Livre liquide/livre solide.

Compte rendu de la journée d’étude du samedi 24 mai 2014

Chloé Girard.

La notion de livre liquide touche à la question de l’intégrité du texte. Elle ne tient pas à la fréquence de publication, mais à l’altération du texte dans une publication donnée, sans avertissement. Un article de journal va rapidement être remplacé par une nouvelle publication sur le même sujet mais chacun des articles est à priori archivé en l’état. Au contraire, un contenu de guide touristique va être mis à jour sans formalités ni indication de date. Une page Wikipédia est par essence toujours ouverte en écriture mais chacune des modifications est bien répertoriée.

water-texture-1308006-m

Dans chacun de ces cas la maléabilité la plus grande est possible. C’est le cas, nativement, de tout document numérique, qu’il soit « contenu web » ou fichier « détachable » (ePUB, PDF, etc): ils peuvent être ou rester (ré)ouverts en écriture, être remplacés par une version modifiée ou intégrer des contenus dynamiques générés par des outils liés. La liquéfaction n’est donc pas une question d’outil, tout les outils numériques la permettent, mais une question éditoriale.

Il existe une liquéfaction passive et une liquéfaction active. La première tient à l’absence de prise de conscience, ou de déontologie, c’est selon, des éditeurs : elle consiste par exemple à corriger des coquilles dans un livre numérique tel qu’un ePUB, et à le reverser sur les plateformes de diffuseurs et libraires sans l’identifier comme une nouvelle édition. Au-delà de quel nombre de coquilles corrigées le livre n’est plus le « même » ? Et d’ailleurs qu’est-ce qu’une « coquille » : une erreur ortho-typographique, un argument mal formulé ? Ou s’arrêter ?

La liquéfaction comme projet éditorial est assez bien représentée dans le genre du guide de voyage ou en général dans le guide pratique. Ce type de discours s’y prête bien, sa raison d’être consistant dans un rôle de conseil pratique. À quoi bon donner des conseils et références obsolètes ? Le guide en ligne ne présente la plupart du temps aucune date puisque l’on part du principe qu’il est « à jour ». Et la version téléchargeable ne dispose que d’une date du fichier et non d’un millésime de version. Mais seuls peut-être les historiens seront-ils nostalgiques de ces éditions datées bourrées de données disparues…

Quels sont les autres genres éditoriaux liquides ? Ils semblent peu nombreux, si l’on excepte les « sites web », forme de discours indéfinie mais que l’on peut ici utiliser par opposition au « livre » qui constitue notre sujet (et dont la définition reste également floue !).
Wikipédia, l’archétype du genre « livre-wiki », n’est pas liquide. Elle a conservé de manière très forte le souci de la référence. Les pages sont certes constamment ouvertes en écriture (à l’exception de quelques articles de référence ou particulièrement sensibles) mais chaque version du texte, correspondant à une modification, est archivée et identifiée, définissant ainsi une « édition ». On peut les consulter et les citer de façon très précise, jusqu’à la date de dernière modification et au numéro de version du texte, chacune se trouvant à une URL pérenne. Wikipédia multiplie les versions solides d’un même texte, organisant ainsi une véritable traçabilité éditoriale.

Pourquoi s’embarrasse-t-elle de telles préoccupations ? Parce que nous savons que toute culture, toute histoire, est basée sur un socle commun de références. Sans elles le dialogue prend fin. Comment discuter des arguments d’un texte ou de la poésie d’un autre si nous ne sommes pas sûrs de parler de la même édition ? Quelle version fait-elle « preuve » ? Le livre doit rester un recours et peu d’éditeurs un tant soit peu cohérents ne l’oublient.
Convenons, sans dénigrer son intérêt, qu’un projet éditorial comme Wikipédia, basé sur un outil toujours ouvert en rédaction, complexifie considérablement le dialogue en multipliant les éditions.

Dans le cas de la recherche, le livre liquide ne peut exister, la référence à la « source » en étant la brique fondamentale. Pas de source identifiée, pas de crédibilité et par conséquent pas de recherche. En sciences appliquées une expérience doit pouvoir être réitérée en suivant une méthodologie donnée. Sans quoi la découverte est proprement invalidée. Et ne parlons pas de la nécessaire traçabilité en matière de droit…

La liquéfaction générale du livre semble peu probable, si l’on y prend garde, et la plupart des éditeur ne peuvent se permettre de négliger la question. Mais elle reste peu discutée et les écarts sont faciles et semble-t-il nombreux, ne serait-ce que par insoucience.

Dans le monde de l’édition numérique des mécanismes de garantie de localisation et de citation sont mis en place : de la pose de balises dans le texte (n° de paragraphe ou de quelque autre élément du discours) à l’achat de DOI, en passant par les résolveur d’URL et les EAN. Cependant l’identification et la localisation ne sont pas synonymes d’intégrité du texte. Cette dernière ne peut être garantie que par une signature électronique, un chiffrement numérique, lequel est largement exploité dans le contexte de documents officiels et juridiques. Dans le domaine du livre beaucoup plus est fait en la matière à des fins commerciales qu’à des fins de référencement ! C’est le cas de certains types de DRM qui relèvent de la cryptographie.

C’est peut-être là un nouveau sujet sur lequel se pencher et pour lequel développer des outils accessibles à tous. La difficulté réside dans le fait que le chiffrement, comme les DRM, repose nécessairement sur des outils et architectures fermées et centralisées avec les dérives possibles que cela suppose, notamment en matière de censure ou d’intrusion dans les supports de lecture clients.

À moins que ? Existe-t-il des moyens techniques de validation de l’intégrité d’un contenu numérique dans un système libre ? Ceci est un appel aux développeurs spécialistes de ces questions !

Dans cette attente la réponse à la liquéfaction possible du livre repose sur la responsabilité des éditeurs. Un pari intéressant et pas si simple à tenir face à la « légèreté » de nos processus de re-production actuels.


Une réflexion au sujet de « Livre liquide/livre solide. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *