commentaires sur le blog du séminaire.

 

Capteurs et saisies

En prolongement de cette idée d’environnement, de liens matériels qui nous guident et nous forment, voire nous informent, la question de savoir comment se présentent ces connexions s’est posée. Un élément de réponse a été avancé avec le concept de capteur. Le numérique possède des appareils de saisies du monde, et un parallèle intéressant peut être fait avec les capteurs que l’économie a su mettre en place.

Les capteurs auraient donc la lourde tâche de saisir des structures, des types, des ensembles.

En retour, d’un point de vue méta, comment le séminaire peut réussir à mettre en place ces capteurs pour saisir les points d’épreuve, de difficultés, les métaphores qui structurent et agitent le monde numérique ?

 

Interdisciplinarité

 

Liant la question du numérique avec le registre vitaliste et économiste, l’un des grands enjeux de cette séance était de penser l’interdisciplinarité et donc la possibilité pour les différentes disciplines rassemblées de pouvoir communiquer. Comment penser l’interdisciplinarité. Comment se représenter leur approche, sont-elles dans le numérique ou autour du numérique ?

 

La mémoire universelle ? ou l’anti-mémoire ?

 

Avec le numérique, il existe une intelligence matérielle. Ce qui amène à aborder la question des capteurs pour saisir nos présences numériques, et les intégrer dans les Big Data. Le numérique est une mémoire qui serait une anti mémoire car il n’y a pas de phénomène de sélection.

On peut songer aux travaux de F Kaplan sur l’ordinateur universel.

 

Interropérabilité, circulation

Louise Merzeau souligne également que la question du numérique n’est plus celle de la convergence mais celle de la circulation. Les mondes numériques ne tendent pas vers l’homogénéisation et la standardisation des formats : ils se caractérisent par leur prolifération, et la question principale est celle de leur interropérablité. Comment circuler d’un point à l’autre, d’un espace à l’autre.

Florian forestier insiste sur l’idée de geste : le passage doit aller de soi, devenir machinal même s’il est complexe. Sortir de chez soi en fermant à clef, conduire une voiture ne sont pas des combinaisons évidentes d’actions : pourtant, elles se sont intériorisées, elles font partie de nos habitus, elles structurent notre être-au-monde. De la même façon, il ne faut pas seulement (et pas nécessairement) que les circulations numériques soient aisées ; il faut qu’elles s’oublient dans leur effectuation, qu’elles s’instrumentalisent. Une action simple peut ne pas être évidente parce qu’elle exige un changement de perspective, de contexte, qu’elle n’est pas soutenue par un ensemble d’automatismes et de référence ; un enchainement complexe peut s’intérioriser devenir support de l’être-au-monde.

Louise Merzeau évoque à ce sujet la notion de bienveillance dispositive qu’elle emprunte au travail d’Emmanuel Belin.

 

Mémoire, trace et politique

L’un des moments théoriquement fort de la séance a été le moment où les différents concepts qui avaient circulé, séparément, ont commencé à se tisser les uns avec les autres, devenant un tissu serré et complexe permettant d’appréhender l’articulation de ces regards et de les associer pour faire émerger une autre perspective, à la confluence du politique et de l’existentiel.

fractal-black-hole-5-1242891-m

Avec le numérique, les offres personnalisées que nous fournissent les grands acteurs du web, eux qui cherchent toujours plus à nous accompagner, ce qui se dégage c’est une primauté de la singularité remettant en cause la notion d’espace commun. Anne-Marie Autissier souligne d’ailleurs que c’est une mutation cruciale pour beaucoup de grands médias classiques, les journaux comme les radios. Les effets d’ailleurs commencent également à se faire sentir dans la forteresse télévision, avec la vidéo à la demande et le pouvoir des séries. A la diffusion structurée s’oppose aujourd’hui la consommation à la demande, comme les podcasts. L’usage et la manière de se mettre en rapport avec l’information ont changé.

Louise Merzeau parle quant à elle d’information sur mesure et de primauté du token sur le type. La personnalisation descend dans les couches les plus fines de la singularité, en deçà même du profil.

Cela étant, tout n’est pas joué et nous sommes à un moment où il y a du jeu, où il y a un embranchement possible entre le singulier et le collectif.

Il existe un enjeu à repenser nos traces pour faire mémoire. Cela s’oppose à la mémoire purement archivale des traces numériques (mémoire de stockage) . Il s’agit de ne pas oublier le commun, le non-calculable. En s’en remettant totalement aux instruments de calculs et de prévisions, il existe un risque d’oubli de l’inventivité.

Pour y résister, une voie semble se dessiner : faire document. « Faire document signifie faire société dans des documents publics. » (Louise Merzeau). A l’appui de cette idée, on peut citer notamment le crowdsourcing.

La réappropriation (peut-on déjà parler d’une désappropriation du numérique ?) pourrait passer par la construction d’une mémoire au temps long.

Les traces numériques ne se déposent pas dans le même ordre que dans l’ère pré-informatique. Les traces sont maintenant en amont. Les traces ont changé de nature. Elles ne sont plus du même ordre.

« Louise Merzeau : les interactions sont devenues opaques »

« Lorenzo Soccavo : aujourd’hui le code dépasse le signe. »

 

 

Représentations et métaphores

 

Il serait naïf de penser que la modernité et son usage de la raison aient remplacé définitivement le rôle du mythe et des métaphores. Roland Barthes avait bien saisi que chaque époque produisait ses mythologies. Il en va de même pour le numérique. Les métaphores et les représentations dans ce domaine sont aussi nombreuses et actives que dans les autres domaines d’activités de l’homme.

Or les images ne sont pas seulement des accessoires de la pensée, elles l’informent, la structurent par leurs résonnances et leurs connotations. Ainsi, une clarification des enjeux ne passera pas seulement par une mise à plat des arguments, mais aussi par la possibilité de substituer les images égarantes par d’autres images plus adéquates, ou plus fécondes.

A la métaphore du nuage  invisible et intangible, Louise Merzeau propose de lui substituer l’image de la constellation, qui suppose étoilement mais aussi cartographie et lisibilité.  L’environnement prend ici le sens d’habitus. Intérêt non négligeable de cette image, c’est qu’elle permet également de s’opposer à la pensée en silo.

 

Mots-carrefours

Les mots carrefours renvoient à ces termes qui surgissent au détour d’une remarque, qui sont repris dans une question, et qui de proche en proche permettent à chacun de se familiariser avec une idée. Cette expression renvoie notamment à cette capacité de certaines expressions d’être virulentes. Les mots carrefours ont un rôle proche de ce que Blumenberg détecte dans les métaphores.

Leur dimension plurielle et leur rôle de communication les arrachent à la dimension singulière du premier à les prononcer. Il ne sera donc pas rendu à César ce qui lui revient ; et que chacun se sente libre de puiser dans cette boîte à outil conceptuel :

 

  • Gribouillage
  • Ecosystème
  • Compatibilité vs. convergence
  • Commerce et diplomatie
  • Identité vs. Présence numérique
  • Environnement ou milieu

 

 

Bibliographie apparue durant la séance :

 

Berloquin P. Codes : la grande aventure, Michel Lafon, 2010.

Salaün J. – M. Vu, lu, su, La Découverte, 2012.

 

 

 


Une réflexion au sujet de « Traces »

  1. Merci à Louise Merzeau pour sa fécondité conceptuelle et la formidable boîte à outil laisée ouverte pour fermenter la réflexion sur l’environnement numérique. Je note avec intérêt l’intériorisation du geste numérique (l’interopérabilité) et la persistance du mythe (Max Horkheimer et T.W.Adorno)même à l’ère de la rationalité numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *